Bistro du jour
Envoyer un courriel à PST.
Miranda
Ariel
Umbriel
Anneaux d'Uranus
Magnétosphère de Jupiter
Naine Blanche
Volcanisme sur Io
Formation et évolution du système solaire
Cet utilisateur est un Dronte de Maurice.

Utilisateur:PST

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nonidi
9
Prairial
CCXXIII


« Dum loquimur invida aetas fugerit. »

« Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion. » - Saint Augustin.

CV boîtes Utilisateur[modifier | modifier le code]

Moi[modifier | modifier le code]

Homme
Homme
né en 1972
né en 1972
Dronte de Maurice (2009)
Dronte de Maurice (2009)
Mad scientist
Chercheur
Wikipédia
Les mots en té
Les mots en té
deux hémisphères cérébraux
Orthogaffeur
Orthogaffeur
Firefox
Firefox

Langues[modifier | modifier le code]

en-3
oc-1
TU

Wikipédia et Moi[modifier | modifier le code]

Sciences
Informatique
Biologie
Histoire

J'aime[modifier | modifier le code]

Cognac
Cognac
J’adore Isaac Asimov
J’adore Isaac Asimov
Montagne
Rock
{{!!}}
Boîtes utilisateur

Foire aux vanité[modifier | modifier le code]

Article de qualité Miranda (lune) :

« Miranda, également connue sous le nom d'Uranus V, est un satellite d'Uranus. Cette lune fut découverte en 1948 par Gerard Kuiper. Elle porte le nom de Miranda, la fille du magicien Prospero qui apparait dans la tragi-comédie La Tempête de William Shakespeare. Miranda n'a été approchée qu'une seule fois, par la sonde Voyager 2 en janvier 1986. De tous les satellites naturels d'Uranus, Miranda est celui qui a été le mieux imagé par la sonde. Néanmoins, durant le survol de la sonde, l'hémisphère Nord était plongé dans la nuit ; les observations se sont donc limitées à l'hémisphère Sud.

Miranda est la plus petite des cinq principales lunes en orbite autour d'Uranus. Elle est aussi la plus proche de cette planète, à seulement 129 900 km et la moins dense. Sa surface semble composée de glace d'eau mêlée à des composés de silicates et de carbonates ainsi qu'à de l'ammoniac. À l'instar des autres lunes d'Uranus, son orbite est inscrite dans un plan perpendiculaire à l'orbite de la planète autour du Soleil, ce qui provoque des variations saisonnières extrêmes en surface. »

- Contributeurs, Miranda (lune), 5 octobre 2011
Vue du pôle sud de Miranda en janvier 1986. Photomontage photographique réalisé par la NASA.
Article de qualité Ariel (lune) :
La photographie montre Ariel, une sphère grise striée avec le coté gauche très éclairée, dévoilant des tâches blanches, et le coté droit qui plonge dans les ténèbres de la nuit.
Ariel, photographiée le 24 janvier 1986 à une distance d'environ 130 M de km.

« Ariel, également connu sous le nom d'Uranus I, est un satellite naturel d'Uranus. Découvert le par William Lassell, il est nommé d'après un esprit de l'air apparaissant dans le poème La Boucle de cheveux enlevée d'Alexander Pope et la pièce de théâtre La Tempête de William Shakespeare. Il n'a été survolé que par une seule sonde spatiale, Voyager 2, en 1986, et seulement 35 % de la surface de l'astre a pu être photographiée à cette occasion.

Ariel est la plus brillante des lunes en orbite autour d'Uranus, ainsi que la troisième plus massive et la quatrième plus grande. Elle est principalement composée, à parts égales, de glaces et de roches. À l'instar des autres lunes d'Uranus, son orbite est inscrite dans un plan perpendiculaire à l'orbite de la planète autour du Soleil, ce qui provoque des variations saisonnières extrêmes en surface. En cela, elle suit la rotation atypique de la planète qui tourne selon un axe quasiment parallèle au plan de son orbite autour du Soleil. »

— Contributeurs, Ariel (lune), 9 Juillet 2011
Article de qualité Umbriel (lune) :

« Umbriel, également appelé Uranus II, est le troisième satellite naturel d'Uranus par la taille. Découvert en 1851 par William Lassell, en même temps qu'Ariel, il reçoit alors le nom d'un personnage du poème La Boucle de cheveux enlevée (« The Rape of the Lock »), d'Alexander Pope.

Umbriel est principalement constitué de glace, et d'une fraction substantielle de roche. Sa structure interne pourrait être différenciée entre un noyau rocheux et un manteau de glace. Sa surface est la plus sombre parmi celles des lunes d'Uranus, et aurait été principalement façonnée par des impacts météoritiques. Cependant, la présence de canyons suggère l'existence de processus endogènes dus à l'expansion de son intérieur au début de son évolution. Le satellite pourrait avoir subi un resurfaçage endogène qui aurait recouvert une partie des surfaces les plus anciennes. »

- Contributeurs, Umbriel (lune), 25 mai 2011
La meilleure image d'Umbriel prise par Voyager 2
Article de qualité Anneaux d'Uranus :
Les anneaux internes d’Uranus. Le plus externe et le plus brillant est l’anneau ε ; 8 autres anneaux sont visibles sur cette photo.

« Les anneaux d’Uranus sont un système d’anneaux de la planète Uranus, moins complexes que les anneaux de Saturne, mais plus élaborés que ceux de Jupiter ou de Neptune. Ils ont été découverts le 10 mars 1977 par James L. Elliot, Edward W. Dunham et Douglas J. Mink. Près de deux siècles auparavant, l'astronome William Herschel avait déjà rapporté l’observation d’anneaux, mais les astronomes modernes doutent que les anneaux sombres et ténus aient pu être vus à cette époque. Deux anneaux supplémentaires ont été découverts en 1986 grâce aux images prises par la sonde spatiale Voyager 2, puis deux anneaux externes, en 2003–2005, sur les photos du télescope spatial Hubble.

Ainsi, les observations d'Hubble portent à treize le nombre d'anneaux distincts composant le système d’anneaux d’Uranus. Ils sont appelés, par ordre de distance croissante de la planète : 1986U2R/ζ, 6, 5, 4, α, β, η, γ, δ, λ, ε, ν et μ. Leurs rayons vont de 38 000 km pour l’anneau 1986U2R/ζ à environ 98 000 km pour l’anneau µ. Il existe probablement de faibles bandes de poussière et des arcs incomplets entre les anneaux principaux. Ces anneaux sont très sombres : l’albédo des particules les composant ne dépasse pas 2 %. Ils sont probablement composés de glace et d'éléments organiques noircis par le rayonnement de la magnétosphère. »

— Contributeurs, Anneaux d'Uranus, 25 Avril 2011
Article de qualité Magnétosphère de Jupiter‎ :

« La magnétosphère de Jupiter est une cavité créée dans le vent solaire par le champ magnétique de la planète. C'est la plus vaste et la plus puissante magnétosphère planétaire au sein du système solaire, et la plus large structure continue du système solaire après l'héliosphère. Elle s'étend sur plus de sept millions de kilomètres en direction du Soleil, et quasiment jusqu'à l'orbite de Saturne dans la direction opposée. Plus large et plus plate que la magnétosphère terrestre, elle est plus forte d'un ordre de grandeur, tandis que son moment magnétique est environ 18 000 fois plus grand. L'existence du champ magnétique de Jupiter a été déduite à partir des observations de ses émissions radio à la fin des années 1950, puis il a été observé effectivement par la sonde Pioneer 10 en 1973. »

- Contributeurs, Magnétosphère de Jupiter, 28 avril 2010
La magnétosphère de Jupiter face aux vents solaires.
Article de qualité Naine blanche :
Sirius B est une naine blanche visible comme un petit point en bas à gauche de Sirius A, beaucoup plus brillante.

« Une naine blanche possède typiquement une masse inférieure quoique comparable à celle du Soleil pour un volume similaire à celui de la Terre. Sa densité est ainsi de l’ordre d’une tonne par centimètre cube, plusieurs dizaines de milliers de fois plus élevée que celle des matériaux observés sur Terre. Sa température de surface, qui peut dépasser au départ 100 000 kelvins, provient de la chaleur emmagasinée par son étoile parente, chaleur qui ne se diffuse que très lentement du fait de la faible surface de l'astre. C'est aussi du fait de cette faible surface que, malgré sa température élevée, la luminosité d'une naine blanche reste limitée à une valeur de l’ordre d’un millième de luminosité solaire, et décroît au cours du temps. »

- Présenté à l'AdQ, Naine blanche, 17 mai 2010
Bon article Volcanisme sur Io :

« Le volcanisme sur Io, un des satellites de Jupiter, produit trois principaux types d'éruptions. Pouvant provenir d'une fosse volcanique (appelée patera), certaines coulées de lave, basaltiques, courent sur des dizaines et parfois même des centaines de kilomètres. Elles sont similaires aux laves terrestres issues des volcans boucliers, tel que le Kīlauea à Hawaï. Les éruptions du second type sont formés de silicates ultramafiques aux températures particulièrement élevées, jusqu'à 1 600 K (1 327 °C). Les éruptions du troisième type propulsent jusqu'à 500 kilomètres des composés de soufre, de dioxyde de soufre et de matières pyroclastiques. Ces éjectas produisent de gigantesques panaches volcaniques en forme de parapluie. Ils fournissent le matériau qui colore les terrains environnants de rouge, de noir et de blanc, forme une atmosphère de surface éparse et prend part à la vaste magnétosphère de Jupiter. »

- Contributeurs, Volcanisme sur Io, 29 mars 2010
Image satellite de Io montrant le panache généré par une gigantesque éruption volcanique s'élevant au-dessus de la surface.
Bon article Formation et évolution du système solaire‎ :
Vue d'artiste d'un disque protoplanétaire.

« La formation et l'évolution du système solaire sont déterminées par un modèle aujourd'hui très largement accepté et connu sous le nom d'« hypothèse de la nébuleuse solaire ». Ce modèle fut développé pour la première fois au XVIIIe siècle par Emanuel Swedenborg, Emmanuel Kant et Pierre-Simon de Laplace. Les développements consécutifs à cette hypothèse ont fait intervenir une grande variété de disciplines scientifiques incluant l'astronomie, la physique, la géologie et la planétologie. Depuis le début de la conquête de l'espace dans les années 1950 et à la suite de la découverte des exoplanètes dans les années 1990, les modèles ont été remis en cause et affinés pour tenir compte des nouvelles observations. »

- Contributeurs, Formation et évolution du système solaire, 27 mars 2010

Créations[modifier | modifier le code]

Voir la liste des articles que j'ai créé.

Articles en cours[modifier | modifier le code]

Autres articles que j'ai initié/repris[modifier | modifier le code]

Notes pour plus tard[modifier | modifier le code]


  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Sans être une stricte traduction, le contenu de ces articles est largement inspiré des versions anglaises, japonaises, allemandes ou turcs du même article, sur wikipédia, mais il est toujours agréable de trouver une version Française bien documentée non ?