Utraquisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’utraquisme, ou le mouvement des calixtins, est un mouvement hussite bohémien qui se forma au commencement du XVe siècle. Ils étaient ainsi nommés parce qu'ils communiaient et demandaient que l'Eucharistie soit donnée sous les deux espèces du pain et du vin (sub utraque) et qu'ils réclamaient l'usage du calice pour les laïcs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Expansion du courant hussite sur les terres de Bohême entre 1419 et 1620, avec indication des frontières actuelles.

L'Utraquisme est une doctrine chrétienne propagée à partir de 1414 par Jacob de Mies dit Jacobellus, professeur de philosophie à l'université Charles de Prague[1]. Elle pose en principe la communion des laïcs sous les deux espèces[2] (le pain et le vin) ; car jusqu'alors, le partage du vin était réservé aux clercs[1].

Les utraquistes étaient une faction modérée des hussites au regard des taborites, orébites et Orphelins tchèques. Ils sont parfois désignés comme « Pragois » ou « Calixtins » (du latin calix pour leur emblème, le calice[1]. Le concile de Bâle en 1433 satisfit leur demande sur l'eucharistie, et les Compactata de Prague à partir de 1436 assurèrent leur liberté religieuse.

Aussi les Utraquistes rallièrent-ils finalement le camp du Saint-Siège ; ils défirent les extrémistes Taborites et les Orphelins de Bohême à la bataille de Lipany[1] en 1434. Après ce succès, il n'y eut plus en Bohême d'autres hussites que les utraquistes, comme le montre le règne de George de Podebrady, qui obtint même la conversion de Tábor à l'utraquisme.

Au XVIe siècle, cette secte se fondit dans celle des Frères moraves.

On donne encore le nom de Calixtins aux Syncrétistes[réf. nécessaire], sectateurs de George Calixte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • A.G Dickens, La réforme et la société du XVIe siècle, Paris, 1969.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. a b c et d Cf. Joseph Hughes et Charles Herbermann, Catholic Encyclopedia, vol. 15, New York, Robert Appleton, (lire en ligne), « Utraquism »
  2. Cf. James Wood, The Nuttall Encyclopædia, Londres et New York, Frederick Warne, , « Utraquism ».