Vaire-Arcier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaire (homonymie).

Vaire-Arcier
Vaire-Arcier
Château et jardin à la française de Vaire-Le-Grand.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Besançon-5
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Commune Vaire
Statut Ancienne commune
Code postal 25220
Code commune 25575
Démographie
Population 553 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 02″ nord, 6° 09′ 11″ est
Altitude Min. 243 m
Max. 561 m
Superficie 12,78 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Vaire
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 15.svg
Vaire-Arcier

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 15.svg
Vaire-Arcier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vaire-Arcier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vaire-Arcier

Vaire-Arcier est une ancienne commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté, à 10 km au nord-est de Besançon. Les habitants se nomment les Vairiers et Vairières.

Par arrêté du , depuis le , Vaire-le-Petit et Vaire-Arcier[1] fusionnent pour former une commune nouvelle de Vaire. Le chef-lieu de la nouvelle commune est fixé sur l'ancienne commune[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, allongée et composée de plusieurs hameaux séparés, s'étale le long de la rivière Doubs, au pied du premier plateau du Massif du Jura.

Les importantes sources d'Arcier sont une résurgence des pertes du plateau de Saône. Elles sont captées et acheminées jusqu'à la ville de Besançon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

de Vaira en 1264 ; Varre en 1282 ; Verre en 1289 ; de Varres en 1298 ; Vayres en 1302 ; Vairra en 1311 ; Varra en 1329 ; Verre en 1584 ; Verre la Grange en 1614 ; Le Grand Vaire en 1652 ; Vaire-le-Grand depuis 1780 - Courcelles : Courcelles de 1304 à 1574 ; Corcelotte en 1574 ; Corcelles en 1748 ; La Grange de Courcelle de 1784 à l'an III ; Courcelotte en 1789 - Arcier : Arcun en 1049 ; Ercey en 1181 ; Arcès en 1318 ; Arcey en 1488, fusionnée avec Vaire-le-Grand depuis le 1/04/1974, moins le territoire de La Canaie, rattaché à Chalèze[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Novillars Vaire-le-Petit, Deluz Rose des vents
Roche-lez-Beaupré
Chalèze
N Osse
O    Vaire-Arcier    E
S
Gennes, Nancray

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 75  du réseau de transport en commun Ginko.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sources d'Arcier étaient exploitées dès l'époque romaine. Un aqueduc cimenté et enterré, encore très visible par endroits permettait déjà d'acheminer l'eau jusqu'à la grande ville romaine de Vesontio (Besançon). L'aqueduc suivait le Doubs en passant par Chalèze, la Malate puis sous la porte de la ville de Besançon connue sous le nom de "Porte taillée" et dont l'ouverture prend justement son origine dans le passage de l'aqueduc. L'aqueduc se terminait par un bassin de répartition situé square Castan, sous le bâtiment actuel du Conseil régional.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Patrick Racine[4]    
2014 Charles Perrot SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 553 habitants, en augmentation de 5,94 % par rapport à 2009 (Doubs : 2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600423448376353445432464490
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
509495453416402394466514439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419398407349346344334313354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
356360384449474526515528553
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. En 1974, Vaire-Arcier était né de la fusion entre Vaire-le-Grand et Arcier.
  2. « recueil des actes administratifs du Doubs » (consulté le 1er juin 2016).
  3. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,
  4. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .