Valentin Raspoutine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raspoutine (homonymie).
Valentin Raspoutine
Валентин Распутин.jpg
Valentin Raspoutine en 2011.
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Moscou, Russie
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Écrivain, journaliste, journaliste d'opinion, journalisme d'opinion, personnalitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Genres artistiques
Village Prose (en), roman, nouvelle, essaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Valentin Grigorievitch Raspoutine (russe : Валентин Григорьевич Распутин, né le - mort le [1]) est un écrivain russe. Il est né et à vécu la plus grande partie de sa vie dans l'oblast d'Irkoutsk, dans l'est de la Sibérie. Son œuvre décrit des personnages urbains sans racines ainsi que le combat pour le maintien de modes de vie ruraux centenaires, le tout soulevant des enjeux éthiques et spirituels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valentin Raspoutine naît le 15 mars 1937 dans le village d'Atalanka (en), dans l'oblast d'Irkoutsk, en Union soviétique. Son père travaille dans une coopérative du village alors que sa mère est infirmière[2]. Le village a été relocalisé depuis l'inondation de la région par le réservoir de Bratsk au cours des années 1960[note 1]. Plus tard, Valentin décrira sa jeunesse en Sibérie comme difficile, mais heureuse. « Dès que nous, enfants, avons appris à parler, nous allions faire nos premiers pas à la rivière avec nos cannes à pêche. Dès la plus tendre enfance, nous courrions dans la taïga à la sortie du village pour y cueillir baies et champignons. Dès notre plus jeune âge, nous embarquions sur l'eau avec des avirons...[trad 1],[4]. »

À la fin de son école élémentaire en 1948, ses parents l'envoient poursuivre ses études à Oust-Ouda, à environ 50 km de son village natal. Il est le premier enfant du village à poursuivre ainsi son éducation[5].

Raspoutine obtient un diplôme de l'université d'État d'Irkoutsk en 1959. Il commence à travailler pour les journaux locaux du Komsomol à Irkoutsk et Krasnoïarsk. Il publie sa première nouvelle en 1961.

Lors d'un séminaire de jeunes auteurs mené par Vladimir Tchivilikhine (ru) et tenu à Tchita en septembre 1965, Raspoutine est encouragé par Tchivilikhine, qui le recommande auprès de l'Union des écrivains soviétiques[5]. Il sera admis à l'Union en 1967, après la publication de De l'Argent pour Maria[6].

Au cours des trois décennies suivantes, il publie nombre de nouvelles dont plusieurs deviennent des succès auprès du public et des critiques.

Raspoutine recevant l'ordre du Mérite pour la Patrie par le président russe Vladimir Poutine (2002).

En 1980, après avoir fait des recherches pendant deux ans sur la bataille de Koulikovo, Raspoutine est baptisé près de Ielets par un prêtre orthodoxe[7].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Valentin Raspoutine, Vasili and Vasilissa [« Василий и Василиса »], Progress Publishers,‎ (1re éd. 1966) (ISBN 99923-812-0-5)
  • Valentin Raspoutine (trad. du russe par Evelyne A Moursky), De l'argent pour Maria [« Деньги для Марии »], Lausanne, L'Âge d'Homme,‎ (1re éd. 1967) (ISBN 282512074X)
  • (ru) Valentin Raspoutine, The Last Term [« Последний срок »] (1re éd. 1970)
  • (ru) Valentin Raspoutine, Live and Remember [« Живи и помни »], Northwestern University Press,‎ (1re éd. 1974) (ISBN 0-8101-1053-9)
  • (ru) Valentin Raspoutine, Farewell to Matyora [« Прощание с Матёрой »], Northwestern University Press,‎ (1re éd. 1976) (ISBN 0-8101-1329-5)
  • (ru) Valentin Raspoutine, You Live and Love: Stories [« Век живи — век люби: Рассказы »], Vanguard Press,‎ (1re éd. 1982) (ISBN 0-8149-0916-7)
  • (ru) Valentin Raspoutine, The Fire [« Пожар »] (1re éd. 1985)
  • (ru) Valentin Raspoutine, Ivan's daughter, Ivan's mother [« Дочь Ивана, Мать Ивана »] (1re éd. 2004)
  • (ru) Valentin Raspoutine (trad. Gerald Mikkelson et Margaret Winchell), Siberia on Fire: Stories and Essays, Northern Illinois University Press, (ISBN 0-87580-547-7)
  • (ru) Valentin Raspoutine, What Should I Tell the Crow?, The New Soviet Fiction, Abbeville Press, (ISBN 0-89659-881-0)

Essais[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Valentin Rasputin » (voir la liste des auteurs).

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. (en) « As soon as we kids learned how to walk, we would toddle to the river with our fishing rods; still a tender child, we would run to the taiga, which would begin right outside the village, to pick berries and mushrooms; since young age, we would get into a boat and take the oars... »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décrit dans l'introduction des traducteurs de Sibérie, Sibérie... (en)[3].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :