Utilisatrice:Ambre Troizat/Todo/Exposition 10 mai 94120 2013

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sommaire

Héritages des XV-XVIIIème[modifier | modifier le code]

Géopolitique en Europe au début du XVIème siècle[modifier | modifier le code]

En 1518, les Iles de la Méditerranée des Caraïbes sont occupés tandis que la situation géopolitique est troublée dans les pays cotiers de la Méditerranée européenne. Charles Quint est considéré comme le monarque chrétien le plus puissant de son temps, au moment où vacille l'axe européen Bruges/Venise, sous la montée de l'Espagne. Son règne est marqué par l'essor aux Pays-Bas de la ville d'Anvers, comme première place financière mondiale, qui relie l'Inde à l'Amérique.

Le 1er mai, l'espagnol Juan de Grijalva part de Cuba pour explorer la péninsule du Yucatan. Il suit les côtes nord et ouest du golfe du Mexique jusqu’au Río Pánuco et découvre l’existence de l’empire aztèque.

Le 18 août 1518 : débute l'asiento, c'est-à-dire le monopole de la traite des Nègres[1].. Charles Quint octroie à son favori Laurent de Gouvenot, gouverneur de Bresse, l'autorisation de transporter du Portugal aux Indes occidentales, 4000 esclaves originaires de Guinée, à la condition qu'ils soient chrétiens ou qu'on les baptise à leur arrivée.

Dans la monarchie espagnole de l'époque, l'asiento est un contrat administratif par lequel un particulier ou une société s’engage à accomplir à la place de l'État espagnol un service public en échange d'un droit. Il est possible de revendre ou de sous-traiter une partie de ce privilège. L'asiento des esclaves, destiné à fournir l'Amérique latine en main d'œuvre fut attribué, jusqu’en 1750, à des compagnies de navigation, contre redevances. Il est de loin le plus rémunérateur des asientos conclus par les Espagnols. La concurrence fut intense entre les grandes compagnies européennes pour détenir ce privilège au XVIIe et XVIIIe siècle. L’asiento fut concédé à des compagnies espagnoles, puis génoises, aux Portugais (1538- 1640), aux Hollandais (1640-1695), aux Français (1701-1713) et enfin aux Britanniques (1713-1750)[2]. En Pologne, les plaintes des paysans contre leur seigneur ne sont plus reçues en justice (loi de Sigismond Ier de Pologne)[3].

1543. François Ier créa la première ambassade européenne à Istanbul et demanda au sultan d'envoyer sa flotte contre l'empereur Charles Quint.

A propos de Nicholas V, Romanus pontifex, 8 janvier 1454, consulter
  • Forum chrétien, La cité catholique, Nicolas V promut l'esclavagisme des Noirs en 1454 ?
  • le texte de la Bulle Romanis Pontifex, et sa traduction en anglais dans le livre « European Treatises bearing on the History of the United States and its Dependencies to 1648 » de Frances Gardiner Davenport
  • The Bull Romanus Pontifex (Nicholas V.). January 8, 1455.
  • Sibille (Cl.) dir., Guide des sources de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions, La Documentation Française, Paris, 2007 (un énorme et remarquable ouvrage - d'étude, en aucun cas de vulgarisation - recensant à peu près tout ce que l'on peut trouver comme sources à ce sujet, et pas seulement en France. Des sources, des références, très très peu de commentaires, 6 centimètres d'épaisseur...) ;
  • Salmoral (M.-L.), Les Codes noirs hispaniques, UNESCO, Paris, 2005.
  • La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial: l'extirpation de l'idolâtrie entre 1532 et 1660, Pierre Duviols, Presses Univ. du Mirail, 2008, Centre d'Etudes Latino-Américaines Aix-en-Provence Université de Provence - 3, place Victor Hugo - 13331
  • Religions et colonisation, Dominique Borne et Benoît Falaize, Les éditions de l'atelier, 2009.
  • Les échos de la mémoire
A propos de la Malédiction de Cham
Joseph vendu par ses frères
  • Raphael (1483-1520) et eleves.- Episodes de la vie de Joseph: Joseph vendu par ses freres
  • {{Google|pDwGAAAAQAAJ&pg}} ; {{Google|oxibKudykfgC&pg}}
Saint Marc sauvant l'esclave
Les premières abolitions entre ancien monde & nouveau monde
Musique

Caprice saumurois.- Trompes de Chasse de l'Ecole de cavalerie, Fanfare principale de l'Arme blindée cavalerie,1996.

Sur Deezer : http://www.deezer.com/fr/album/271062
QrCode de l'url : http://10mai94120.blogspot.fr/2013/04/musique-pour-lexposition-2013.html
Vénerie
Bibliographie

L'esclavage des Amérindiens[modifier | modifier le code]

Formation des élites[modifier | modifier le code]

Formation d'une élite militaire[modifier | modifier le code]

Promotion d'une élite bourgeoise et intellectuelle[modifier | modifier le code]

La double spirale du XVIIIème au XIXème
Musique
Texte introductif (1704-1824)
Louis de Jaucourt (1704-1779) : définition de "Esclavage", Encyclopédie
Esclaves conduits par des marchands. Le retour de la razzia
Jean-Baptiste Belley, 1746 (ou 1747)-1805
Guillaume-Thomas Raynal, 1713-1796
Anne-Louis Girodet, 1767-1824
Une dynastie dans l'ombre du Palais Royal

Première décolonisation & libération des esclaves[modifier | modifier le code]

L'abolition de 1794 dans le domaine français
Une diaspora au XIXème

Lycée impérial de Tsarskoïe Selo dans la ville de Pouchkine, nommée en hommage à Alexandre Pouchkine en 1937, à Saint-Pétersbourg, en Russie. Alexandre Sergueïevitch Pouchkine (en russe : Александр Сергеевич ПушкинPrononciation) est un poète, dramaturge et romancier russe né à Moscou le 26 maijul./ 6 juin 1799greg. et mort à Saint-Pétersbourg le 29 janvierjul./ 10 février 1837greg..

Vers la fin du commerce du bois d'ébène[modifier | modifier le code]

Représentations des échanges atlantiques

L'Union ibérique est l'expression historiographique sous laquelle est désignée l'union dynastique des monarchies espagnole et portugaise de 1580 à 1640.

Géopolitique : Abolitionnistes & politiques abolitionnistes 1794-1848[modifier | modifier le code]


Texte

Les abolitions du XIXème siècle et leurs contextes économiques & démographiques

Musique

Le Chevalier de Saint-Georges.- Concertos pour violon, Op. 5, Nos. 1 & 2; Op. 3, No. 1; Op. 8, No. 9. Jean-Jacques Kantorow, violon, Orchestre de Chambre Bernard Thomas, Arion 68093, (1990)

Servitude en Europe[modifier | modifier le code]

Empire de Russie

Conséquences de l'abolition de la traite sur le continent Africain[modifier | modifier le code]

Conséquences de l'abolition

Henry de Montardy.- La Traite et le droit international, thèse pour le doctorat, V. Giard et E. Brière, Paris, 1899[14].

Texte
Musique

Abolition des esclavages dans les nouveaux Etats des Amériques[modifier | modifier le code]

Le domaine français : de l'abolition de la traite à l'abolition des esclavages[modifier | modifier le code]

Abolition à Mayotte sous la monarchie de juillet, 1847[modifier | modifier le code]

Abolition dans les Amériques francophones, 1848[modifier | modifier le code]

Abolition dans l'Océan Indien, 1848[modifier | modifier le code]

Les Amériques anglophones[modifier | modifier le code]

Les Etats-Unis d'Amérique au XIXème siècle[modifier | modifier le code]


Texte

La mise en exploitation des Amériques supose la destruction des sociétés et formes d'organisation politique du Nouveau Monde. La destruction des formes politiques est très rapide. Les sociétés amérindiennes s'effondrent tandis que les occupants capturent leur système de production et créent sur cette base des sociétés coloniales avec main-d'œuvre servile, soit autour des mines d'or et d'argent, soit autour des plantations, soit autour d'une agro-industrialisation.

La traite, ou commerce, comprend 1°) La déportation marchandisée des humains entre l'Afrique et les Amériques ; 2°) L'échange monétisé et inégal de biens et services entre trois pôles : l'Europe, les Amériques et l'Afrique, 3°) le déplacement de cadres politiques, économiques et culturels entre l'Europe et les Amériques.

Les Amériques hispanophones[modifier | modifier le code]

La Bolivie au XIXème siècle[modifier | modifier le code]

Cuba au XIXème siècle[modifier | modifier le code]

L'Argentine au XIXème siècle[modifier | modifier le code]

Le Mexique au XIXème siècle[modifier | modifier le code]

xx au XIXème siècle[modifier | modifier le code]
La Grande Colombie au XIXème siècle[modifier | modifier le code]
La Grande Colombie, 1821-1831

figure emblématique, avec l'Argentin José de San Martín et le Chilien Bernardo O'Higgins, de l'émancipation des colonies espagnoles d'Amérique du Sud dès 1813. Il participa de manière décisive à l'indépendance des actuels Bolivie, Colombie, Équateur, Panama, Pérou et Venezuela. Bolivar participa également à la fondation de la Grande Colombie, dont il souhaitait qu'elle devînt une grande confédération politique et militaire regroupant l'ensemble de l'Amérique latine, et dont il fut le premier Président.

Les 5 Etats des Provinces unies d'Amérique centrale, 1823-1839

Les Provinces unies d'Amérique centrale (Provincias Unidas del Centro de América en espagnol) étaient une république fédérale d'Amérique centrale qui exista entre juillet 1823 et 1839. En 1824, la fédération prit le nom de République fédérale d'Amérique centrale (República Federal de Centroamérica en espagnol). Sa capitale fédérale fut Guatemala jusqu'en 1834 puis Sonsonate (El Salvador) pendant un court laps de temps et enfin San Salvador de 1834 à 1839[19].

Basée sur le modèle des États-Unis d'Amérique, les Provinces unies d'Amérique centrale étaient composées des États du Guatemala, du Salvador, du Honduras, du Nicaragua et du Costa Rica, ainsi que le Chiapas, actuellement incorporé au Mexique. Dans les années 1830, un sixième État fut inclus : Los Altos, dont la capitale était Quetzaltenango, qui correspond à ce qui est aujourd'hui l'ouest du Guatemala.

En 1824, les 5 Etats des Provinces unies d'Amérique centrale abolissent l'esclavage. L'Assemblée constituante du Costa Rica décréte l’abolition de l’esclavage le 17 avril 1824. Le Honduras, le Belize, le Panama, le Salvador et le Guatemala, une semaine plus tard, soit le 23 avril.

Musique

L'Amérique lusophone ou Brésil, 1807-1888[modifier | modifier le code]

En 1807, sous Napoléon Ier, empereur des Français, la France envahit le Portugal avec les troupes du général Jean-Andoche Junot. Le Royaume du Portugal est occupé : la famille royale portugaise comprenant le prince Jean VI de Portugal (la reine Marie Ire, leur fils Pierre) et la plupart des nobles de Lisbonne fuirent au Brésil et s'installèrent à Rio de Janeiro. La capitale du royaume portugais est transférée de Lisbonne à Rio de Janeiro, qui devient ainsi l'unique capitale européenne située à l'extérieur du continent dans l'histoire du premier empire colonial de l'Europe.

Lorsque Jean VI de Portugal quitte le Brésil en 1821, il y laisse son fils Pierre), Dom Pedro, avec la fonction de régent. Les Cortes décident de ramener le Brésil au rang de colonie et rappellent Dom Pedro au Portugal. Soutenu par la population brésilienne, Dom Pedro refuse le projet politique des Cortès et proclame l'indépendance du Brésil. Il est déclaré empereur du Brésil en 1822 sous le nom de Pierre Ier du Brésil.

Fin de la première mondialisation[modifier | modifier le code]

Intermède
Texte 
L'invitation au voyage de Charles Baudelaire

Interconnexion définitive des mondes anciens[modifier | modifier le code]

Echanges technologiques : agriculture et industrialisation[modifier | modifier le code]

Drive des ressources alimentaires[modifier | modifier le code]

Image
Bissap (pour un montage)


Chevalier, Auguste, 1873-1956. Sudania : énumération des plantes récoltées en Afrique tropicale par M. Aug. Chevalier, de 1898 à 1910 inclus / liste dressée d'après les déterminations de MM. Beille ... [et al.] ; revue par Aug. Chevalier, A. Challamel,Paris 1911-1914. Owning Institution Mertz Library, The New York Botanical Garden, Biodiversity Heritage Library. URL :<http://www.biodiversitylibrary.org/item/42460 >.

L'agroéconomie intertropicale au service de l'industrialisation[modifier | modifier le code]

Chocolat, Maïs & Bananier[modifier | modifier le code]
Image
Fruits et légumes des Suds dans la cuisine de Dumas[modifier | modifier le code]
L'abricot[20]
L'ananas[21]

Images de Francesca Palli[modifier | modifier le code]

Manioc
Ricin


Texte


Musique

Les nouvelles migrations[modifier | modifier le code]

Ruptures et continuités
Texte
L’Amérique attire les migrants et les Européens migrent massivement

Le phénomène migratoire vers l'Amérique du Sud connaît trois périodes distinctes :

  • 1830-
    50 millions d’Européens
    3 millions d’Asiatiques et d’Africains

migrent vers le continent américain

  • 1860-1878 : 5 millions d'Européens migrent aux rythmes moyen annuel de 200 000, puis 350 000 entre 1870 et 1873 et 300 000, à la fin de la période
  • la troisième vague de migration européenne commence dans les années 1880 et continue jusqu’à la veille de la Première Guerre Mondiale.

"l’Europe touche le fond d’une grave crise agricole et beaucoup de personnes sont forcées de quitter leur terre avant que les industries des villes ne soient suffisamment développées pour pouvoir les absorber[22]".

Coolie (également Cooly, Kuli, 'Quli, Koelie, etc.) est un terme désignant au XIXe siècle les travailleurs agricoles d'origine asiatique. Le mot est aujourd'hui employé dans les pays anglophones dans un sens péjoratif.
Au XIXe siècle, plusieurs pays avaient aboli l'esclavage, mais leur agriculture nécessitait une main-d'œuvre importante. De fait, des travailleurs indiens et chinois quittèrent massivement l'Inde et la Chine, surtout de 1838 à 1917, et rejoignirent l'Île Maurice, la Réunion, l'Afrique de l'est et du sud, Fidji, les Antilles, Cuba, le Pérou, les États-Unis et la Guyane.

Exposition numérique sur Européana

Origine spatiale des flux migratoires

Les périodes migratoires du peuplement au Brésil, de la fin du XIXème siècle à nos jours[23].

Musique

Les migrations en provenance de l'Asie[modifier | modifier le code]

Nativisme dans les Quatre Vieilles[modifier | modifier le code]

Image
Texte
Musique

Le retour des conquêtes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Annexe 1 : Chronologie des mouvements abolitionnistes et des abolitions de l'esclavage[modifier | modifier le code]

Chronologie de l'abolition de l'esclavage

Date Pays Evénement Abo Ind Héros Mouvement Signataires Chef d’État
Août 1789 Drapeau de la Martinique Martinique insurrection d'­esclaves
Août 1791 Drapeau d'Haïti Haïti insurrection d­'esclaves à Saint-Domingue
Février 17941 Drapeau de la France France Décret d'abolition de l'esclavage
1795-1796 Drapeau de Grenade Grenade Insurrection d'esclaves et à St-Vincent
1795-1796 Drapeau de Saint-Vincent-et-les-Grenadines Saint-Vincent-et-les-Grenadines insurrection d'esclaves à Saint-Vincent
1797 Drapeau de la Jamaïque Jamaïque insurrection d­esclaves dans les montagnes bleues
1800 Drapeau de la Virginie Virginie insurrection d'­esclaves 1801 Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe insurrection d'­esclaves
1804 ­Drapeau d'Haïti Haïti Indépendance première République sans esclavage des Amériques
1806 Drapeau de Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago insurrection d­esclaves à Trinidad
1808 Drapeau du Brésil Brésil insurrection d­esclaves à Nazaré
1811 Drapeau de la Louisiane Louisiane insurrection d­esclaves
1822 Drapeau de la Martinique Martinique insurrection d­esclaves
1823 Drapeau du Guyana Guyana insurrection d­esclaves
1831 Drapeau de la Jamaïque Jamaïque insurrection d­esclaves
1841 Drapeau de Mayotte Mayotte Le sultanat musulman devient protectorat français
9 décembre 1846 Drapeau de Mayotte Mayotte Abolition de l'esclavage Louis-Philippe 1er
1848 Drapeau de la France France Le décret d'abolition de 1848 est précédé et suivi d'insurrections d'­esclaves dans le domaine colonial français : Martinique, Guadeloupe, St-Martin, St-Eustache, Saba, Ste Croix, Réunion
Drapeau de l'Argentine Argentine 1853[24] 1816[25] xx Indépendantiste Constitution [26] xx
1854 Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe arrivée du premier convoi de 'travailleurs' indiens sur le paquebot 'l'Aurélie'
1888 Brésil abolition de l'­esclavage
1904 Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe Henri Sidambarom tente de se présenter aux élections municipales et de faire inscrire les indiens sur les listes électorales de Capesterre. Il se heurte à l'opposition des colons et intente un procès au gouvernement français. Une longue procédure commence
Avril 1923 Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe les guadeloupéens d'origine indienne, ayant jusque-là le statut d'étrangers, acquièrent le droit de vote comme citoyens français


Pays Abo Ind Héros Mouvement Signataires Chef d’État
Drapeau de la Bolivie Bolivie 1826 xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Brésil Brésil 1888 1822 xx xx Pierre II du Brésil
Drapeau du Chili Chili 1823[27] 1818 xx xx xx
Drapeau de la Colombie Colombie xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau de Cuba Cuba xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau de l'Équateur Équateur xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Mexique Mexique xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Nicaragua Nicaragua xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Panama Panama xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Paraguay Paraguay xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Pérou Pérou 1821 1845-1851 & 1855-1862 Túpac Amaru II
José de San Martín
Simón Bolívar
[[ ]] [[ ]] Ramón Castilla
Drapeau de la République dominicaine République dominicaine xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau de l'Uruguay Uruguay xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]
Drapeau du Venezuela Venezuela xx xx [[ ]] [[ ]] [[]]

Annexe 2 : Crédits[modifier | modifier le code]

Annexe 3 : Modèle[modifier | modifier le code]

;Image <gallery> Fichier:Exemple.jpg|Image 1 Fichier:Exemple.jpg|Image 2 Fichier:Exemple.jpg|Image 3 </gallery> ;Texte ;Musique

Notes & Références[modifier | modifier le code]

  1. un des premiers actes de l'Angleterre, à l'issue de sa «Glorieuse Révolution», ait été d'arracher à l'Espagne, par la paix d'Utrecht (1714), l'Asiento, c'est-à-dire le monopole de la traite des Nègres. La philosophie et la Révolution française, Société française de philosophie. Colloque, Bernard Bourgeois, Jacques d'. Hondt
  2. Voir {{BNF|34349151m}} & [https://archive.org/stream/DeschampsDepitre1929A17Bnf34349151m#page/n405/mode/2up/search/Asiento Modèle:IA, p. 403, Léon Vignols.- L'Asiento français (1701-1713) et anglais (1713-1750) et le commerce franco-espagnol vers 1700 à 1730. Avec deux mémoires français de 1728 sur ces sujets.
  3. Frédéric Mauro, Le XVIe siècle européen : aspects économiques, Presses universitaires de France, (lire en ligne)
  4. Brève analyse de l'œuvre
  5. Texte en ligne
  6. Journal du palais : recueil le plus ancien et le plus complet de la jurisprudence, Volume 1, F.F. Patrio éditeur, 1840, p. 31.
  7. Qui est situé au nord par rapport à un point donné.
  8. ESCLAVAGE, s. m. (Droit nat. Religion, Morale.) L'esclavage est l'établissement d'un droit fondé sur la force, lequel droit rend un homme tellement propre à un autre homme, qu'il est le maître absolu de sa vie, de ses biens, & de sa liberté.
    Cette définition convient presque également à l'esclavage civil, & à l'esclavage politique ». Louis de Jaucourt (1704-1779) in Encyclopédie [Diderot & d'Alembert] ou dictionnaire raisonnée des sciences, des arts et des métiers.

    Définition de l'esclavage par Louis de Jaucourt, (1704-1779) dans l'Encyclopédie. C'est la plus courte, la plus précise. Celle qui vaut aussi bien pour notre époque contemporaine. Louis de Jaucourt est abolitionniste dès la première moitié du XVIIIème siècle.
    La définition, publiée dans l'Encyclopédie et plusieurs autres ouvrages de l'époque, permet de resituer l'esclavage dans la pensée de son époque. Pour les encyclopédistes, l'esclavage relève du droit naturel, de la religion, de la morale. L'économie naîtra en 1776, année de la mort de Louis de Jaucourt, avec l'ouvrage d'Adam Smith.- Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, sur Wikisource.
  9. 1763 marque la fin du premier domaine colonial français.
  10. Abraham Hanibal (1696- 14 mai 1781), fait ses études en France de 1717 à 1722 et devient ingénieur militaire. A ce titre, il est le superviseur des chantiers de forteresses militaires de Pierre le Grand. Son fils Ivan Abramovich Gannibal (1735-1801) est contemporain de Joseph Bologne de Saint-George et son petit-fils Alexandre Pouchkine (1799-1837) de Alexandre Dumas
  11. La Araucana : poema / de D. Alonso de Ercilla y Zúñiga. Ed. ilustrada. Madrid : Impr. y Libr. de J. Gaspar Editor, 1884. 168 pages.
  12. Duel entre le Chevalier de Saint-George (1749-1799) & la Chevalière d'Eon.
  13. Youjun Peng.- La nation chez Alexandre Dumas, L'Harmattan.
  14. Henry de Montardy.- La Traite et le droit international, thèse pour le doctorat, V. Giard et E. Brière, Paris, 1899.
  15. L'éprouvant travail du métal était assuré pour l'essentiel par des esclaves venus d'Afrique, tandis que les mines étaient exploitées par des autochtones dont l'espérance de vie était encore plus réduite que celle des africains.
    Tandeter Enrique, Peter Bakewell.- Miners the Red Mountain. Indian Labor in Potosi, 1545-1650.
    Jeffrey A. Cole, The Potosi Mita 1573-1700. Compulsory Indian Labor in the Andes, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1989, vol. 44, n° 3, pp. 621-623. Consulté le 13 avril 2013.
    Helmer Marie.- Potosí à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1797. In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 40, 1951. pp. 21-50. Consulté le 13 avril 2013
    Braudel Fernand.- Du Potosi à Buenos Aires : une route clandestine de l'argent. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 3e année, N. 4, 1948. pp. 546-550. Consulté le 13 avril 2013
  16. Base de données des députés français depuis 1789 : 21/08/1881 - 09/11/1885 : Seine - Union républicaine ; 18/10/1885 - 11/11/1889 : Seine - Gauche radicale. Ministre des Travaux publics du 30 mai 1887 au 11 décembre 1887.
  17. Portrait commandé par Louis-Philippe pour le musée historique de Versailles en 1834. François Miranda fut général de division à l'armée du Nord en 1792 (1756-1816).
  18. Mural by José Clemente Orozco in Guadalajara, Jalisco représentation de Miguel Hidalgo Miguel Gregorio Antonio Ignacio Hidalgo y Costilla y Gallaga Mondarte Villaseñor
  19. Victor Herran.- Notice sur les cinq États du Centre-Amérique avec une carte, , 40 p. : carte ; in-8, Imprimerie de A. Pechade, Bordeaux, 1853. Domaine public, Bibliothèque nationale de France, 8-PC-6, Identifiant : ark:/12148/bpt6k5578812k
  20. L'abricot, Alexandre Dumas
  21. L'ananas de Jean de Léry à Alexandre Dumas
  22. Rhoda Desbordes , « Migrations et réseaux d’information au XIXème siècle : Les agences Havas-Reuter en Amérique du Sud, 1874-1876 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, 8 | 2004, [En línea], Puesto en línea el 18 avril 2005. URL : http://alhim.revues.org/index412.html. consultado el 15 avril 2013.
  23. Sylvain Souchaud, géographe, chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), UMR Laboratoire - Population - Environnement - Développement (LPED) et Núcleo de Estudos da População (NEPO - Unicamp), Brésil.
  24. Lors de la déclaration de l'indépendance, l'esclavage ne fut aboli ni de droit ni de fait (...) La constitution orientale proclamée en 1830 (...) En 1842, au mois de décembre, l'abolition pure et simple de l'esclavage fut décrétée par le gouvernement oriental (...). Dans la Confédération, l'abolition de l'esclavage n'eut lieu que graduellement, par des libérations successives, et elle ne fut réellement consacrée que par la constitution de 1853, qui établit (chapitre I, art. 15): "Il n'y aura plus d'esclaves dans la Confédération d'Argentine" in Description géographique et statistique de la Confédération Argentine, Volume 1 Voir « EtyxO0ZVzDgC&jtp » (sur Google)
  25. Guerre d'indépendance de l'Argentine ; Argentine#Ind.C3.A9pendance_et_dictature_de_Rosas
  26. page 362
  27. En 1674, la reine Maria d'Autriche aboli l'esclavage qui asservisait les Mapuche. Seulement, cinq ans plus tard, son fils, le roi confirme cette décision "dernièrement, la Reine, ma dame et mère, par la cédule du 20 décembre 1674 (durant la guerre de Hollande (1672-1678), décida que les indiens des provinces du Chili, où l'on a le plus utilisé l'esclavage, ne soient réduits en esclavage sous prétexte..." in Thomas Gomez, Itamar Gonzalez, p. 214. Cité dans Pradenas Luis.- Le théâtre au Chili: traces et trajectoires, XVIe-XXe siècle {{Google|vCCcz2zlMX8C&pg}}