Véronique de Villèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villèle.
Véronique de Villèle
Coachclub Veronique et Davina.JPG
Davina Delor et Véronique de Villèle.
Biographie
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Véronique de Villèle est une animatrice de télévision et entraîneur sportif depuis les années 1980. Elle était présentatrice de l'émission Gym Tonic avec Davina Delor sur Antenne 2. Elle est également comédienne. Elle est très active dans plusieurs associations : co-fondatrice de la Fondation pour la Recherche sur la maladie d'Alzheimer et Ambassadrice de l'association L'Envol. Elle est également présidente du Comité de soutien candidature des Jeux de boules pour les Jeux olympiques de 2024. Elle est la marraine de Max Baissette de Malglaive.

Carrière[modifier | modifier le code]

Véronique de Villèle commence sa carrière comme assistante de Mireille Darc et d'Alain Delon[1].

En 1979 elle présente Vive la forme, de 1980 jusqu'en 1981, elle anime l'émission Les 4 saisons de la forme sur Antenne 2[2]. Mais ce n'est qu'en septembre 1982, grâce à l'émission télévisée Gym Tonic qui est diffusée sur la même chaîne en fin de matinée, qu'elle rencontre le succès en compagnie de Davina Delor qu'elle a rencontrée dans un cours de danse, les deux femmes se lançant dans cette aventure après avoir gagné un prix dans un concours de danse à Nyon : donnant des cours d'aérobic en musique à la fin des années 70, une journaliste leur consacre un dossier complet qui intéresse vivement Pascale Breugnot, la directrice des programmes d'Antenne 2[3]. Jusqu'en juin 1986, plus de 12 000 000 personnes regardent cette séance d'aérobic devant leur petit écran, au rythme de musique discos[4].

Lorsque l'émission télévisée Gym Tonic cesse, Véronique et Davina animent une émission de gym sur la chaîne marocaine 2M Internationale. Après trois années, Véronique devient directrice de la communication et coach (directeur) sportif pour le groupe Vit'Halles, clubs de fitness.

Elle est également membre du comité d'honneur et d'organisation de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer[1]. En reconnaissance de ses actions au sein de diverses associations, dont la fondation IFRAD, mais également pour ses activités sportives, le président Nicolas Sarkozy la nomme chevalier de la Légion d'honneur en 2011[5]. Elle devient, l'année suivante, vice-présidente du comité de soutien à Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012[6].

En tant qu'actrice, elle joue plusieurs rôles secondaires au cinéma et à la télévision[7]. Elle a écrit plusieurs autobiographies et livres de fitness[8].

Depuis 2016, elle anime une chronique coach-santé sur Europe 1.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Gym Tonic
  • 1984 : Véronique et Davina racontent
  • 1996 : Les secrets de votre énergie après 40 ans
  • 2003 : La biogym anti mal de dos
  • 2007 : Nos années Gym Tonic
  • 2007 : Véronique... sans Davina
  • 2012 : Véro Trouve Tout
  • 2015 : Gym Silver Tonic

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie de Véronique de Villèle », sur le site des éditions du Chêne (consulté le 17 septembre 2012).
  2. « La carrière de Véronique », sur le site officiel de Véronique et Davina (consulté le 17 septembre 2012).
  3. Stéphanie Billeter, « Ça va toutouyouter ce samedi ! », sur 20 minutes,
  4. Thierry Terret, Histoire du sport féminin: Le sport au féminin, Éditions L'Harmattan, , 505 p. (lire en ligne), p. 57.
  5. « Décret du 22 avril 2011 portant promotion et nomination », sur Le site Legifrance, (consulté le 17 septembre 2012).
  6. Véronique, sans Davina mais avec Sarkozy sur leparisien.fr du 18 avril 2012
  7. (en) Véronique de Villele sur l’Internet Movie Database.
  8. « Résultat de recherche - Véronique de Villèle », sur Google Books (consulté le 17 septembre 2011).