Utilisateur:Zalaffût/Glouf

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Glouf est un animal migrateur de la famille des lagomorphe à longues oreilles, proche parent du lapin. Munit de longues oreilles, il ressemble à ce dernier avec cependant des yeux et une taille bien plus grande. Il peut être énorme, au moins deux fois la taille d’un kangourou qui est de la même famille. Le Glouf rapetisse lorsqu’il est effrayé, jusqu’à en devenir presque invisible, de là sa difficulté à pouvoir l’observer. Le Glouf est odorant et dégage une forte et agréable odeur de nature. Il adore les carottes si bien que comme les flamant rose, il a pris la couleur de son aliment favori. Sa fourrure est épaisse et duveteuse et son chant est un glougloutement qui s'apparente à celui du dindon. Il roule en boule pour se déplacer au même titre que le diable de Tasmanie, le hérisson ou le tatou. Il se construit des nids dans les arbres où il s'abrite. C’est pour répondre à ce besoin primaire qu’il lui arrive de voler des vêtements sur les cordes à linge car il apprécie particulièrement la texture du textile. Lorsqu’il a peur, il délivre du shpill, (on ne sait pas s’il le pète ou le crache). Le shpill est un gel qui inonde ce qui l’a apeuré! Il a un besoin de socialisation difficile à réaliser car il est d’une très grande timidité malgré son goût immodéré pour la fête et les enfants. Une croyance populaire circule, racontant que le Glouf aurait des vertus magiques et qu’il pourrait réaliser un vœu s'il est caressé sous le menton!


Ambivalence scientifique[modifier | modifier le code]

Le Glouf demeure à ce jour très méconnu du monde scientifique car il est difficile à apercevoir. De nombreux spécialistes à travers le monde développent de nouvelles approches afin de parvenir à l'observer mais celles-ci demeurent peu concluantes, si bien que le Glouf a acquis une réputation d'animal mystérieux. Certains vont même jusqu'à douter de son existence et le catégorisent de légende. Cette confusion n'est pas sans créer des tensions chez les chercheurs et les passionnés de l'animal.


Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Morphologie générale[modifier | modifier le code]

À l'âge adulte, le Glouf peut atteindre jusqu'à 6 mètres de haut et peut peser jusqu'à 50 000 kg. Pour se cacher il rapetisse parfois jusqu'à presque disparaitre. Son pelage est soyeux, épais et orangé.


Gestation[modifier | modifier le code]

Tout comme le porc, la durée de gestation de la Glouf est de trois mois, trois semaines et trois jours soit 115 jours en moyenne. Lors de la mise bas, la Glouf donne naissance à une douzaine de Glouffons qui pèsent chacun en moyenne 1,5 à 2 kilogrammes. Les petits naissent aveugles et nus, cachés dans un nid dans les arbres.


Mode de vie[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le Glouf est un grand consommateur de carotte, essentiel élément de son alimentation. Il peut ingérer une très grande quantité de cette nourriture et, comme les tamias, il possède des abajoues particulièrement extensibles dans lesquelles il emmagasine des réserves. La carotte étant un végétal qui fabrique et contient des pigments photosynthétiques (des caroténoïdes notamment) qui se transmettent tout au long de la chaine alimentaire par la suite, le Glouf a un pelage d'une teinte orange vif propre au pigment.


Migration[modifier | modifier le code]

Le Glouf est un animal migrateur. Le tracé précis de son parcours reste un sujet de mésentente chez les spécialistes de l'animal car il demeure difficile d'en percevoir la cohérence et les facteurs cycliques. Le Glouf a été observé dans différents pays d'Asie, essentiellement en Corée du sud aux abords de la Mer Jaune, aux Philippines et au Laos. Des chercheurs amènent l'hypothèse qu'il suivrait les côtes du Golfe du Bengale et de la Mer d'Arabie. Des témoignages de son passage ont également été retrouvés à travers certains récits anciens en Mésopotamie Occidentale et des traces de sa présence au cours des trois derniers siècles furent observées en Somalie, en Libye et en Mauritanie. Tout porte à croire que c'est depuis là que le Glouf entamerait sa traversée de l'Atlantique jusqu'aux Bermudes d'où il remonterait vers le nord en longeant la côte Américaine pour se rapprocher du Fleuve Saint-Laurent au Québec. Sans qu'on ne sache pourquoi, des observateurs rapportent que le Glouf s'arrête pour de nombreuses semaines dans un lieu précis dans la ville de Montréal, soit dans le quartier du Vieux-Rosemont. Il poursuit ensuite son déplacement vers le nord en passant par de nombreux lacs Québécois. Des vestiges confirment la présence du Glouf jusqu'en Terre de Baffin où il est possible de croire qu'il va terminer sa migration.


Comportement[modifier | modifier le code]

De caractère très farouche, le Glouf se caractérise par sa faculté à diminuer de volume considérablement lorsqu'il sent la présence des humains et parvient ainsi se cacher d'eux. Il devient ainsi très difficile de l'apercevoir et rares sont ceux qui peuvent témoigner avoir eu une telle chance.


Moyen de défense[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il a peur, le Glouf crache ou pète une muqueuse gluante et épaisse appelée shpill. Celle-ci est inoffensive et a pour fonction de surprendre et de ralentir l'objet de sa peur.