Valéria Faure-Muntian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Valéria Faure-Muntian
Illustration.
Fonctions
Députée française

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 3e de la Loire
Législature XVe
Prédécesseur François Rochebloine (UDI)
Successeur Emmanuel Mandon
Biographie
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Kilia (Ukraine)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Diplômé de Université de Franche-Comté

Valéria Faure-Muntian est une femme politique française, née le à Kilia (Boudjak, Ukraine). Elle est élue député de la troisième circonscription de la Loire pour le parti présidentiel La République en marche lors des élections législatives de 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1984 en Ukraine, elle est l'aînée des trois enfants d'une famille ukrainienne ayant des ascendances moldaves (Muntian est la translittération en caractères latins de Мунтянь). Elle immigre en 1998 avec sa famille en France[1]. Elle intègre alors le collège Diderot puis les lycées Pasteur et Pergaud de Besançon. Elle obtient son baccalauréat STT option comptabilité-gestion en 2002. En 2005, à l'âge de 21 ans, elle est naturalisée et ne conserve que sa nationalité française. Elle rejoint ensuite la faculté de droit de l'université de Franche-Comté puis obtient un BTS banque assurance en 2007 de CFA Banque de Strasbourg.

Elle occupe successivement des postes auprès de la Société générale, EDF, Auxiliaire Vie BTP (filiale de la SMABTP) et enfin Groupama, comme chargée de clientèle.

En 2016, elle rejoint le parti politique En marche fondé par Emmanuel Macron. Elle devient d'abord co-animatrice du comité local du mouvement à Sorbiers, puis membre du comité départemental.

Aux élections législatives de 2017, elle est candidate dans la troisième circonscription de la Loire. Face à François Rochebloine, député UDI depuis 1988, elle se qualifie pour le second tour, en tête avec 33 % des voix exprimées[1],[2],[3],[4]. Elle obtient près de 53 % des suffrages exprimés au second tour de scrutin[5]. Elle ne souhaite pas se présenter aux élections législatives de 2022[6].

Son suppléant Matheus Branquinho est accusé d'agressions sexuelles sur deux fillettes âgées de 6 et 8 ans au cours de l'année 2020 et de détention d'images pédopornographiques. Placé en détention provisoire de mars à août 2021, il est remis en liberté pour vice de procédure pour comparaitre à nouveau devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne en mai 2022. Valéria Faure-Muntian a fait part de sa « stupéfaction », affirmant « tout ignorer de ces accusations » et ajoute avoir « perdu le contact depuis plusieurs années avec (son) suppléant »[7],[8],[9].[pertinence contestée]

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Assurances[modifier | modifier le code]

Elle s'investit sur le secteur des assurances, devenant dès 2017, co-présidente du groupe d'études "Assurances"[10]. Elle s’implique dans les négociations entre les assureurs et le gouvernement, lors de la crise du covid, prenant part au groupe de travail de travail réfléchissant à une solution assurantielle, pour la prise en charge des pertes d’exploitation des entreprises lors des confinements[11]. Au début de la crise, elle appelle les épargnants à la prudence et à la rationalité, afin de ne pas aggraver la crise sanitaire, par une panique boursière[12].

Sa proposition de loi sur la réforme du courtage est inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée en . Elle reprend une disposition de la loi Pacte, censurée par le conseil constitutionnel. Elle vise à mieux réguler le secteur du courtage en assurance, en renforçant les pouvoirs de l’autorité de contrôle prudentiel, le régulateur des assurances[13]. Le texte aborde la question des assureurs en libre prestation de service, et entendant régler les difficultés nées de faillites d'assureurs, qui laissent leurs assurés sans couverture[14]. Ayant participé à des auditions au sein d'un think tank proche de Planète CSCA, Intermedius, elle est critiquée par Médiapart, comme étant en conflit d'intérêt[15]. Consulté, le déontologue de l'Assemblée estime qu'il n'y a pas de conflit d'intérêt, l'activité concernée étant bénévole[16].

Elle s'implique également sur le texte relatif à l'indemnisation des catastrophes naturelles et remet, en 2019, un rapport à la direction du Trésor[17]. Elle demande une réforme du système d'assurance en outre-mer, où les primes sont plus élevées, avec des risques, notamment cycloniques, plus importants.

En 2020, elle est rapporteure du projet de loi portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'UE en matière économique et financières. Un texte visant à transposer plusieurs directives relatives au secteur bancaire et de l'assurance[18].

Numérique[modifier | modifier le code]

Elle rend un rapport, en 2018, sur les données géographiques souveraines[19]. Elle y recommande de libérer, en format ouvert et réutilisable, les données détenues par l’institut national géographique, plaidant pour la gratuité. Elle préconise également la création d’une plateforme nationale, animée par l’IGN, permettant des mutualisations entre acteurs publics[20].

En 2018, elle est coauteure d’un rapport de l’office parlementaire des choix scientifiques, sur la Blockchain, avec le député Claude de Ganay et le sénateur Ronan Le Gleut[21]. Ils alertent sur l’importante consommation électrique de ces dispositifs[22].

En 2020, elle rend un rapport, co-écrit avec Daniel Fasquelle, sur les plateformes numériques[23]. Ils proposent d’instaurer des règles spécifiques pour les grandes plateformes et de durcir les règles de la concurrence envers les Gafa[24]. Une direction prise par l’Union européenne quelques mois plus tard, avec le Digital Service Act (DSA)[25],[26].

Elle est membre des groupes d'études « Cybersécurité et souveraineté numérique », « Économie numérique de la donnée, de la connaissance et de l'intelligence artificielle », « Startup et PME » et secrétaire de la mission d'information sur la souveraineté numérique[27]. Elle est également membre du Comité pilote d'éthique du Numérique[28] placé sous l’égide du CCNE[29].

Autres postes[modifier | modifier le code]

Membre de la commission des Affaires économiques, elle en devient vice-présidente[30] avant de passer à la commission des Finances en 2020.

Présidente du groupe d'amitié France-Ukraine de l'Assemblée nationale, elle s'est investie dans les relations avec l'Ukraine, et est particulièrement active depuis le début de la guerre en 2022[31]. Elle est également membre du groupe d'amitié France-Russie[32].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notices et portraits », sur le site de l'Assemblée nationale
  2. Tanguy Bocconi, « La liste des candidats du mouvement « La République En Marche ! » en partie dévoilée dans la Loire », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  3. Denis Souilla et Angy Louatah, « Législatives : un duel Faure-Muntian (LREM) / Rochebloine (LR) dans la 3e circonscription de la Loire », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  4. Angy Louatah, « Législatives : le débat dans la 3e circonscription de la Loire entre Faure-Muntian (En Marche) et Rochebloine (UDI) », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  5. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le )
  6. « Législatives 2022 : qui sont les candidats "Ensemble!" investis dans la Loire, l'Ain, l'Ardèche et la Drôme ? », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le )
  7. « Pédophilie : un député suppléant LREM de la Loire renvoyé en correctionnelle », sur LEFIGARO, (consulté le )
  8. « Pédophilie: un député suppléant Renaissance de la Loire renvoyé en correctionnelle », sur l'Opinion, (consulté le )
  9. « Pédocriminalité : un député suppléant LREM de la Loire renvoyé en correctionnelle », sur Europe 1 (consulté le )
  10. http://www2.assemblee-nationale.fr/instances/resume/OMC_PO746639/legislature/15
  11. Benoit Toussaint et Marie Heuclin, « Bercy renonce à l'instauration d'un régime d'assurance pandémie généralisé », sur La Tribune,
  12. AOF, « Covid-19: Valéria Faure-Muntian lance un appel aux petits porteurs et aux acteurs de la finance », sur Boursorama,
  13. « PPL Faure Muntian », sur Assemblée nationale
  14. Florent Lacas, « Assureurs LPS : "Un problème très complexe et sensible", V. Faure-Muntian », sur Bati Actu,
  15. Manuel Jardinaud, « Assurances: le mélange des genres de la députée LREM Valéria Faure-Muntian », sur Médiapart, .
  16. Dominique Goubatian, « Assemblée Nationale : pas de conflits d’intérêts pour Valéria Faure-Muntian », sur Le Progrès,
  17. Aurélie Abadie, « Catastrophes naturelles : les propositions des députés pour améliorer le régime », sur L'argus de l'Assurance,
  18. « Rapport Faure-Muntian », sur Assemblée nationale
  19. « rapport sur les données géographiques souveraines », sur Vie publique
  20. Thierry Noisette, « Open data: l’IGN libère ses données », sur ZDnet
  21. « rapport sur la Blockchain », sur Assemblée nationale
  22. Marine Protais, « Un rapport de l’OPECST alerte sur la consommation énergétique des blockchains actuelles », sur L'usine nouvelle,
  23. « Rapport sur les plateformes numériques », sur Assemblée nationale,
  24. « Rétablir au plus vite l’équité en ligne pour permettre à tous les commerces d’opérer leur mutation numérique », sur Le Monde,
  25. Guillaume Guicard, « GAFA: des députés français veulent créer des règles de la concurrence spécifiques », sur Le Figaro,
  26. Jean-Marc Pastor, « Pour une meilleure régulation des plateformes numériques », sur Dalloz,
  27. « Composition de la mission d'information sur la souveraineté numérique », sur Assemblée nationale
  28. « Création du Comité Pilote d’Éthique du Numérique | Comité Consultatif National d'Ethique », sur www.ccne-ethique.fr (consulté le )
  29. « Comité Consultatif National d'Ethique | Pour les sciences de la vie et de la santé », sur www.ccne-ethique.fr (consulté le )
  30. « Commission des affaires économiques »
  31. Laure Equy, « La députée Faure-Muntian, au chevet de son Ukraine natale », sur Libération (consulté le )
  32. « Groupe d'amitié France-Russie »

Liens externes[modifier | modifier le code]