Valérie-Laure Benabou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Valérie-Laure Bénabou)
Aller à : navigation, rechercher
Valérie-Laure Bénabou
Valérie-Laure Bénabou par Claude Truong-Ngoc 2013.jpg

Valérie-Laure Benabou en mars 2013.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Valérie-Laure Benabou, née le 11 janvier 1968 à Paris, est professeure de droit privé à l'université d'Aix-Marseille, auparavant directrice et chercheuse au laboratoire sur le Droit des affaires et des nouvelles technologies (DANTE) de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. C'est une spécialiste du droit des industries culturelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en janvier 1968[1], Valérie-Laure Benabou est titulaire d'un doctorat en droit privé de l'université Panthéon-Assas (1996)[2] et d'une agrégation du supérieur (1999)[3]. Nommée maître de conférences en 1997 à l’université de Bourgogne, elle est promue en 1999 au rang de professeur des universités à l'université Lumière-Lyon-II, puis en 2002 à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, où elle codirige le master (2e année) spécialisé en droit des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Depuis 2016, elle est professeur à l'université d'Aix-Marseille où elle prend la direction du master propriété intellectuelle et nouvelles technologies.

Membre du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA)[4], du Groupement d’analyse stratégique des industries culturelles (GASIC) près du Ministère de la culture, Valérie-Laure Bénabou a également fait partie du Groupe de réflexion sur les aspects prospectifs de la propriété intellectuelle (PIETA) auprès du Commissariat général au Plan (CAS) (2004-2006), de la Commission du Conseil d’État sur Internet et les réseaux numériques (1998-1999), et du Comité de pilotage de la mission parlementaire Cohen-Le Déaut relative à l'organisation de la recherche en France (1998-1999). Elle est également membre du Comité éditorial de la revue Propriétés intellectuelles, de la Revue Lamy du droit de l’immatériel (RLDI), des Cahiers de la propriété intellectuelle (Montréal) ; de la revue de droit des technologies (Larcier, Bruxelles)[4]. Elle est vice-présidente de l’Association française pour la protection internationale du droit d’auteur (AFPIDA) du groupe français de l’Association littéraire et artistique internationale (ALAI)[4].

En décembre 2011, le CSPLA crée une commission spécialisée, afin d'établir un rapport sur le référencement des œuvres sur Internet, dont elle est co-présidente[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Droit d'auteur, droits voisins et droit communautaire, Bruylant, Bruxelles, 1997, 591 p.
  • La codification de la propriété intellectuelle, en collaboration avec V. Varet, La Documentation française, Paris, 1998, 216 p.
  • À qui profite le clic ? avec Judith Rochfeld, Odile Jacob, Paris, 2015.

Réception[modifier | modifier le code]

L'ouvrage À qui profite le clic ? (paru en 2015), de même que ses écrits, notamment son rapport au CSPLA (Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique) en 2014 ont fait l'objet de plusieurs critiques dans des articles ou ouvrages[6],[7],[8],[9].

L'auteure est citée dans les déclarations des ministres de la culture et de la communication en 2007, 2012 et 2014[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF13176376
  2. SUDOC 041593197
  3. « Valérie-Laure Benabou - Nominations au Journal Officiel de la République Française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 4 novembre 2017)
  4. a, b et c « Valérie-Laure | Hadopi », sur www.hadopi.fr (consulté le 4 novembre 2017)
  5. Valérie-Laure Benabou, « Valérie-Laure Benabou, professeur de droit à l’Université de Versailles-Saint Quentin Joëlle Farchy, professeur de science », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le 4 novembre 2017)
  6. « Il fallait lire en 2015 (3/12) : A qui profite le clic ? de Valérie-Laure Benabou et Judith Rochfeld », Usine Digitale,‎ (lire en ligne)
  7. « Numérique : « le droit ringardisé ? » », Nouvelles Publications,‎ (lire en ligne)
  8. Rapport Ambition numérique : pour une politique française et européenne de la transition numérique, Conseil national du numérique, (lire en ligne), p. 280
  9. Vincent Giret, « Le clic, la propriété et la valeur », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. « Vie Publique - Résultats de votre recherche », sur vie-publique.fr (consulté le 5 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]