Utilisateur:Mathieugp

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Profil Contributions Diagrammes Brouillons Discuter


Wikipedia
Vous êtes ici sur la page personnelle d’un utilisateur de Wikipédia en français.
Cette page ne fait pas partie de l’espace encyclopédique de Wikipédia.

Si vous avez accédé à cette page depuis un autre site que celui de Wikipédia en français, c’est que vous êtes sur un site miroir ou un site qui fait de la réutilisation de contenu. Cette page n’est peut-être pas à jour et l’utilisateur identifié n’a probablement aucune affiliation avec le site sur lequel vous vous trouvez. L’original de cette page se trouve à https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Mathieugp.


Québec
en-3
Wikitraducteur en anglais
Wikitraducteur en anglais
Québec
Points d'interrogation
Agnostique
Humanisme
Humaniste
Politique
Histoire
Philosophie
Informatique
Musique
Littérature
La tour de Babel, selon Brueghel.
Sciences
Québec
Souveraineté du Québec
Drapeau de la Catalogne
Souveraineté de la Catalogne
Drapeau de l’Écosse
Souveraineté de l’Écosse
Drapeau du Tibet
Souveraineté du Tibet
Drapeau du Pays basque
Souveraineté du Pays basque
Drapeau du pays de Galles
Souveraineté du pays de Galles
GNU
GNU
Ubuntu
Ubuntu
John Stuart Mill
BOINC
BOINC
Wikimédia Québec
Wikimédia Québec
Nouvelles franco-britanniques d'Amérique
Wikimania 2011

En quelques mots[modifier | modifier le code]

J'habite Montréal au Québec. Je m'intéresse à pas mal tous les domaines de la connaissance. Mes deux plus grandes passions sont le Québec libre et le logiciel libre. La première a à voir avec ma propre liberté, à titre d'humain et de citoyen, relativement à l'État qui se trouve au-dessus de moi. La seconde a à voir avec la liberté du genre humain relativement aux machines qui sont déjà omniprésentes dans nos vies.

Je suis un informaticien de formation. Depuis 2011, je suis chargé des projets numériques à la Fondation Lionel-Groulx. Je m'intéresse particulièrement au logiciel libre que j'ai adopté parce qu'il est compatible avec ma vision de ce que devraient être les rapports sociaux dans la production et la distribution des logiciels et aussi parce que j'attribue une grande valeur au libre partage des connaissances dans la communauté mondiale.

Je suis amateur d'histoire du Québec et d'histoire des idées politiques.

Sur le plan philosophique, j'en suis encore à m'autoproclamer libre penseur et humaniste en attendant que l'on me démontre, de façon convaincante, que je fais erreur en voulant chercher la vérité par moi-même et avec les autres, au moyen de la faible raison humaine. Je me sais être profondément ignorant, comme le sont tous les êtres humains sur cette planète. Je m'efforce de l'être moins.

Je joue un peu de violon, mais je ne pratique pas autant que je devrais et je néglige vraiment beaucoup mon instrument ces temps-ci.

Jusqu'à présent, mes principales contributions à cette encyclopédie ont eu quelque chose à voir avec le Québec, son histoire, sa culture, sa langue, ou avec la politique et le logiciel libre.

En plus de mes contributions à la Wikipédie francophone, je contribue à celle de langue anglaise. Je tente de m'autotraduire dans la mesure du possible.

Je fais aussi beaucoup trop de fautes d'orthographe en français et je m'en excuse auprès de ceux que cela offense. Merci de corriger derrière moi! ;-)

Citations que j'aime bien pour une raison ou une autre[modifier | modifier le code]

  • « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui libère. » — Henri Lacordaire (1802-1861), 52e Conférence de Notre-Dame, 1848.
  • « J'ai déjà parlé de notre “assimilation”. Pas un instant je n'ai dit que je la souhaitais. Notre personnalité nationale est historiquement trop célèbre et sa valeur est encore trop haute, malgré toutes les humiliations que nous avons subies, pour que sa disparition soit souhaitable. » — Theodor Herzl (1860-1904) dans L'État des Juifs, 1896
  • « J'ai laissé entendre plus haut, que ces gens avaient indûment emprunté le nom de loyaliste. Royaliste serait peut-être plus adéquat. Car les vrais loyalistes se trouvaient au sein du peuple de l'Amérique contre lequel ils ont agi. Jamais aucun peuple n'a été reconnu plus sincèrement loyal à ses souverains, et ce de façon universelle : il idolâtrait la succession protestante de la Maison de Hanovre. On ne pouvait pas trouver un seul jacobite d'un bout à l'autre des colonies. Les Américains aimaient affectueusement le peuple de l'Angleterre, étaient zélés à lui porter assistance dans ses guerres, par des contributions volontaires d'hommes et d'argent, même au delà de leur proportion. Le roi et le parlement ont fréquemment reconnu ce fait par des adresses, des résolutions, et des remboursements publics. Mais ils étaient tout aussi épris de ce qu'ils estimaient être leurs droits, et s'ils ont résisté quand ces droits étaient attaqués, ils résistaient en faveur de la constitution britannique, dont chaque Anglais pouvait bénéficier en venant vivre parmi eux : le peuple a résisté à des impositions arbitraires qui étaient contraires au droit commun, à nos constitutions fondamentales, de même qu'aux coutumes établies. Ce fut en effet une résistance en faveur des libertés de l'Angleterre, qui eurent pu se trouver en danger par le succès de l'attentat contre les nôtres; et conséquemment un grand homme dans votre parlement n'a eu aucun scrupule à déclarer, qu'il se réjouissait que l'Amérique eut résisté. » — Benjamin Franklin (1706-1790), dans une lettre privée au baron Francis Maseres, 26 juin, 1785. (Le grand homme dont il est question est William Pitt l'Ancien[2].)
  • « Le vrai blesse quelquefois les règles de la vraisemblance. » — Denis-Benjamin Viger (1774-1861), dans Analyse d'un entretien sur la conservation des établissements du Bas-Canada : des lois, des usages, etc. de ses habitants, 1826[3]
  • « On pourrait presque dire : un peu d'internationalisme éloigne de la patrie; beaucoup d'internationalisme y ramène. » — Jean Jaurès (1859-1914), dans L'Armée nouvelle, p. 464

Maximes de mon cru[modifier | modifier le code]

  • « Méfiez-vous bien de celui qui a et le temps et l'audace d'inventer des maximes. »
  • « L'encyclopédie vraiment utile est celle qui nous montre autant ce nous savons que ce qui nous échappe encore. »
  • « Le Créateur, dans Son infinie conséquence, a donné à l'homme des jambes pour courir le gibier, des mains pour tailler la pierre de la lance, des mots pour coordonner la chasse, un peu d'intelligence pour qu'il se défende dans un monde hostile et finalement une conscience pour le tourmenter chaque jour et rendre sa vie impossible. »
  • « Publier moins, publier mieux. »

Lieux visités[modifier | modifier le code]

Un jour il y aura la téléportation et on en reparlera! En attendant, je suis pauvre et je voyage surtout par la lecture! ;-)

États-Unis (Boston, New York) // Canada (Toronto, Calgary, Edmonton, Vancouver) // Québec (Montréal, Laurentides, Cantons-de-l'Est, Québec, Bas-Saint-Laurent, Gaspésie) // France (Paris, Morcourt, Éourres, Marseille, Cassis, Carcassonne, Toulouse) // Bosnie-Herzégovine (Sarajevo, Mostar) // Croatie (Dubrovnik, Zagreb) // Monténégro (Kotor) // Serbie (Belgrade, Zuce)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Récompense Félicitations pour l'ensemble de ton travail sur la Nouvelle-France et ton implication à faire connaître le Québec et son histoire! Je te décerne ces lauriers de la Nouvelle-France. Bonne continuation! Cordialement — Blason René Lepage de Ste-Claire.svg Jeff de St-Germain Missive15 octobre 2009 à 22:04 (HAE)
Page suivante : Contributions →