Véronique Billat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article biographique nécessite des références supplémentaires pour vérification (octobre 2014).

Améliorez cet article en ajoutant des sources sûres. Toute information controversée sans source ou d'une source de mauvaise qualité à propos d'une personne vivante doit être supprimée immédiatement, en particulier si celle-ci est potentiellement diffamatoire. Pour une aide complémentaire consultez également Wikipédia:Notoriété des personnes.

Véronique Billat
Naissance
Grenoble (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Champs physiologie
Institutions INSERM, Génopole, Université d'Evry
Diplôme université Paris 12, ministère des Sports, université de Grenoble
Renommé pour travaux et recherche sur la physiologie de l'effort

Véronique Billat, née le à Grenoble, France, est une physiologiste française, professeur des universités, fondatrice et directrice du laboratoire de biologie intégrative des adaptations à l'exercice, labellisé au sein de l'université et du Génopole d'Évry, labellisé en 2007 unité INSERM 902. Également détentrice d'un brevet d'état 3ème degré d'athlétisme, Véronique Billat a consacré son travail à établir le lien entre la science et l’empirisme de l’entraînement sportif en confrontant l’expérience du terrain à la théorie physiologique. De cette dialectique, elle a élaboré une méthode d’entraînement individualisée fondée sur le profil physiologique du sportif prenant en compte l’énergie à VO2max (produit de VO2max par son temps limite) et ses facteurs limitatifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Véronique Billat est la petite fille de Paul Billat, résistant et député de l'Isère appartenant à une famille d'enseignants. Habitant dans les hauteurs de Grenoble elle développe son goût pour l'exercice grâce au trajet scolaire à bicyclette quotidien. Elle est vite repérée par son professeur d'éducation physique qui l'oriente vers le cross country et le ski de fond. Elle rejoint donc l'équipe du Grenoble Université Club et du club Alpin français pour la pratique intensive de ces deux disciplines. Elle intègre l'UFR STAPS de Grenoble (1979) où elle suit un cursus complet jusqu'au Doctorat et consacre dès lors ses recherches à la science de l'entraînement dans le domaine de la physiologie. Elle se spécialise dans l’entraînement fondé sur l'étude de l'énergétique à l'exercice en fonction du temps.

En 2014, elle crée sa propre entreprise Billatraining.

Parcours universitaire[modifier | modifier le code]

Véronique Billat intègre l'UFR STAPS de Grenoble en 1979 où elle suit un cursus complet jusqu'au doctorat. Elle soutient sa thèse à l'université Joseph-Fourier en 1988 au sein du laboratoire de physiologie de la faculté de médecine de l'Université de Limoges avec le professeur Albert Paul Chassain. La thèse porte sur la définition d'un état stable de la lactatémie[1] alors que les théories du seuil lactique émergeaient dans les années 1980.

En 1989, elle devient maître de Conférences à l'UFRA STAPS de Grenoble où elle crée un laboratoire de terrain en adaptant la technique des sacs de Douglas à la mesure ambulatoire. Elle travaille notamment avec ses étudiants de maîtrise sur la définition des contraintes énergétiques en montagne (cascade de glace) et escalade et elle publie le premier article ayant mesuré la contrainte énergétique d'une ascension en escalade de type 7a à vue[2].

En 1992 elle part à l’université de Paris XII pour lancer l'UFR STAPS. Pendant cette période elle travaille au CHU Henri Mondor au sein de l'Unité INSERM 296 dirigée par Henri Atlan où elle soutient son habilitation à diriger des recherches en 1994.

Après un passage à l'université René-Descartes, Paris 5, elle est nommée professeur en 1998 à l'université de Lille 2 où elle est chargée par ses collègues de rang A de reconquérir le label d'équipe d'accueil du laboratoire de l'UFR STAPS, label obtenu en 2001, n°3608 .

Après avoir accompli ce travail, elle décide d'étendre son approche physiologique à la biologie moléculaire et mute alors en 2002 à l'Université d'Évry-Val d'Essonne avec pour objectif de fonder un laboratoire de biologie intégrative des adaptations biologiques à l'exercice grâce à l'environnement de Génopole et de l'université d'Évry.

Elle obtient le label Génopole, puis celui d'Équipe d'accueil et enfin celui de l'INSERM en 2007 et d’Unité de recherche en 2015. Elle est nommée professeur de classe exceptionnelle en 2012[3].

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Sa production scientifique tire son originalité de trois caractéristiques. La première est que toutes les questions posées proviennent essentiellement du terrain sportif de par sa fonction d’entraîneur et de physiologiste en particulier en introduisant le temps dans les protocoles pour mieux cerner la performance.

Il s’ensuivit deuxièmement qu’il fallait recueillir les données sur le terrain sportif par des objets connectés en particulier des analyseurs des échanges gazeux respiratoires (k4b² ®) et ainsi que  par le Physioflow® miniaturisé pour recueillir le volume d’éjection systolique à l’exercice. Troisièmement tous ces capteurs embarqués ont permis la création d’une base de données en temps réel (Big Data) et la création d’un outil mathématique approprié pour traiter ces données. 

Les problématiques du terrain sportif  l’amènent dès son travail de thèse à montrer que le seuil lactique à l’effort n’est pas une valeur statistique de 4 mM mais un état stable  maximal de la lactatémie propre à chaque individu[4].

Elle précise ensuite le concept de vitesse minimale qui sollicite VO2max en particulier son temps de soutien ou temps limite à VO2max et sa reproductibilité. Cet article se classa dans le top 10 des articles les plus cités dans ce domaine en 1994[5].

Puis elle modélisa le temps limite à VO2max qui est corrélé à la capacité anaérobie[6]. Ce temps de maintien à VO2max à vitesse ou puissance constante est de 6 à 8 minutes. Grâce à un entraînement fractionné, ce temps de maintien peut être rallongé à 14 minutes[7].

Elle montre ensuite par deux articles différents que le temps de maintien est le plus long à 100% de VO2max[8],[9]. Elle élabore ensuite le concept puissance critique à VO2max qui est la pente de la relation entre la puissance et le temps limite à VO2max[10],[11]

En organisant une vraie course à pied de 800m et 15000m avec des participants monitorés, elle constate que la variation de la vitesse est décrite par une équation différentielle sur 1500m qui dépend de la réserve du métabolisme anaérobique lactique[12].

Cela lui inspire un nouveau protocole de laboratoire dans lequel VO2max devient la variable indépendante et non plus la variable dépendante. Le temps de maintien à VO2max est alors 8 fois plus long qu’à  vitesse constante[13].

Parallèlement, elle entame une collaboration  pendant 10 ans avec Yves Meyer (Médaille Gauss en 2010) et prouve par un traitement par ondelettes le caractère fractal de la fréquence cardiaque à l’exercice[14]. Toujours en collaboration avec Yves Meyer, elle met en  évidence qu’un 10000m couru à vitesse libre permet de conserver le caractère fractal de la fréquence cardiaque[15].

Un article récent, lors du marathon de Paris en 2011, montre qu’au delà de 30 km le débit cardiaque maximal augmente par unité de mètres parcourus (L.m-1)[16].

Enfin les dernières recherches s’orientent vers la découverte d’un algorithme qui permette de déterminer la signature de vitesse® propre à chaque individu pendant l’effort pour optimiser sa performance (cf. l’ouvrage  l’entraînement pratique et scientifique à la course à pied).

Parcours sportif[modifier | modifier le code]

  • Équipe de France universitaire de cross et ski de fond de 1980 à 1983.
  • Véronique Billat remporte la course mythique de Sierre Zinal en 1982[17].
  • Elle est titulaire du Brevet d'État 3e degré d'Athlétisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Course de fond et performance, Paris, éditions Chiron, octobre 1991, 280 p. (OCLC 803961931)
  • L'entraînement en pleine nature : conseils de préparation aux sports outdoor, Bruxelles, éditions De Boeck Université, juin 2005, 233 p. (OCLC 64117734)
  • Régal et performance pour tous, coauteur : Claude Colliot, éditions De Boeck Université, décembre 2008, 232 p. (OCLC 470876585)
  • Physiologie et méthodologie de l'entraînement : de la théorie à la pratique, Bruxelles, Éditions De Boeck, 3e édition, septembre 2012, 258 p. (OCLC 819188680)
  • VO2max à l'épreuve du temps, Bruxelles, éditions De Boeck, octobre 2013, 180 p. (OCLC 863125306)
  • L'entraînement pratique est scientifique à la course à pied, Bruxelles, éditions De Boeck Université, septembre 2015, 124 p.

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • 119 articles référencés dans PubMed dont 51 comme premier auteur et 43 comme dernier auteur.
  • 92 publications en actes de congrès comme premier auteur et régulièrement invitée depuis 2000 dans les congrès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Billat et Albert Paul Chassain (direction), Puissances critiques de la lactatémie et effet d'échauffement en régime continu d'exercice musculaire : validation d'une méthode d'évaluation de l'endurance, Grenoble 1, coll. « thèse de doctorat, sciences biologiques fondamentales et appliquées, psychologie »,‎ (OCLC 490345925)
  2. (en) Billat V, Palleja P, Charlaix T, Rizzardo P, Janel N. « Energy specificity of rock climbing and aerobic capacity in competitive sport rock climbers » J Sports Med Phys Fitness 1995;35:20-4.
  3. Arrêté du Président de l’université d’Évry-Val-d’Essonne en date du 10 juillet 2012
  4. (en) Véronique Louise Billat, « A method for determining lactate steady-state with two stages at sub maximal workloads. », Eur J Applied Physiol, no 69,‎ , p. 192-202
  5. (en) Veronique Louise Billat, « Reproducibility of running time to exhaustion at VO2max in sub-elite runners. », Med Sci Sports Exerc, no 26,‎ , p. 254-257
  6. (en) Véronique Louise Billat, « Times to exhaustion at 100% of velocity at VO2max and modelling of the time-limit/ velocity relationship in elite long-distance runners. », Eur J Applied Physiol, no 69,‎ , p. 271-273
  7. (en) Véronique Louise Billat, « Very short (15s-15s) interval training around the critical velocity allow middle-age runners to maintain VO2max for 14 min. », Inter J Sports Med, no 22,‎ , p. 201-208
  8. (en) Véronique Louise Billat, « Oxygen kinetics and modelling of time to exhaustion whilst running at various velocities at maximal oxygen uptake. », Eur J Applied Physiol, no 82,‎ , p. 178-187
  9. (en) Morton H., « Maximal Endurance Time at VO2max », Med Sci Sports Exerc, no 32,‎ , p. 1496-1504
  10. (en) Véronique Louise Billat, « Determination of the velocity associated with the longest time to exhaustion at maximal oxygen uptake », Eur J Applied Physiol, no 80,‎ , p. 159-161
  11. (en) Di Prampero PE., « The concept of critical velocity: a brief analysis », Eur J Appl Physiol, no 80,‎ , p. 162-164
  12. (en) Véronique Louise Billat, « Differential modeling of anaerobic and aerobic metabolism in the 800m and 1500m-run », J Appl Physiol, no 107,‎ , p. 478-487
  13. (en) Petot H., « A new incremental test for VO2max accurate measurement by increasing VO2max plateau duration, allowing the investigation of its limiting factors. », Eur J Appl Physiol, no 112,‎ , p. 2267-2276
  14. (en) Wesfreid E., « Multifractal analysis of heartbeat time series in human races. », Applied Comp Harm Analysis, no 18,‎ , p. 329-335
  15. (en) Véronique Louise Billat, « Nonlinear dynamics of heart rate and oxygen uptake in exhaustive 10,000 m runs: influence of constant vs. freely paced », J Physiol Sci, no 56,‎ , p. 103-111
  16. (en) Véronique Louise Billat, « Cardiac output and performance during a marathon in middle-aged recreational runners », Sci World J, no 810859,‎
  17. « Vainqueurs Sierre Zinal », sur http://www.sierre-zinal.com/ (consulté le 29 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]