Uuno Klami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Uuno Klami

Description de l'image Uuno Klami.jpeg.
Naissance 20 septembre 1900
Virolahti, Drapeau de la Finlande Finlande
Décès 29 mai 1961 (à 60 ans)
Virolahti, Drapeau de la Finlande Finlande
Activité principale Compositeur
Années d'activité 19251960
Maîtres Erkki Melartin, Florent Schmitt, Hans Gál

Uuno Klami est un compositeur finlandais né le 20 septembre 1900 à Virolahti et mort le 29 mai 1961 à Virolahti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Klami étudie la musique au conservatoire d'Helsinki de 1915 à 1924 et la composition avec Erkki Melartin ; puis à Paris (1924–25) où il rencontre Florent Schmitt et travaille peut-être avec Ravel, de manière informelle. Il s'imprègne des nouveaux courants musicaux, notamment d'Igor Stravinski, Ravel et des compositeurs espagnols, influences qui se retrouvent au fil de ses œuvres. Ensuite il se rend à Vienne pour travailler avec Hans Gál (1928–29). De retour à Helsinki, il complète ses études sous la direction de Robert Kajanus.

Klami, ne vit que de ses compositions. À part quelques articles pour l’Helsingin Sanomat entre 1932 et 1959, il travaille pour la radio, pour qui il compose de petites pièces pour l'orchestre.

Ses œuvres majeures comportent la suite Kalevala (1929–33, rev. 1942–43), poème symphonique en cinq parties – dont l'idée est redevable de Kajanus. Elle fut créé par son successeur, Georg Schnéevoigt en 1933. La Finlande en fait un « Sacre finnois » – Klami admirait beaucoup l'œuvre de Stravinski. La suite a été interprétée dans le monde entier, par les plus grands chefs, notamment Leopold Stokowski, Antal Doráti, Albert Wolf, Basil Cameron (en), etc. On retient le ballet inachevé Tourbillons, ainsi que l'oratorio Psaumes (1936) qui est également très renommé. Klami s'est aussi essayé à la forme symphonique avec deux symphonies (1938 et 1945) et une insolite Symphonie enfantine (1927), ainsi que des concertos pour piano (1950) ou violon (1943, rev. 1954). Il a écrit aussi deux œuvres pour violoncelle concertant, Fantaisie Kérémisienne (1931) et Thème, Sept variations et Coda pour violoncelle et orchestre (1955). En revanche Klami n'a pas laissé d'œuvre pour piano ou pour chœur a capella, comme d'autres compositeurs finnois de l'époque.

Vouant un grand intérêt à la littérature Anglo-saxonne, il s'inspire de textes de Shakespeare (Le Roi Lear), Yeats, John Edward Masefield, Rudyard Kipling (deux poèmes), Jack London et Edgar Allan Poe (Le diable dans le beffroi). Il apprécie beaucoup les œuvres de Daniel Defoe et Joseph Conrad avec qui il partage une commune passion pour la mer, par exemple dans Paysages Marins (1932).

Soutenu par Sibelius, il sera nommé après sa mort en 1959 membre de l'Académie de musique d'Helsinki, l'Académie Sibelius.

Klami s'éteint à l'âge de 60 ans à la suite d'une crise cardiaque à bord de son bateau Miina.

Nombreuses sont ses œuvres tirées du Kalevala, recueil de légendes finlandaises. Il était influencé par la musique française, particulièrement Maurice Ravel et le groupe des Six.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour piano n° 1, op. 8 "Une nuit à Montmartre" (1925)
  • Scènes pour un théâtre de marionnettes (1925, orch. 1931)
  • Rapsodie de Carélie, op. 15 (1927)
  • Symphonie enfantine, op. 17 (1928)
  • Opernredoute, op. 20 (1929)
  • Cheremissian Fantasy pour violoncelle et orchestre, op. 19 (1931)
  • Hommage à Haendel, op. 21 (1931)
  • Sea Pictures (1930-32)
  • Scènes tirées de Country Life (1932)
  • Sérénades joyeuses (1933)
  • Les aventures de Lemminkainen sur l'île de Saari (1934)
  • Marche d'Helsinki (1934)
  • Dances de Carélie (1935)
  • Ouverture The Cobbler on the Heath (1936)
  • Oratorio Psaume, pour solistes, chœur et orchestre (1932-36)
  • Suite pour orchestre à cordes (1937)
  • Symphonie n° 1 (1937-38)
  • In the Belly of Vipunen pour baryton, chœur d'hommes et orchestre (1938) (tiré du "Kalevala")
  • Ouverture Suomenlinna, op. 30 (1940)
  • Suite Kalevala, op. 23 (1933-1943)
  • Concerto pour violon et orchestre, op. 32 (1943)
  • Ouverture Le Roi Lear, op. 33 (1944)
  • Symphonie n° 2, op. 35 (1945)
  • Le fils prodigue, musique tirée de l'œuvre de Marin Drzic (1945)
  • Rondo pour orchestre The Cyclist (1946)
  • Suite pour petit orchestre, op. 37 (1946)
  • Karelian Marketplace, op. 39 (1947)
  • Fantaisie pour orchestre Aurore boréale, op. 38 (1948)
  • Concerto pour piano n° 2, op. 41 (1950)
  • Ouverture Ensemble, op.43 (1951)
  • Thème autour de 7 variations et coda pour violoncelle et orchestre, op. 44 (1954)
  • Chants de la lune sur le lac, pour baryton et orchestre (1956)
  • Ballet 8 Pyorteita, tiré du Kalevala (inachevé) (1957-60)
  • Cantate The Bearer of the Golden Staff (1960-61)

Liens externes[modifier | modifier le code]