Vahakn Dadrian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vahakn Dadrian
Vahagn Dadryan.JPG
Vahakn Dadrian en 2013.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université libre de Berlin, université d'État de New York à Geneseo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaines
Distinction
Médaille Khorenatsi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Vahakn Dadrian
signature

Vahakn N. Dadrian (né le à Constantinople et mort le ) est un historien arménien de Turquie naturalisé américain, directeur de recherche sur le génocide des Arméniens au Zoryan Institute (Massachusetts, États-Unis), ayant travaillé et publié de nombreux ouvrages de référence sur ce génocide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vahakn Dadrian a d'abord étudié les mathématiques à l'université libre de Berlin[1], puis a changé totalement d'orientation. Il étudia l'histoire à l'université de Vienne, et plus tard le droit international à l'université de Zurich. Il termina ses études avec une thèse de doctorat en sociologie à l'université de Chicago[2].

Maîtrisant l'allemand, l'anglais, le français, le turc contemporain, le turc osmanli et l'arménien, il a pu faire lui-même des recherches dans les archives de différents pays et plus généralement travailler sur des documents écrits en diverses langues.

Traduits en de nombreuses langues, les travaux de Vahakn Dadrian suscitent des réactions fort diverses, allant de la pleine adhésion (Yves Ternon) aux plus vives critiques (Guenter Lewy) : on retrouve là l'opposition entre tenants et opposants à la qualification de génocide pour le massacre et la destruction des Arméniens ottomans. Il reçut par ailleurs les honneurs de plusieurs institutions politiques ou académiques : le parlement britannique l'invita en 1985 à prononcer un discours devant la Chambre des communes (House of Commons) à l'occasion de la commémoration du génocide arménien.

Vahakn Dadrian est détenteur d'un doctorat honoris causa remis par l'Académie nationale des sciences de la république d'Arménie pour ses travaux sur le génocide arménien. En 1998, il reçoit en Arménie la médaille Khorenatsi (la plus haute distinction culturelle du pays) des mains du chef d'État. Il est également membre de l'Académie depuis cette date[2].

La Harry Frank Guggenheim Foundation fait de lui le directeur d'un large projet de recherches sur les génocides, qui aboutit à la publication d'un important nombre d'articles dans des journaux scientifiques traitant de la Shoah et des génocides.

Il meurt le aux États-Unis à l'âge de 93 ans[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Autopsie du génocide arménien. Trad. Marc & Mikaël Nichanian. Bruxelles : Éditions Complexe, 1995, 266 p.
  • Haykakan Tsekhaspanut`iune Khorhtaranayin ev Patmagitakan Knnarkumnerov (Le traitement du génocide ottoman par le parlement ottoman et son analyse historique). Watertown, MA : Baikar, 1995, 147 p.
  • Jenosid Ulusal ve Uluslararasi Hukuk Sorunu Olarak: 1915 Ermeni Olay ve Hukuki Sonuçlar [Genocide as a problem of national and international law: The World War I Armenian case and its contemporary legal ramifications]. Trad. Yavuz Alogan. Istanbul : Belge Uluslararas Yaynclk, 1995, 221 p.
  • The History of the Armenian Genocide: Ethnic Conflict from the Balkans to Anatolia to the Caucasus. Providence, RI & Oxford : Berghahn Books, 1995, 452 p.
  • German Responsibility in the Armenian Genocide: A Review of the Historical Evidence of German Complicity. Watertown, MA : Blue Crane Books, 1996, 304 p.
  • Histoire du génocide arménien: Conflits nationaux des Balkans au Caucase. Traduit de l'anglais par Marc Nichanian. Paris : Stock, 1996, 694 p.
  • The Key Elements in the Turkish Denial of the Armenian Genocide: A Case Study of Distortion and Falsification. Cambridge, MA and Toronto : Zoryan Institute, 1999, 84 p.
  • Warrant for Genocide: Key Elements of Turko-Armenian Conflict. New Brunswick et Londres : Transaction Publishers, 1999, 214 p.

Articles[modifier | modifier le code]

On citera notamment :

  • En collaboration avec Alexandre Niess : « L’État, le parti et les parlementaires turcs face au génocide arménien (1908-1916) », in Parlement(s), Revue d'histoire politique, dossier « La guerre des mots. 14-18 dans les Parlements européens », dirigé par Fabienne Bock, no 10, 2008/3, p. 64-75.
  • « The Naim-Andonian Documents on the World War I Destruction of Ottoman Armenians: the Anatomy of a Genocide », International Journal of Middle East Studies, 1986, vol. 18, p. 311-360. Vahakn Dadrian y étudie méticuleusement les documents Andonian qui prouvent l'organisation du génocide arménien au plus haut de l'appareil d'État Jeune-Turc ; il démonte ainsi les arguments avancés par les historiens turcs niant le caractère génocidaire des déportations de la population arménienne ottomane.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « CV de Vhakan N. Dadrian » [archive], sur zoryaninstitute.org (consulté le 5 août 2019)
  2. a et b (en) « Brief Biography of Vahakn N. Dadrian » [archive], sur zoryaninstitute.org,
  3. Krikor Amirzayan, « Disparition du célèbre l’historien Vahakn Dadrian (93 ans) grand spécialiste du génocide des Arméniens », sur armenews.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]