VIIIe millénaire av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XIIe millénaire av. J.‑C. | XIe millénaire av. J.‑C. | Xe millénaire av. J.‑C.| IXe millénaire av. J.‑C. |
VIIIe millénaire av. J.‑C.
| VIIe millénaire av. J.‑C. | VIe millénaire av. J.‑C.| Ve millénaire av. J.‑C.| IVe millénaire av. J.‑C.

Liste des millénaires | Liste des siècles | Chiffres romains


Le VIIIe millénaire av. J.-C. couvre la période allant de l’an 8000 av. J.-C. à l’an 7001 av. J.-C. compris. Ceci n'est pas à prendre au sens strict, aucune date de cette période ne pouvant être estimée suffisamment précisément.

Évènements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Vers 8550-8240 av. J.-C. : industrie microlithique (pointes de Bir Ounan) associée à des meules et des tessons de céramique dans l'Adrar Bous dans le Ténéré au Niger, laissé par des chasseurs-pêcheurs-cueilleurs appartenant à la culture kiffienne[1].
  • Vers 8250-7300 av. J.-C. : la céramique « à impression » et « en lignes ondulées » (Dotted Wavy Line) est attestée dur les sites d'Amekni, Ti-n-Hanakaten et Fort Lautey dans le Hoggar associée à une industrie lithique de lames et de lamelles en silex[1]. Au Sahara central et sur ses lisières de l'Afrique sub-saharienne, les premières céramiques comportent une décoration caractéristique dite « en lignes ondulées », linéaires ou pointillées, datées entre 9300 et 9000 ans avant le présent, obtenues en passant une arête de poisson-chat sur l’argile humide. Elle se répand rapidement vers le Niger à l’ouest, vers le Nil et le Rift à l’est du VIIIe au IVe millénaire av. J.-C.[2].
  • Vers 8201-7816 av. J.-C. : en Afrique du Nord et au Sahara, premières domestications du bétail indigène (datation au radiocarbone associée aux os de bovins, Wendorf & Schild 1980)[3].
Œuf d'autruche utilisé comme récipient par des Capsiens.
  • 8000 av. J.-C. :
    • Les Capsiens, de type proto-méditerranéen apparaissent en Tunisie vers 8000 av. J.-C. et progressent dans le Maghreb d'est en ouest[4].
    • Mésolithique de Khartoum, en Haute-Nubie, vers 8000-5000 av. J.-C. : outillage microlithique, harpons, céramique « en lignes ondulées[5].
  • 7600-2500 av. J.-C. : Wilton ancien et classique. La culture Wilton, caractérisée par la présence de microlithes et d'outils en os poli, se généralise en Afrique australe et orientale au VIe millénaire av. J.-C.[6].
  • 7600 av. J.-C. : Garounien dans le Fayoum. Gravures rupestres (chasseurs nomades) en Nubie et en Haute-Égypte[7].
  • 7650-6950 av. J.-C. : culture de Nabta Playa I en Basse-Nubie et en Haute-Égypte.
    • Néolithique ancien 2 (phase El Gorhab, 7650-7250 av. J.-C.). Période humide suivie d’une phase aride. Présence de bovins[5],[8].
    • Néolithique ancien 3 (phase El Nabta, 7150-6950 av. J.-C.). Période humide. L’habitat s’étend et est utilisé de façon plus permanente, mais reste saisonnier. Il apparait des puits de stockage, une céramique de type « en lignes ondulées pointillée ». Des bovins sont présents, des plantes sauvages sont récoltés (sorgo et millet). Le sorgo pourrait être cultivé[8],[5].
  • 7500-6200 av. J.-C. : cultures mésolithiques à El-Barga (7500-7000 av. J.-C.) et Wadi el Arab (7200-6200 av. J.-C.) dans la région de Kerma en Nubie. Céramique caractérisée par un décor au peigne pivotant[5].

Amérique[modifier | modifier le code]

Crâne de l’homme de Kennewick.
  • 8000-1000 av. J.-C. : période archaïque en Amérique du Nord. Avec la fin de la glaciation et l’apparition d’une forêt de feuillus, l’alimentation se diversifie (petits gibiers, plantes, poissons, crustacés). De nouveaux types d’outils se développent[10]. Les premières sépultures apparaissent, souvent avec de l’ocre rouge[11].
    • A Casper, dans le Wyoming, durant l’automne environ 8050 ans av. J.-C., un groupe de 15 à 20 chasseurs prennent 75 bisons (Bison antiquus) et les dépècent sur place. Les animaux ont été dirigés vers une dune et abattus à l’aide de lances équipées de pointes de type « Hell Gap »[12]. 19 000 kg de viande sont débités, essentiellement pour préparer le pemmican séché de l’hiver.
    • Occupation du site de Koster (en), dans l’Illinois, de 7500 av. J.-C. à 1200. Les premiers visiteurs, occasionnels, sont des paléoindiens [13]
    • Homme de Kennewick, découvert par James Chatters, près de la rivière Columbia dans l’État de Washington en 1997, daté de 9400 ans avant le présent[14]. Après une longue controverse concernant son origine (son caractère « caucasoïde » supposé) une étude génétique a démontré qu’il était très proche génétiquement des amérindiens actuels[15].
  • 7200 ans av. J.-C. : occupation de la vallée de Tehuacán, au Mexique, (phase Ajuereado, avant 7200 ans av. J.-C., phase El Riego de 7200 à 5200 ans av. J.-C.). Début d’une longue transition entre une économie de chasse et de cueillette vers une économie agricole, car la région est soumise à des alternances de périodes sèches et de périodes humides qui poussent vers des mouvements de population entre les fonds de vallées et les hautes terres. Il est possible que les hommes l’El Riego aient cultivé des cucurbitacées (moschata, Mixta) et du piment[16].

Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 8080 av. J.-C. : découverte de fragments de poteries portant des impressions de grains de riz sauvage sur le site proto-néolithique de Chopanimando, sur la rivière Belan, près des collines de Vindhya, près de la confluence du Gange et de la Yamuna en Inde, plus de 2500 ans avant les céramiques de Mehrgarh[17].
  • 8000 av. J.-C. :
    • Les premières traces de sédentarisation de communautés agricoles se situeraient en Chine vers 8 000 av. J.-C. Différentes cultures aux particularismes très marqués s’épanouissent simultanément[18]. Le site de Donghulin près de Pékin livre des traces de Setaria italica (millet des oiseaux) et de Panicum miliaceum (millet commun) vers 7 500 av. J.-C.[19].
    • La montée des eaux entre 8000 et 4000 av. J.-C. amène à la création de milliers d’îles et à la multiplication des zones littorales en Asie du Sud-Est[20].
  • 8000-5000 av. J.-C. : période Jōmon archaïque au Japon[21], caractérisée par des céramiques « à dessins cordés », produites par une multitude de petites communautés disséminées.
  • 8000-6000 av. J.-C. : période mésolithique des peintures rupestres des abris sous-roche du Bhimbetka au pied des monts Vindhya, au sud du plateau de l'Inde centrale[22].

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 8000-7000 av. J.-C. : culture de Bus Mordeh à Tepe Ali Kosh (en), à l’ouest du Zagros. Petites structures en briques crues (réserves). Chasse, pêche, cueillette, rudiments d’élevage et d’agriculture. Échanges avec l’Arménie et le Golfe Persique[23].
Fouilles d'Aşıklı Höyük, village du Néolithique précéramique B, en Cappadoce, à environ 25 km au sud-est d'Aksaray.

Europe[modifier | modifier le code]

Harpons mésolithiques provenant du site de Star Carr, un des premiers établissements post-glaciaires connus en Angleterre.
  • Fin de la déglaciation amorcée vers 12 000 av. J.-C.. Mer à -45 m. La Scandinavie est libérée des glaces. La disparition des glaciers ouvre l’Europe centrale aux cyclones atlantiques chauds et humides. Installation d’une couverture forestière mixte (chênes, tilleuls, ormes...) et développement des prairies graminées. Les animaux des temps glaciaires disparaissent (mammouth), migrent vers le nord (rennes) ou se raréfient (bisons, chevaux) au profit des animaux forestiers (cerfs, sangliers, petits gibiers...).
  • 8200-7500 av. J.-C. : site du mésolithique moyen de la rue Henry-Farman, dans l'actuel XVe arrondissement de Paris près de la Seine, le plus ancien jamais trouvé à Paris. Il était occupé par des chasseurs-cueilleurs. Il y a été trouvé des pointes de flèches microlithiques en silex de 1 à 3 cm, un percuteur en grès servant à débiter les lamelles de silex, des grattoirs de silex pour le travail des peaux, des restes de foyers et d'os d'animaux[33].
  • 7500-3800 av. J.-C. : phase Atlantique en Europe. Climat humide et tempéré (optimum climatique). Extension maximum de la forêt constituée essentiellement par la chênaie mixte (chêne, orme et tilleul)[34]. Le chêne vert (Quercus ilex) s’implante jusqu’en Normandie[35].
  • 7500-6500 av. J.-C. : proto-néolithique dans la péninsule balkanique, représenté par le site d'Argissa (en), en Thessalie, et en Crète. Habitat sédentaire fait de huttes enterrées avec foyers intérieurs groupées en villages sur des tells (margoulas). Agriculture (engrain, amidonnier, orge, avoine, pois, légumes), élevage (moutons, chèvres), chasse (sangliers, aurochs, cerfs), exportation de l'obsidienne de Mélos. Absence de céramique[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annabelle Gallin, Les styles céramiques de Kobadi : analyse comparative et implications chronoculturelles au néolithique récent du Sahel malien, vol. 1, Africa Magna Verlag, (ISBN 9783937248240, présentation en ligne)
  2. Fred Wendorf, Romuald Schild, Kit Nelson, Holocene Settlement of the Egyptian Sahara : The Pottery of Nabta Playa, vol. 2, Springer Science & Business Media, (ISBN 9780306466137, présentation en ligne)
  3. Steven Mithen, After the Ice : A Global Human History, 20,000 - 5000 BC, Hachette UK, (ISBN 9781780222592, présentation en ligne)
  4. Bernard Lugan, Histoire de l'Afrique du Nord: Des origines à nos jours, Editions du Rocher, (ISBN 9782268085357, présentation en ligne)
  5. a b c et d Alain Gallay, « Sociétés et rites funéraires : le Nil moyen (Soudan) du Néolithique à l’Islamisation », Varia, no 12,‎ , p. 43-80 (présentation en ligne)
  6. Dictionnaire de la Préhistoire : Les Dictionnaires d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 9782341002233, présentation en ligne)
  7. a et b Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  8. a et b Fred Wendorf, Romuald Schild, Holocene Settlement of the Egyptian Sahara : The Archaeology of Nabta Playa, vol. 1, Springer Science & Business Media, (ISBN 9781461506539, présentation en ligne)
  9. John A. Matthews, The SAGE Handbook of Environmental Change, vol. 1, SAGE, (ISBN 9780857023605, présentation en ligne)
  10. H. Trawick Ward, R. P. Stephen Davis, Time Before History : The Archaeology of North Carolina, UNC Press Books, (ISBN 9780807847800, présentation en ligne)
  11. E. Arthur Bettis III, Archaeological Geology of the Archaic Period in North America, Geological Society of America (ISBN 9780813722979, présentation en ligne)
  12. Guy E. Gibbon, Kenneth M. Ames, Archaeology of Prehistoric Native America: An Encyclopedia, Taylor & Francis, (présentation en ligne)
  13. Dr. Brian Fagan, Nadia Durrani, People of the Earth : An Introduction to World Prehistory, Routledge, (ISBN 9781317346814, présentation en ligne)
  14. Joseph F. Powell, The First Americans : Race, Evolution and the Origin of Native Americans, Cambridge University Press, (ISBN 9780521530354, présentation en ligne)
  15. Morton Rasmussen, « The ancestry and affiliations of Kennewick Man », Nature, no 14625,‎ (présentation en ligne)
  16. Guy Lasserre, « Du maïs sauvage au maïs cultivé : les découvertes de Tehuacan (Mexique) », Les Cahiers d'Outre-Mer, vol. 17, no 67,‎ , p. 314-324 (présentation en ligne)
  17. Kamlesh Kapur, History of ancient India, Sterling Publishers Pvt. Ltd, (ISBN 9788120749108, présentation en ligne)
  18. Gilles Béguin, Arts de l'Asie au Musée Cernuschi, Paris Musées, (présentation en ligne)
  19. Graeme Barker, Candice Goucher, The Cambridge World History. A World with Agriculture, 12,000 BCE–500 CE, vol. 2, Cambridge University Press, (ISBN 9781316297780, présentation en ligne)
  20. La Recherche, vol. 20, Paris, Société d'éditions scientifiques, (présentation en ligne)
  21. Jean-Paul Demoule, Pierre-François Souyri, Archéologie et patrimoine au Japon, Les Éditions de la MSH, (ISBN 9782735115471, présentation en ligne)
  22. Marc Azéma, Laurent Brasier, Le beau livre de la préhistoire: De Toumaï à Lascaux 4, Dunod, (ISBN 9782100757893, présentation en ligne)
  23. Georges Roux, La Mésopotamie. Essai d'histoire politique, économique et culturelle, Le Seuil (ISBN 9782021291636, présentation en ligne)
  24. Riccardo Bocco, Steppes d’Arabies : États, pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, Graduate Institute Publications, (ISBN 9782940549788, présentation en ligne)
  25. Jean-Denis Vigne, Les débuts de l'élevage, Humensis (ISBN 9782746512221, présentation en ligne)
  26. Haut Commissariat de la République française en Syrie et au Liban, Institut français d'archéologie de Beyrouth, Syria, vol. 80, P. Geuthner, (présentation en ligne)
  27. Ergul Kodas, « La réalisation du surmodelage du crâne au Néolithique au Proche-Orient », Archéo.Doct, vol. 6,‎ , p. 217-231 (présentation en ligne)
  28. Colin Chant, The Pre-industrial Cities and Technology Reader, Psychology Press, (ISBN 9780415200783, présentation en ligne)
  29. « Un chat apprivoisé à Chypre, plus de 7000 ans avant J.C. », sur CNRS,
  30. Louis Albertini, Agricultures méditerranéennes : agronomie et paysages des origines à nos jours, Actes sud, (ISBN 9782742780518, présentation en ligne)
  31. Dictionnaire de la Préhistoire : Les Dictionnaires d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 9782341002233, présentation en ligne)
  32. Peder Mortensen (2011), CERAMICS: The Neolithic Period in Central and Western Persia. iranicaonline.org
  33. « Sur les traces des premiers Parisiens », sur Inrap
  34. a et b Marcel Otte, La protohistoire, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782804159238, présentation en ligne)
  35. Claude Tassin, Paysages végétaux du domaine méditerranéen : Bassin méditerranéen, Californie, Chili central, Afrique du Sud, Australie méridionale=, IRD Éditions, (ISBN 9782709922890, présentation en ligne)
  36. Stuart Piggott, Joan Thirsk, The Agrarian History of England and Wales : Prehistory, vol. 1, CUP Archive, (ISBN 9780521087414, présentation en ligne)
  37. Mats Larsson, Life and Death in the Mesolithic of Sweden, Oxbow Books, (ISBN 9781785703881, présentation en ligne)