Utilisateur:Flopinot2012/bacsable

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Signal B30.svg Flopinot2012 est actuellement en « wikislow » et ne contribue qu'épisodiquement.
Sunset at Huntington Beach.jpg Flopinot2012 a décidé de prendre un court wikibreak et sera bientôt de retour sur Wikipédia.
Sunset at Huntington Beach.jpg Flopinot2012 a décidé de prendre un long wikibreak et reviendra peut-être sur Wikipédia.

Le fidèle Berger
Image illustrative de l’article Flopinot2012/bacsable
Page de titre de l'édition originale (1944)

Auteur Alexandre Vialatte
Pays Drapeau de l'État français État français
(régime de Vichy)
Genre roman
Éditeur Gallimard
Lieu de parution Paris
Date de parution 1944

247 pages

{{Lien|langue=pt|trad=Encarnação e estofamento|fr=Incarnation et rembourrage|texte=incarnation et le rembourrage}}

Quatre poèmes
op. 3 (L 3)
Genre Mélodies
Musique Albert Roussel
Texte Henri de Régnier
Langue originale français
Effectif chant et piano
Durée approximative 13 min
Dates de composition septembre-octobre 1903
Création
Société nationale de musique,
Paris (Drapeau de la France France)
Interprètes Jane Bathori (soprano),
Alfred Cortot (piano).

Quatre poèmes, op. 3, est le premier recueil de mélodies pour chant et piano d'Albert Roussel, composé en 1903 sur des poèmes d'Henri de Régnier.

Présentation[modifier | modifier le code]

{{Infobox Liste de fichiers |nom = non |fichier01 = Berlioz Toccata.flac |titre01 = Hector Berlioz, ''Toccata'' H99 }}

Textes[modifier | modifier le code]

Les textes des quatre mélodies sont d'Henri de Régnier : Roussel puise également dans sa poésie la matière des Quatre poèmes, op. 8 et de La Menace, op. 9[1].

Mélodies[modifier | modifier le code]

Albert Roussel compose ses Quatre poèmes en septembre et octobre 1903[1],[2] :

  1. « Le départ » — Assez lent, à Music6.svg
    Music8.svg
     — dédié à Mme Jeanne Raunay ;
  2. « Vœu » — Modéré, à quatre temps (Mesure C.png) — dédié à Mlle Mary Garden ​;
  3. « Le jardin mouillé » — Modéré, doux et léger, à Music3.svg
    Music4.svg
     — dédié à M. Maurice Bagès ​;
  4. « Madrigal lyrique » — Très modéré, à Music4.svg
    Music4.svg
    et Music2.svg
    Music4.svg
    alternés — dédié à Mme Albert Groz.

Création[modifier | modifier le code]

Les Quatre poèmes sont créés par Jane Bathori, accompagnée par Alfred Cortot au piano, lors d'un concert de la Société nationale de musique, le à Paris[1].

Analyse[modifier | modifier le code]

Guy Sacre ne considère pas les Quatre poèmes, op. 3 et op. 8, comme des cycles de mélodies mais « des recueils, à peine unis par la poésie de Régnier. À peine, car il n'est pas de poète plus versatile, dans le fond comme dans la forme[3] ».

La troisième mélodie, Le Jardin mouillé est « un joyau de l'œuvre de Roussel, et un sommet de la mélodie française[4] ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Caroline Bouju, Catalogue raisonné de l'œuvre d'Albert Roussel, Louvain-la-Neuve, Département d'archéologie et d'histoire de l'art, Collège Érasme, coll. « Publications d'histoire de l'art et d'archéologie de l'Université catholique de Louvain » (no 78), , 159 p..
  • Raphaëlle Legrand, « Catalogue des œuvres », dans École normale de musique de Paris, Jean Austin (dir.), Albert Roussel, Paris, Actes Sud, , 125 p. (ISBN 2-86943-102-3), p. 46–95.
  • Damien Top, Albert Roussel : Un marin musicien, Biarritz, Séguier, coll. « Carré Musique », , 170 p. (ISBN 2-84049-194-X).

Notes discographiques[modifier | modifier le code]

  • (fr + en) Guy Sacre, « Le musicien des adieux », p. 4-13, Luxembourg, Timpani 2C2064, 2001.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Bouju 1992, p. 71.
  2. Top 2000, p. 50.
  3. Sacre 2001, p. 6.
  4. Sacre 2001, p. 7.

Liens externes[modifier | modifier le code]

{{Palette|Œuvre d'Albert Roussel} {{portail|musique classique}

[[Catégorie:Œuvre d'Albert Roussel] [[Catégorie:Mélodie française]



  • Jean-Pierre Chauveau, « Tristan l'Hermite et la célébration des héros », Baroque,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  • (en) Lucy Broyles Golsan, Christian and Pagan Elements in the Works of Tristan L'Hermite, University of Florida, , 302 p. (lire en ligne)
  • Nahed Mohamed Ismail, Tristan L'Hermite et le lyrisme au dix-septième siècle, Baton Rouge, Université de Louisiane, , 111 p. (lire en ligne)
  • Stéphane Macé, « Le Théâtre de la cruauté : À propos de deux poèmes de Tristan L'Hermite », XVIIe siècle, no 188,‎ , p. 447-456 (lire en ligne)