Vénus de Lespugue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vénus de Lespugue

La Vénus de Lespugue est une statuette en ivoire, et l'une des plus célèbres représentations féminines préhistoriques.

Contexte archéologique[modifier | modifier le code]

Elle a été découverte le 9 août 1922 par René de Saint-Périer dans la grotte des Rideaux, une cavité située dans les gorges de la Save, à Lespugue (Haute-Garonne). Alors que la fouille du site était achevée, un ultime coup de pioche mit au jour la statuette et l'endommagea fortement. Contrairement à d'autres œuvres analogues, celle-ci a été découverte dans un contexte archéologique précis : l'industrie lithique et osseuse de la couche où elle se trouvait appartient au Gravettien (burins de Noailles, pointes de sagaies à rainures, lissoirs, perles en os), autrefois appelé Périgordien supérieur. Le Gravettien moyen à burins de Noailles est daté d'environ - 26 à - 24 000 ans BP.

Description[modifier | modifier le code]

La statuette est en ivoire de mammouth. Brisée lors de sa découverte, elle mesure après reconstitution 147 mm de haut, 60 mm de large et 36 mm d'épaisseur.

La forme générale correspond aux canons stylistiques mis en évidence par A. Leroi-Gourhan : les seins, le ventre et les hanches s'inscrivent dans un cercle autour duquel un losange inclut la tête et les jambes. La loi de frontalité est respectée.

La tête est petite et ovoïde, dépourvue de détails anatomiques. Elle porte des traits gravés plus ou moins parallèles interprétés comme une figuration de la chevelure. Les seins et les fesses sont très volumineux, pratiquement sphériques (stéatopygie). Les jambes sont courtes et se terminent par des ébauches de pieds.

Sur la face dorsale, une série de stries longitudinales parallèles part d'un trait horizontal situé sous les fesses. Ces éléments ont fait l'objet de nombreuses interprétations, faisant notamment référence à un vêtement, une sorte de pagne.

Conservation[modifier | modifier le code]

La Vénus de Lespugue fait partie des collections du Musée de l'Homme à Paris (M.H., dép. Anthropologie, no 38-189).

Philatélie[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de timbre représentant la Vénus de Lespugue mais une flamme d'oblitération en service à Boulogne-sur-Gesse est en partie illustrée par la statuette.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • H. Delporte, L’image de la femme dans l’art préhistorique, Éd. Picard, 1993 (ISBN 2-7084-0440-7).
  • C. Cohen, La femme des origines - images de la femme dans la Préhistoire occidentale, Belin, Herscher, 2003 (ISBN 2-7335-0336-7).