Vale (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vale.

Companhia Vale do Rio Doce (Vale)

Description de l'image  Vale logo.svg.
Création 1942
Dates clés 1997 : Privatisation
Forme juridique Entreprise publique
Action BM&F Bovespa : VALE3, VALE5
NYSE : VALE, VALEP
Euronext : VALE3, VALE5
BMAD : XVALO, XVALP
SEHK : 6210, 6230
Siège social Drapeau du Brésil (Administratif) Saint-Prex (Canton de Vaud, Suisse)
(Social) Rio de Janeiro, RJ (Brésil)
Direction Murilo Ferreira, CEO
Activité Mine, logistique, énergie, acier
Produits Matières premières, logistique, transport ferré, activités portuaires
Filiales Inco
Effectif 134 000 employés
Site web www.vale.com
Chiffre d’affaires en augmentation US$ 38,5 milliards (2008)
Résultat net en augmentation US$ 13,2 milliards (2008)

Vale ou Companhia Vale do Rio Doce (CVRD) est une entreprise minière multinationale et aussi l'un des plus grands opérateurs logistiques du Brésil. Fondé en 1942 à Itabira par des capitaux publics, Vale est devenu leader dans la production et l'exportation du minerai de fer. Il est aussi un producteur d'envergure mondial de nickel, manganèse, alliage de fer, cuivre, bauxite, potasse, kaolin, alumine et aluminium.

Activités[modifier | modifier le code]

Ses activités dans les secteurs énergétique et logistique sont détenues dans une logique d'intégration verticale à partir de son activité minière, son secteur d'activité principal, pour réduire les risques et variations de cours liés à ces services. Vale détient ainsi des participations dans des centrales hydroélectriques et a détenu des actifs dans la sidérurgie et dans l'industrie papetière qu'elle a vendus dans les années 2000. Par ailleurs, comme activité logistique, elle détient le Port de Tubarão.

Histoire[modifier | modifier le code]

En octobre 2006, Vale a acquis le Canadien Inco, important producteur de nickel et de platine pour 18,9 milliards de dollars.

En novembre 2013, Vale annonce la vente de ses actions dans Norsk Hydro, qu'il détient à 26,1 %, action qu'il avait acquit en 2011, lors de la vente de ses activités d'alumine et de bauxite pour 4,9 milliards de dollars[1]

Contestations[modifier | modifier le code]

Après le rachat d'Inco, Vale est la cible d'actions en justice lancées par le Comité Rhéébù Nùù et liées au projet Goro Nickel en Nouvelle-Calédonie.

En 2009, l’entreprise rémunère ses actionnaires à hauteur de 2,75 milliards de dollars. Le total de sa masse salariale est inférieur à ce chiffre. Outre cette répartition des revenus, on lui reproche de la pollution, des pratiques antisyndicales, des violations du droit du travail, le recours à des milices paramilitaires, la corruption des autorités des pays où elle exploite des mines[2]. L’entreprise est confrontée à des grèves dures, générées par ses pratiques sociales, comme celle qui dure de juillet 2009 à mars 2010 à la mine de nickel de Grand Sudbury, en Ontario (Canada)[3].

Elle est particulièrement critiquée pour à sa participation au barrage de Belo Monte dont la planification autoritaire implique le déplacement de 40 000 personnes, la dévastation et la surexploitation de nouveaux territoires en Amazonie. Cette participation explique qu'elle ait reçu le Public Eye Awards à Porto Alegre (Brésil) en 2012, à l’occasion du Forum social thématique « Crise du capitalisme, justice environnementale et justice sociale » (24 au 29 janvier 2012). Ce "prix" également connu comme le « « Nobel » de la honte » pour une entreprise privée, la désigne comme « la pire société de la planète » (l'entreprise était à cette occasion "en compétition" avec Barclays, Freeport, Samsung, Syngenta et Tepco[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Vale offers to sell its stake in Norsk Hydro, Reuters, 11 novembre 2013
  2. Philippe Revelli, « Images de mineurs en lutte », Le Monde diplomatique, 29 septembre 2010, consulté le 30 septembre 2010
  3. Philippe Revelli, « Révolte globale contre un géant minier », Le Monde diplomatique, octobre 2010, p. 12-13
  4. alter Echos, La pire entreprise de la planète est une entreprise minière brésilienne, 2012-02-03