Valérie Beaudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaudouin.
Valérie Beaudouin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Valérie Beaudouin, née en 1968, est chercheuse en sciences sociales à Télécom ParisTech[1]. Elle a été responsable du laboratoire « Usages, créativité, ergonomie » de France Telecom R&D, devenu le laboratoire Sense d'Orange Labs, dédié à l’application des sciences humaines à l’innovation.

Elle est membre de l'Oulipo, dont elle gère le site et les phynances, depuis mars 2003. Elle invente en 2008 la contrainte intitulée « Morale à double face » également connue sous le nom de « Morale double », s'inspirant de la morale élémentaire de Queneau. Elle expérimente aussi des formes d'écriture qui mêlent texte et image, comme De la carpe au don (2011), ou encore Corps à l'écran (une terine de vers et d'images).

Elle s'est initialement spécialisée dans les méthodes et outils pour l'analyse automatique des textes (textmining). Depuis la fin des années 90, ses recherches portent sur les mutations liées au numérique (sociabilité, pratiques culturelles, nouvelles formes d'écritures et de lecture) et sur l'analyse des formes contemporaines de l'innovation.

Son ouvrage Mètre et rythme du vers classique. Corneille et Racine explore, avec des méthodes issues de la linguistique informatique et sur des ensembles de vers (80 000 vers du théâtre de Corneille et Racine), les relations qu'entretiennent le mètre et le rythme dans le vers. Prenant appui sur la théorie du rythme de Pierre Lusson et Jacques Roubaud, il propose un modèle métrique hiérarchisé de l'alexandrin, où chacun des niveaux du modèle est constitué d'une unité métrique qui se répète.

Elle est notamment diplômée de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE 1991) et docteure de l'EHESS (2000).

Livres[modifier | modifier le code]

  • Les publics de la Comédie-Française, avec Bruno Maresca, La Documentation française, 1997, accessible sur Gallica : [1].
  • Mètre et rythme du vers classique. Corneille et Racine, Editions Champion, coll. Lettres numériques, 2002.
  • Anne F. Garréta & Valérie Beaudouin, Tu te souviens...?, La Bibliothèque Oulipienne (160), 2007.

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Usages des moteurs de recherche: une approche centrée utilisateurs (Sixièmes Journées internationales d’Analyse Statistiques des Données Textuelles), avec Houssem Assadi, 2002.
  • TyPWeb : décrire la Toile pour mieux comprendre les parcours, avec Serge Fleury, Benoît Habert, Gabriel Illouz, Christian Licoppe et Marie Pasquier, Colloque International sur les Usages et les Services des Télécommunications, e-Usages, Paris, 12-14 juin 2001.
  • Prosumer, Communications, n°189, 2011, 131-139.
  • « Comment se constituent les genres à l’ère du texte numérique ? », in Driss Ablali, Sémir Badir et Dominique Ducard (dir.), Documents, textes, oeuvres. Perspectives sémiotiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 153-166.
  • « Trajectoires et réseau des écrivains sur le Web. Construction de la notoriété et du marché. », in Réseaux, 175 (5), Lavoisier, 2012, pp. 107-144

Créations numériques[modifier | modifier le code]

  • Lumière noire, 2008, créée selon la contrainte « Morale double »

"La morale élémentaire à double face, ou morale double, propose deux versants d’une même réalité. Les éléments de symétrie et de parallélisme propres à la morale élémentaire couvrent les deux faces. Si la version imprimée oblige à situer un versant avant l’autre, l’espace numérique permet d’annihiler la primauté de l’un sur l’autre. En lecture comme en disposition graphique, la morale à double face offre des potentialités de réalisations  : succession, entrelacement, enchevêtrement des mots, bi-mots, strophes qui s’affichent à l’écran, voix qui se croisent."[2]

  • Corps à l'écran, août 2010- mars 2012, créée selon la contrainte de la terine.

La terine[3] est une évolution de la sextine, créée au XIIIe siècle par le troubadour Arnaut Daniel. Six mots-clefs qui ne riment pas terminent les six vers composant six strophes. Ces mots ne doivent pas se retrouver dans la même position, donnant ainsi six combinaisons différentes. La terine suit le même principe, mais avec trois strophes de trois vers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. École d'Ingénieurs Télécom ParisTech - Contacts
  2. Valérie Beaudouin, « Morale double », sur oulipo.net, (consulté le 27 octobre 2017)
  3. Oulipo, « Terine », sur oulipo.net, (consulté le 16 novembre 2017)