Valentin Mandelstamm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valentin Mandelstamm
Naissance
Décès après 1949
Activité principale
Romancier et agent de liaison entre la France et Hollywood

Valentin Mandelstamm est un écrivain et scénariste franco-russe, né en 1876 à Saint-Pétersbourg, mort après 1949.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à l’École Centrale, ingénieur des Arts et Manufactures, puis fournisseur des armées blanches lors de la Guerre civile russe (1918-1921)[1], Valentin Mandelstamm est aussi un auteur de poésies et de romans d'aventure.

Après la Première Guerre mondiale, il partage sa vie entre la France et les États-Unis. Intéressé par le cinéma, il est envoyé dans les studios d'Hollywood, à Los Angeles, en tant que représentant de l'ambassade de France et du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. De 1927 à 1932, il est ainsi chargé de mission à Hollywood pour le compte de l’ambassade de France, alors représentée par Paul Claudel, et surveille les « productions à atmosphère française[2] » réalisées à Hollywood. Il œuvre ainsi à faire gommer les aspects « anti-français » de certaines productions américaines et se voit confier la mission de trouver des interprètes pour jouer des rôles de Français. Il rédige également de nombreux rapports destinés à l'ambassade à Washington, concernant l'évolution de l'industrie cinématographique américaine : L'avènement des films parlants et synchronisés (1928), Étude sur le film parlant et ses rapports avec le cinéma américain (1928), Rapport sur le film parlant (1930), État du cinéma mondial (1932).

Son rôle à Hollywood est néanmoins ambigu, tantôt simple observateur, tantôt émissaire de l’ambassade de France et du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, tantôt appointé par des compagnies américaines (notamment la Metro-Goldwyn-Mayer) afin de prévenir tout conflit diplomatique et de lutter en France contre la mise en place du contingentement en matière de cinéma.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Rumeur, poésies (1899)
  • Autre guitare (1900)
  • Le Lévite d'Éphraïm, drame antique en 5 actes et 4 tableaux (1901)
  • Tranquillement (1901)
  • L'Amoral, roman d'aventures (1902)
  • Mémoires d'un grand de la terre, roman (1903)
  • Jim Blackwood, jockey (190.)
  • Suzannah (1905)
  • Demi-amours, roman moderne (1907)Jim Blackwood Jockey
  • Un aviateur. Militza de Karélie (1908)
  • Le Conte des Maremmes et autres lieux (1909)
  • L'Affaire du grand théâtre (1911)
  • Sous les bombes (1911)
  • L'Empire du diamant (1914)
  • La Cosaque (1917)
  • Le Banjo (1918)
  • Un affranchi (1921)
  • New-York (1922)
  • Le Secret d'Alta Rocca (1922)
  • Hollywood, roman de mœurs cinématographiques (1925)
  • Le Crack (1927)
  • État du cinéma mondial (1932)
  • Laminoir 17 (1935)
  • La Dame de Shanghaï (1938)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Dubosclard, « ‘Commandant’ Pechkoff (1884-1966) », op. cité
  2. Alicia Leon y Barella, Sauver l'Ecran en danger. Le cinéma américain en France (1926-1936), op. cité

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]