Valériane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valériane
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Valériane » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Dans la famille des Valerianaceae :

Valériane est le nom vernaculaire ambigu donné en français à environ 150 espèces de plantes de la famille des Valerianaceae, majoritairement du genre Valeriana.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Bien qu'un rapprochement étymologique soit possible, ce nom ne viendrait pas du latin valere, c'est-à-dire vaillant, valeureux mais de celui de la province romaine de Valeria, en Pannonie, une ancienne région de l'Europe centrale[1].

Physiologie et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des valérianes sont celles des Valerianaceae, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur description ou leur utilisation.

Liste d'espèces appelées « valériane »[modifier | modifier le code]

Note : Plusieurs noms peuvent correspondre à un ou plusieurs taxons.

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Prénom[modifier | modifier le code]

  • Valériane est un prénom révolutionnaire, resté assez rare tout au long du XIXe siècle. Il est de nouveau donné assez souvent à partir des années 1970, et jusqu’à une centaine de fois par an dans les années 1990. Dans les années 2000, il redescend à une vingtaine d’attributions annuelles. Il se fête le 13 mai[4].

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Valériane
  2. a et b Valériane officinale A. Truelle - Supplément à La Nature no 2710 - 13 mars 1926
  3. Valériane des tourbières
  4. Marie-Odile Mergnac, Les prénoms du calendrier révolutionnaire, Paris : Archives et culture, 2006, (ISBN 2-35077-003-6), p. 58.
  5. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 26.