VAL 206

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
VAL 206
Description de cette image, également commentée ci-après
Une rame de VAL 206 sur la ligne A du métro de Toulouse.
Identification
Désignation Propre à chaque réseau
Composition 2 caisses
Conduite Automatique
Couplage Jusqu'à 2 éléments
Construction 120 rames
Constructeur(s) Siemens Transportation Systems
Effectif 119
Affectation
Caractéristiques techniques
Roulement Pneus
Écartement 1620 mm
Captage Frotteur sur le rail latéral.
Tension ligne de contact 750 V
Puissance continue 480 kW
Largeur 2,06 m
Hauteur 3,25 m
Masse totale 30,5 t
Longueur totale 26 m
Bogies 4
Portes 12 (3 par caisse et par face)
Intercirculation Non
Capacité Environ 160[1] p.
Places assises 44 pl.
Vitesse maximale 80 km/h

Le VAL 206 est la première génération de VAL de Matra (avant 2001 Siemens Transportation Systems). C'est un métro en conduite automatique intégrale. Il est équipé de roues pneumatiques, ce qui facilite son adhérence, utile sur des lignes aux arrêts rapprochés nécessitant une bonne accélération et un bon freinage.

Le nombre 206 signifie que la largeur d'une rame est de 206 cm (soit 2,06 m).

Chaque rame est composée de deux voitures sans intercirculation entre les deux. Il n'y a pas de cabine de conduite car il n'y a pas de conducteur, les passagers peuvent donc voir à l'avant du métro. Toutefois un petit dispositif manuel de conduite est présent à l'avant de chaque rame, caché par un capot à serrure.

Son évolution est le VAL 208.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'une rame de VAL 206 non rénovée sur la ligne Orlyval.

Les caractéristiques techniques du VAL 206 sont les suivantes[2],[3] :

  • Capacité de transport : entre 120[4] et 208 personnes[5] ;
    • Nombre de places assises : 44 ;
  • Puissance par essieu : 120 kW ;
  • Consommation moyenne : 120 kWh.

Production[modifier | modifier le code]

On retrouve ces rames sur les réseaux suivants :

  • Métro de Lille (depuis 1983) : 83 rames (le réseau comporte également des rames de VAL 208)[2] ;
  • Métro de Toulouse (depuis 1993) : 28 rames totalement rénovées entre 2011 et 2014[6] (le réseau comporte également des rames de VAL 208 et de VAL 208 NG et NG 2) ;
  • Navette Orlyval (1991) : 8 rames, en cours de rénovation depuis 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Variable selon configuration
  2. a et b Informations provenant de la présentation du réseau sur le site de TransLille
  3. Bernard Guilleminot, « Le système VAL appliqué au métro de Lille », Revue générale des chemins de fer, Dunod,‎
  4. Capacité des rames d'Orlyval
  5. Capacité des rames du Métro de Lille.
  6. Maxime Lafage, « Étude exploratoire d'opportunité et de faisabilité d'une troisième ligne de métro pour Toulouse », sur [1], (consulté le 19 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]