Utilisateur:MimiZizou/Brouillon

    Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    Pierre Préau

    Pierre Préau, né le 19 octobre 1929 à Neuilly et mort le 11 février 2020 à Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie), est un géographe français spécialiste des Alpes et de l’activité touristique qui s’est largement développée au cours du XX° siècle sur ce grand massif.


    1.   Biographie

    Issu d’un milieu modeste, Pierre Préau fait ses études à Neuilly, au lycée Pasteur, avant d’intégrer la Sorbonne et d’obtenir l’agrégation de géographie (classé second de sa promotion) en 1955. Attiré par les Alpes qu’il a connues jeune pour des raisons de santé, il débute sa carrière comme professeur au lycée Vaugelas de Chambéry en 1955.  Il est ensuite recruté en 1961 à l'Institut d'études politiques de Grenoble , dirigé alors par Jean-Louis Quermonne.

    Ce dernier s’apprête à créer, en 1964, un Centre de recherche sur l’aménagement du territoire (CERAT, ancêtre de l’actuel laboratoire PACTE), associé à l'IEP, dans la perspective d’une action sur les thèmes dominants de l’époque, la planification et la régionalisation. L’apport d’un géographe sera en effet des plus importants auprès des politologues qui ont composé une équipe pluridisciplinaire de sociologues, géographes, économistes, démographes, etc. et n’hésitent pas à faire intervenir des acteurs de terrain, des aménageurs, des développeurs de stations de sports d'hiver. Nul doute que la formation de Pierre Préau à Paris et non à l’Institut de Géographie alpine de Grenoble est déterminante dans son recrutement.

    Introduit par la voie syndicale dans l’action au service de la société, il deviendra rapidement un expert recherché dans les domaines de l’aménagement de la montagne et du changement social, du tourisme, de l’urbanisme et plus généralement de l’économie régionale. C’est ainsi qu’il est appelé à siéger au Comité d’expansion de la Savoie, créé à l’initiative de l’ancien ministre Joseph Fontanet (alors président du Conseil général de la Savoie) pour y conduire des études sur la création des stations de sports d’hiver. De ce fait, Pierre Préau est conduit à participer activement à la création et à la mise en place du premier parc national français, le parc national de la Vanoise.

    Après les recherches qu'il a entreprises sur les conséquences du développement de Courchevel, il se trouve impliqué dans la création des grandes stations de sports d'hiver de Tarentaise et de Maurienne, développant des liens étroits avec des hommes comme Denys Pradelle (Courchevel), Pierre Lainé (Les Karellis - Renouveau Maurienne), Roger Godino (Les Arcs), Laurent Chappis, etc.

    Au cœur de cette grande période d’équipement de la Savoie, sa réflexion est requise dans les choix d’aménagement et il collabore étroitement avec Denys Pradelle au sein de l’Atelier d’architecture en montagne, dès les années 1960, puis avec l’Atelier d’urbanisme en montagne. Cet intérêt pour les réflexions qui doivent accompagner l’architecture et l’urbanisme en montagne le conduisent à poursuivre une collaboration étroite avec l’Ecole d’architecture de Grenoble (à partir de 1978) et tout particulièrement avec l’équipe de recherche « Architecture, paysage, montagne », que dirige Jean-François Lyon-Caen.

    Dans les années 1980, il collabore avec Louis Besson, alors député de la Savoie dans le cadre de la préparation de la loi Montagne et restera très proche de celui qui sera ministre, président du Conseil général et maire de Chambéry. Ce texte de loi reste aujourd’hui très important, puisqu’il tente de donner un cadre à un développement de la montagne dans le domaine touristique tout en respectant la nature et en amplifiant la place de l’agriculture.  

    En 1991, il rejoint l’Université de Savoie, au sein de laquelle il fonde une chaire consacrée au tourisme. Il transmet à ses étudiants le goût pour le « terrain », pour l’arpentage des lieux et la rencontre avec les habitants. Dans la grande tradition de la géographie humaine (incluant l’économie, la sociologie, la démographie, etc.), Pierre Préau sera de ceux qui expliqueront le mieux comment se sont forgé nos paysages et comment leur lecture permet une fine compréhension des anciennes sociétés agro-pastorales et de leurs mutations avec l ‘économie touristique.

    Le message qu’il nous transmet dans les nombreux écrits et enregistrements sonores ou vidéos qu’il a laissés, est une sorte d’invitation à la responsabilisation de tous les acteurs de la montagne afin de respecter les richesses et les fragilités de ce milieu plus que tout autre menacé.


    2. Distinctions

    Pierre Préau était :

    ·        Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur, 1997

    ·        Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques, 1981

    ·        Médaille d’argent du tourisme, 1994

    ·        Membre titulaire de l’Académie de Savoie, 1998

    3.   Publications :

    ·        Savoie : l’esprit des lieux, le roman de la Savoie, La Fontaine de Siloé, 2015, 576 p.

    ·        « Développement touristique et changement social », in Les Savoyards et le tourisme depuis l’Annexion, Cahiers du Vieux-Conflans, 2009, pp. 217-230

    ·        « Le parc national de la Vanoise, banc d’essai d’une politique d’aménagement de la montagne », in Revue de Géographie alpine, tome LII, 1964 pp. 393-436 (accessible librement sur https://www.persee.fr/)

    ·        

    « Essai d’une typologie des stations de sports d’hiver dans les Alpes du nord » in Revue de Géographie Alpine, LVI, 1968

    in Les stations de sports d'hiver, Travaux du colloque de la faculté de droit de Grenoble, les 19 et 20 février 1967 à Grenoble  pages pp.1-21Mouton, Paris et La Haye 1968, in 8° 177, in Economie & Prospective de la montagne, Voiron, 1968, n° 12, pp. 4-10 et n° 3, pp 2 - 7.

    ·        « Tourisme et urbanisation en montagne : le cas de la Savoie », in Revue de Géographie alpine, Tome LXX, 1982, pp. 137-151 (accessible librement sur https://www.persee.fr/)

    ·        « Le changement social dans une commune touristique de montagne : Saint-Bon-Tarentaise (Savoie) », in Revue de Géographie alpine, Tome LXXI, 1983, pp. 407-429 et Tome LXXII, 1984, pp. 411-437 (accessible librement sur https://www.persee.fr/)

    ·        « Les types de stations » in Legay (Jean-Pierre) dir., La Savoie.  Terre de défis et de conquêtes. Des alpages aux stations d’altitude, Ouest-France, 1991, pp. 207-288

    ·        « Avatars du tourisme, métamorphoses de la Savoie, in Mémoires de l’Académie de Savoie, 1999, pp. 37-62

    ·        La Savoie : une terre, des hommes (dir., en collaboration avec Sorrel (Christian), La Fontaine de Siloé, 2000, - IBSN 2.84206.152.7 4ème trimestre 2000

    Livre premier : La Savoie dans l’espace et le temps

    Géopolitique : La Savoie dans les Savoies   pp. 41-62 et

    Lieux de mémoire et mémoire des lieux  pp. 63 à 140

    Livre second : Encyclopédie de la Savoie

    L’économie savoyarde   pp. 143-180

    Le tourisme  pp. 213-250.


    ·        « Lieux de mémoire et mémoire des lieux », « Tourismes », « Démographie », in Guichonnet (Paul) (dir.) Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2004, pp. 111-223, 241-270, 343-350

    ·        « Toute pente n’est pas montagne », in L’Alpe n°30 Traces olympiques, 2006, pp. 58-67