Valérie Rey-Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valérie Rey-Robert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Site web

Valérie Rey-Robert est une écrivaine et militante féministe française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Salariée d'une entreprise de modération sur Internet[2], Valérie Rey-Robert est connue depuis le début des années 2000 par son blog féministe Crêpe Georgette[3].

En , elle sort de l'anonymat[4] et publie l'ouvrage Une culture du viol à la française : Du « troussage de domestique » à la « liberté d’importuner » aux éditions Libertalia[5]. Un an et demi après le début du mouvement #MeToo, l'autrice revient dessus[6] et analyse les rapports qu'entretient la société française avec le viol[7],[8]. Elle critique le concept de galanterie[9] et se positionne contre la drague, qu'elle juge anti-féministe[10].

Au printemps 2019, les journalistes Aude Lorriaux, Nassira El Moaddem et Marie Kirschen décortiquent l'ouvrage dans le podcast Le Deuxième texte[11].

Lors de la mise au jour de la Ligue du LOL, elle affirme avoir été victime de cyberharcèlement au début des années 2010[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chloé Martin, « Les stéréotypes sur le viol ont la vie dure », sur lemonde.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  2. Clément Pouré, « La culture française, c’est celle du viol », sur Vice, (consulté le 19 novembre 2019)
  3. Morgane Giuliani, « Culture du viol : "Les hommes doivent apprendre à supporter que les femmes leur disent 'non'" », sur Marie Claire, (consulté le 19 novembre 2019)
  4. Pauline Verge, « Valérie Rey-Robert : "On se berce d’illusions sur la vision qu’on a du viol." », sur Manifesto XXI, (consulté le 19 novembre 2019)
  5. Virginie Ballet, « Valérie Rey-Robert : «Il y a une manière très française d’envisager les violences sexuelles» », sur Libération.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  6. Isabelle Germain, « Valérie Rey Robert : « #MeToo n’a pas aboli la culture du viol » », sur lesnouvellesnews.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  7. Oihana Gabriel, « Culture du viol: «Il n’y a pas de petit combat dans le féminisme, tout mène à la lutte contre les violences sexuelles» », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  8. Coline Clavaud-Mégevand, « Culture du viol : quand notre société légitime la pédocriminalité », sur glamourparis.com, (consulté le 19 novembre 2019)
  9. Aude Lorriaux, « Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs », sur Slate.fr, (consulté le 19 novembre 2019)
  10. Inès Belgacem et Caroline Varon, « La drague est anti-féministe », sur streetpress.com, (consulté le 19 novembre 2019)
  11. Le Deuxième texte, « Le Deuxième texte: "Une culture du viol à la française", de Valérie Rey-Robert », sur Apple Podcasts (consulté le 19 novembre 2019)
  12. Pauline Grand d'Esnon, « Ligue du Lol : « Ils ont été engagés parce qu’ils harcelaient », Valérie Rey-Robert, féministe victime de leur cyber harcèlement », sur neonmag.fr, (consulté le 19 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]