Václav Jamek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Václav Jamek
Vaclav Jamek 14.jpg
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Eberhardt HauptbahnhofVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaines
Distinctions
Cena Toma Stopparda (d)
Cena Josefa Jungmanna (d)
Prix Médicis essaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Václav Jamek

Václav Jamek (27 novembre 1949 à Kladno) est un écrivain et un traducteur tchèque, publiant également sous le pseudonyme d'Eberhardt Hauptbahnhof.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1969, il étudie au lycée Carnot de Dijon. À son retour en Tchécoslovaquie, il étudie la psychologie et la philologie romane à l'Université Charles de Prague d'où il sort diplômé en 1975. À partir de 1976 il est rédacteur pour la maison d'édition Academia et Odeon à partir de 1986 où il reste jusqu'en 1994, année où il entre au ministère des affaires étrangères tchèque pour devenir conseiller culturel à l'ambassade de la République tchèque à Paris (1995-1998). À partir de 2003, il enseigne la littérature française à la Faculté de Philosophie de l'Université Charles de Prague, grade de docent (maître de conférences) en 2008. Nommé "pédagogue affilié" après avoir pris sa retraite, en 2015.

Il est surtout connu en France pour la publication, juste avant la chute du mur de Berlin, de son Traité des courtes merveilles (Prix Médicis essai en 1989). En Tchéquie, ce sont d'abord ses traductions de Victor Segalen, Patrick Cauvin, Georges Perec, Patrick Modiano, Michel Tournier, Bernard-Marie Koltès et d'autres qui le font connaître. Sa traduction d'une anthologie de textes d'Henri Michaux lui a valu le Grand Prix Jungmann de la Traduction pour 2001. Ses propres œuvres littéraires écrites en tchèque et publiées à partir de 1990, comportent des poésies, des essais, une pièce de théâtre, plusieurs livres de mystifications humoristiques, publiés sous le pseudonyme d'Eberhardt Hauptbahnhof (Nedokončený kalendář, 1994 ; Kniha básňů převeršovná, 1995). Le grand recueil de ses essais, études et articles, Duch v plné práci (2003) a obtenu le Prix Tom Stoppard. Un poème en prose bilingue, Desátá planeta/L'Exorbitée, accompagne le livre de photo-collages de Jiri Chmelar, publié en 2004.

Václav Jamek écrit en français, estimant pouvoir être plus direct, plus ouvert dans cette langue[1]. L'écrivain n'est pas toujours simple à lire préférant la complexité littéraire et la légèreté provocatrice à une lecture facile.

Son écriture est sensibilisée par une homosexualité qu'il est l'un des premiers à dévoiler publiquement en république tchèque. À l'expression de l'expérience homosexuelle en littérature, il a consacré un essai, publié en 2001 sous le titre O prašivém houfci.

Il publie un extrait d'un roman en français inédit dans le no 10 de la revue Inverses en 2010.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Surový stav [État brut], Český spisovatel, Prague, 1995;
  • Kniha básňů převeršovná [Livre de poèmes tout en vers], Český spisovatel, Prague, 1995 [sous le pseudonyme d’Eberhart Hauptbahnhof]
  • Desátá planeta/L'Exorbitée, Jerome, Prague, 2004

Proses[modifier | modifier le code]

  • Nedokončený kalendář na tento rok a všechny roky příští [Calendrier inachevé pour l’année en cours et toutes les années à venir], Torst, Prague 1994 [sous le pseudonyme d’Eberhardt Hauptbahnhof]
  • L'écran de cendres, inédit
  • Centaurée ou Les impuretés du sort, inédit

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Hlavo žvejkavá (Ô Tête mâcheuse), Dilia, Prague, 1990

Essais[modifier | modifier le code]

  • Traité des courtes merveilles, Grasset, Paris, 1989 (ISBN 2246414814) Prix Médicis essai
  • Krkavčí múza (Marâtre Muse), Odeon, Prague, 1992
  • O patřičnosti v jazyce (Du bon usage de la langue) Nakladatelství Franze Kafky, Prague, 1998
  • O prašivém houfci (La Troupe galeuse), Torst, Prague, 2001
  • Duch v plné práci (L'esprit en plein travail), Torst, Prague, 2003 (Prix Tom Stoppard)
  • Na onom světě se tomu budeme smát (Dans l'au-delà, on ne fera qu'en rire), Burian a Tichák, Olomouc 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ce qui l'empêche de traduire ces œuvres-là lui-même en tchèque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Person, Yvette Quenot, Václav Jamek, Office du livre en Poitou-Charente, La Rochelle, 1992

Liens externes[modifier | modifier le code]