Utilisateur:Arapaima/Brouillon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Merci aux vigilantes de me laisser déposer ici mes brouillons quand je suis sur ma old Miss iMac, qui ne connait pas l'unicode, parait-il, ce qui apparemment l'empêche de s'identifier. T;y; Arapaima (d) 22 octobre 2012 à 11:26 (CEST)

Bataille de Lima Site 85[modifier | modifier le code]

Importante victoire stratégique remportée par le Nord-Vietnam sur les USA, la bataille de Lima Site 85, (ou bataille de Phou Pha Thi) , a lieu le 10 mars 68 lors d'une campagne militaire menée pendant la Guerre du Vietnam et la Guerre Civile Laotienne : l'Armée Populaire Vietnamienne et le Pathet Lao détruisent une base stratégique ennemie isolée, situé au sommet d'un piton rocheux, au nord du Laos ( province de Houaphanh ), près de la frontière avec le Nord-Vietnam.

Le "United States Air Force 1st Combat Evaluation Group" et la CIA avaient discrêtement implanté au sommet du piton un puissant radar (système TACAN, amélioré ultérieurement en AN/TSQ-81) qui permettait le guidage des bombardements sur le Nord-Vietnam par tout temps et de nuit comme de jour. Une piste de 700 m de long avait été construite au bas de la falaise et permettait la desserte de la base et la relève des personnels.

Quelques attaques de test et harcèlement (dont un bombardememt artisanal du site par 4 avions biplans Antonov Annushka, qui sont pourchassés et décimés par un seul hélicoptère de Air-America armé d'un fusil AK-47) ont d'abord lieu contre le site défendu par l'Armée Royale Laotienne et l'Armée Clandestine H'Mong (mise sur pied par la CIA).

Puis le 10 mars 1968 la piste et la base sont submergés par les Nord-Vietnamiens (41ème Bataillon des Forces Speciales, appuyé par le 766ème Regiment ) et le Pathet-Lao (un bataillon). Quatorze Américains sont tués (ils avaient démissionné de l'US Air Force pour signer un contrat auprès d'une firme "civile" : processus de camouflage connu aux USA comme sheep-dipping).


ar and Laotian Civil War by the Vietnam People's Army (then known as NVA) and the Pathet Lao, against airmen of the United States Air Force 1st Combat Evaluation Group, elements of the Royal Laos Army and Royal Thai Border Patrol Police, and the Central Intelligence Agency-led Hmong Clandestine Army. The battle was fought on Phou Pha Thi mountain in Houaphanh Province, Laos, on 10 March 1968, and derives its name from the mountain top where it was fought, or from the designation of a landing strip 700 feet (210 m) in length in the valley below, and was the largest single ground combat loss of United States Air Force members during the Vietnam War.

During the Vietnam War and the Laotian Civil War, Phou Pha Thi mountain was an important strategic outpost which had served both sides at various stages of the conflict. In 1966, the United States Ambassador to Laos approved a plan by the United States Air Force (USAF) to construct a TACAN site on top of Phou Pha Thi, as at the time they lacked a navigation site with sufficient range to guide U.S. bombers towards their target in North Vietnam. In 1967 the site was upgraded with the air-transportable all-weather AN/TSQ-81 radar bombing control system. This enabled American aircraft to bomb North Vietnam and Laos at night and in all types of weather, an operation code-named Commando Club. Despite U.S. efforts to maintain the secrecy of the installation, which included the "sheep-dipping" of the airmen involved, U.S. operations at the facility did not escape the attention of the North Vietnamese and Pathet Lao forces.

Towards the end of 1967, North Vietnamese units increased the tempo of their operations around Phou Pha Thi, and by 1968 several attacks were launched against Lima Site 85. In the final assault on 10 March 1968, elements of the VPA 41st Special Forces Battalion attacked the facility, with support from the VPA 766th Regiment and one Pathet Lao battalion. The Hmong and Thai forces that were defending the facility were overwhelmed by the combined North Vietnamese and Pathet Lao forces.

=EH et l'obstétrique[modifier | modifier le code]

Moplah rebellion : fusil Martini XXXXXXXXXXXX http://es.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Consultas Olà ! Para la consulta "semana 06 2013", n°5, propongo Logorrea . Para la consulta n° 4 : no existe la palabra "skriller" en el Webster's Dictionnary, tampoco en Wikipedia english, ni siquiera en Wiktionary. Solo hay "Skrillex" (un cantante, parece) en WP en . El "krill" es "plancton" (ver Euphausiacea) , y pues que se pesca krill para venderlo, un "kriller" puede ser un buque equipado con redes especiales para pescar el krill... Soy feliz si pudé ayudarles. Y que tal de las botellitas de Hemingway ? (consulta N° 15) ? . Hasta luego, amig(a,o)s !Arapaima (d) 5 février 2013 à 18:45 (CET)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXX

- 1881 : Adolf Kehrercésarienne segmentaire

- 1882 : Max Sänger (Sänger) suture utérine en 3 plans, avec fils d'argent (bien supporté par organisme, peu de rejet et d'infection) cf http://www.ispub.com/journal/the-internet-journal-of-gynecology-and-obstetrics/volume-10-number-1/max-sanger-1853-1903-an-historical-note-on-uterine-sutures-in-caesarean-section.html


suture utérine : Max Sänger WP en & de

D. Todman: Max Sänger (1853-1903): An Historical Note on Uterine Sutures in Caesarean Section. The Internet Journal of Gynecology and Obstetrics. 2008 Volume 10 Number 1. DOI: 10.5580/ecf . Cf http://www.ispub.com/journal/the-internet-journal-of-gynecology-and-obstetrics/volume-10-number-1/max-sanger-1853-1903-an-historical-note-on-uterine-sutures-in-caesarean-section.html

Autrefois, l'extraction du nouveau-né par césarienne était plutôt une opération de sauvetage de l'enfant : elle exposait la mère à des complications post-opératoires gravissimes, soit immédiates (infection et hémorragie) soit tardives (rupture de l'utérus fragilisé lors d'une hypothétique grossesse ultérieure) car les chirurgiens ne suturaient pas l'utérus avant de refermer la paroi abdominale. On préférait donc à la césarienne le démembrement de l'enfant par voie basse. A partir de 1876, l'extraction de l'enfant par césarienne a été suivie d'une hystérectomie (opération de Porro) , qui préservait mieux la vie de la femme, mais par contre entraînait sa stérilité définitive.

L'incision segmentaire basse de l'utérus (préconisée par Adolf Kehrer en 1881), et la suture de la plaie utérine (recommandée par Max Sänger en 1882) modifièrent totalement le pronostic de la césarienne qui avait jusque là très mauvaise réputation.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

S'il plonge sous la ligne de flottaison de l'iceberg, le lecteur réalise que le suicide de l'Amérindien peut avoir plusieurs causes : une plaie grave à un pied par coup de hache chez un Indien bûcheron, chasseur et coureur des bois peut entraîner une dépression (il voit son avenir comme très sombre) et éventuellement une infection avec délire hyperthermique - quand il voit George entrer dans la cabane avec un docteur blanc (et un jeune blanc qui peut être son assistant, venu acquérir de la formation à bon compte), l'Amérindien peut avoir confirmation que l'enfant qui va naître n'est pas de lui, et assimiler l'invasion de sa cabane à l'arrivée des Blancs en pays Huron (date) - pour un homme des bois, l'accouchement de sa femme par un docteur blanc est synonyme de complications, et de fertilité ultérieure diminuée, voire anéantie. Le suicide est donc une protestation contre la spoliation de sa femme, de sa descendance, de son héritage culturel , et une façon d'essayer de chasser l'intrus en lui montrant son courage [1]. - quand le docteur annonce qu'il n'a pas d'anesthésique, et ajoute même que la douleur de la femme ne l'atteint pas, l'homme peut ne pas supporter qu'on vienne torturer sa femme, et, comme il est estropié, ne peut réagir autrement que par le suicide.

Hémorragie dans lit supérieur : Q de sang bue par literie : cohérent . Imaginer 2 lacs de sang ds les 2 lits superposés... XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX Everyman's Library The Collected Stories (1995), published in the UK only, and introduced by James Fenton. Random House (Everyman Library)

http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Hemingway+The+Collected+Stories+Fenton


Homonymes Ian Berzin <---WP ru[modifier | modifier le code]

Ian K. Berzin dir GRU Берзин, Ян Карлович Ян Карлович Берзин

Homonymes

  • Берзин, Ян Андреевич:
  • Берзин, Ян Андреевич (1890—1938) —

(Берзин, Ян Андреевич (государственный деятель)) советский государственный и профсоюзный деятель, первый директор НЛМК.(combinat de Novolipesk)

  • Берзин, Ян Андреевич (1901—1956) —

(Берзин, Ян Андреевич (Герой Советского Союза)) военный инженер, участник Великой Отечественной войны, Герой Советского Союза.

  • Берзин, Ян Антонович (1881—1938)

(Берзиньш-Зиемелис, Ян Антонович) - советский государственный деятель, дипломат.

  • Берзин, Ян Карлович (1889—1938) — один из создателей и руководитель советской военной разведки.

xxxxxxxxxxxxxx

  • Berzin, Ian A. (1890-1938) -

(Berzin, Ian A. (statesman))   Soviet political and trade unionist, first Director of NLMK. (combinat de Novolipesk)

  • Berzin, Ian A. (1901-1956) -

(Berzin, Ian A. (HSU)), a military engineer, a veteran of World War II, the Hero of the Soviet Union.

  • Berzin, Ian Antonovich (1881-1938)

(Berzins-Ziemelis, Jan Antonovich) - Soviet statesman and diplomat.

  • Berzin, Ian Karlovich (1889-1938) - one of the founders and head of Soviet military intelligence.

Carmen Txt & JPG[modifier | modifier le code]

El Clavel (Carmen) [[File :Carmen aquarelle Merimee.jpg|thumb| Carmen et Don José (aquarelle de Prosper Mérimée, 1845)

El clavel que tu me echaste, En mi celda, me lo dejaron. Y aunque marchitada, esa flor, Se guardaba todo su olor. Yo, solo, durante muchas horas, Ojos cerrados, (yo) la respiraba, su perfume me enloquecia y en la noche, yo te veia.

(Yo) empezaba a maldecirte, a odiarte (aborrarte) , a decirme : « Porque diablo me la puzo’ el destino en mi camino? » (Y) despues, me arrepentia, (yo) me acusaba de blasfémo, y tenia (en mi pecho), un (solo) deseo Un (solo) deseo, una sola esperanza, voolver a verte, O C armen mia, si…., volver a verte. Porque tu solo tuvo’ que aparecer, Y mirarme en los ojos, y yo acabé tu presa, O Carmen mia… …Que soy yo cosa tuyaaaaaaaa ! ! ! Carmen, te amoooo !

Foto de Mikhaïl Koltsov[modifier | modifier le code]

[[File:Кольцов Дети оборонительных работах строят баррикаду.JPG|thumb| Enfants espagnols creusant des tranchées dans les rues de Madrid en novembre 36. Photo de Koltsov

thumb| Maté Zalka (en 37 )


[[File:Heinrich Vogeler Construction of the Nivskaya Hydro Power Station.jpg|thumb|Construction de l'usine électrique de Nivskaya (Kandalakcha , 1933-34) . Noter les hommes remplissant les wagonnets à la pelle et l'absence d'engins mécaniques. Crayon de Heinrich Vogeler

Histoire de l'URSS sous Staline

Sergueyev, Lev[modifier | modifier le code]

Морис" (Сергеев Лев)

http://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%A1%D0%B5%D1%80%D0%B3%D0%B5%D0%B5%D0%B2,_%D0%9B%D0%B5%D0%B2_%D0%90%D0%BB%D0%B5%D0%BA%D1%81%D0%B0%D0%BD%D0%B4%D1%80%D0%BE%D0%B2%D0%B8%D1%87 [[File:ГРУ Морис (Сергеев Лев Александрович) до 1939.JPG|thumb|

Hans Beimler[modifier | modifier le code]

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Der Spiegel 1956: "Le 20 juillet 1956, alors que les autres chefs du gouvernement de la RDA sont à Moscou, Heinrich Rau, le suppléant du premier ministre, préside dans la grande salle de l'usine "Appareillage Electrique J.V. Staline" à Berlin-Treptow une cérémonie annoncée à l'extérieur par de nombreux drapeaux rouge-jaune-violet : ce sont les couleurs de la II° République Espagnole, qui a vu 20 ans auparavant (à la mi-juillet 1936) débuter la Guerre d'Espagne , et qui a sombré 3 ans plus tard sous les coups du franquisme.

Sont conviés à la commémoration du début de cette guerre (dont la fin peu glorieuse pour l'URSS n'a été que peu commentée par les historiographes staliniens) d'anciens Brigadistes qui vont recevoir des décorations des mains de Rau (lui-même ancien commandant de la XI° B.I.). Rau prononce l'eulogie et décerne en particulier la médaille nouvellement crée, la Médaille Hans-Beimler, à Franz Dahlem (il vient juste d'être réhabilité mais n'a pas encore récupéré son siège au Politburo) , puis à 2 autres personnages éminents des Forces Armées : le général Heinz Hoffmann [2] , et Richard Staimer , gendre du président Wilhelm Pieck et actuellement directeur de la grande association para-militaire de masse "Société de Sports et de Technologie".

L'enthousiasme soudain en RDA pour les combattants communistes de la guerre civile espagnole n'est pas dû au hasard : il correspond au besoin qu'a la nouvelle Armée nationale populaire de modèles nationaux prestigieux. Après avoir longuement cherché ces exemples, le SED semble l'avoir trouvé dans les Brigadistes allemands.

Mais le choix de Hans Beimler en particulier comme nouveau héros national intrigue : jusque là, au Walhalla rouge, la stèle de ce communiste n'était guère ornée de lauriers. Les circonstances dans lesquelles Hans Beimler, alors commissaire politique de la XI° BI, est mort en décembre 36 à Madrid sont en effet très troubles.

Fils d'un forestier bavarois, Beimler avait adhéré au KPD peu de temps après sa création , et avait été élu député communiste au Reichstag. En avril 33 il est arrêté par les nazis et envoyé en camp de concentration. Il réussit à s'évader au bout de 4 semaines.

Par la suite, le service d'alerte international de Secours Rouge [3] , où Walter Ulbricht et Wilhelm Pieck étaient influents, prévint les militants communistes que Beimler pouvait être un agent retourné par la Gestapo. En fait, Beimler, dès les premiers jours de la guerre d'Espagne, et longtemps avant que Staline ne se décide à intevenir au côtés des républicains, avait commencé à réunir les anti-fascistes germanophones qui voulaient se battre et créé la centurie Ernst Thälmann.

Alors qu'à l'automne 36 Franco attaque et va écraser Madrid, Beimler, élu commissaire polique par les Thalmann, entre en conflit avec les commissaires politiques soviétiques, qui veulent établir la prééminence staliniste à la tête des BI. Vu l'urgence de la situation, Beimler, avec son ami Rau, se consare à l'organisation de la défense de Madrid et néglige les luttes intestines au sein des cadres politiques des BI.

En novembre 36 Beimler est désigné pour une "mission spéciale" : il doit partir à dos de mulet dans la campagne...[4]. Mais un groupe de Thalmanns français se rebelle et exige qu'on annule l'expédition. Le 5 décembre 36 Beimler part en reconnaissance sur le front de Madrid avec un ami (Louis Schuster) et un 3° homme bien connu pour être le confident des chefs soviétiques [5]. Ceci est tout à fait inhabituel : le secteur choisi est si près de la ligne de feu qu'il est même exposé au tir des grenades à main - et en principe les commissaires politiques doivent rester dans des secteurs moins dangereux. D'après le rapport officiel déposé à la XI° BI , Beimler et Schuster ont été tués par "des balles perdues" [6] .

En RDA, une semaine été consacrée à fêter les anciens brigadistes et en particulier Hans Beimler, le héros récemment inventé par le SED, le modèle pour l'Armée Populaire. Le firme cinématographique d'état DEFA a présenté le film "Mich Dürstet" [7] , et les Editions de la Défense Nationale ont répandu une brochure (destinée à être emportée dans le sac à dos) intitulée "La XI° BI" , écrite par Gustav Szinda . L'un des invités d'honneur était l'envoyé de Tito , le lieutenant-général yougoslave Manola Srecka [8]

En somme de plus en plus de documents concernant Han Beimler sont distribués aux recrues , mais aucun ne révèle si leur idole a été tuée par devant ou par derrière".

Gustav Regler[modifier | modifier le code]

Ludwig Renn[modifier | modifier le code]

Hans Kahle[modifier | modifier le code]

Artur Artuzov cadre OGPU et GRU[modifier | modifier le code]

Boris Gudz agent OGPU[modifier | modifier le code]

Plus tard, Gudz travaille comme conseiller de l'industrie cinématographique, et assure le commentaire de films patriotiques mettant en valeur le rôle des services secrets dans leur lutte contre les agents de l'occident.


[[File:Сталин в сопровождении сотрудника ОГПУ.jpg|thumb| A la fin des années 20, Staline, précédé et encadré par des membres de l’OGPU, traverse une rue de Moscou. Noter la qualité technique et picturale de l’épreuve. On voit nettement les revolvers que le garde du corps au 1° plan tient dans les poches de son cache-poussière. Lénine est mort le 21 janvier 1924 , et à la fin des années 20, Staline a pratiquement accompli sa conquête du pouvoir absolu ; par la suite, il ne sortira que rarement du Kremlin.

[[File:Sidneyreilly2.jpg|thumb| Sidney Reilly après son exécution (début novembre 1925)

[[File:Opperput.jpg |thumb| Alexander Opperput (?? - 1927), member of social revolutioner party, secret agent of soviet political police (OGPU), white russian terrorist

[[ Unité de l’OGPU à Pskov, hiver 1924-1925 ; Boris Goudz est peut-être parmi eux. L’homme longiligne et moustachu en plein milieu de la 1° ligne est probablement Djerzinski. Derrière les gradés en casquette et vareuse, les hommes de troupe sont coiffés de la XXXXX

[[File:Tuchkov E.jpg |thumb| Yevgeny Tuchkov . Тучков Евгений Александрович (первый ряд, второй справа) среди сотрудников полномочного представительства ОГПУ по Уралу. Снимок сделан, вероятно, по поводу вручения знаков "Почетный чекист" к 15-ой годовщине ВЧК-ОГПУ. Зима 1932-1933 гг.

[[File:Stakhanovite from OGPU plant by Tikhov.jpg –thumb| 2 agentes de la GPU (en chemisiers blanc et jaune) assistent à une démonstration du Lomo Fotokor 9x12 par la chef d’atelier. Peinture de Vitali Tikhov (années ’30)



Chefs OGPU : 1/ Djerzinski (+ en 1926) 2/ Viatcheslav Menjinski (+ en 34) 3/ Guenrikh Iagoda (+ en 38)

Stalin and His Hangmen (en)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. cf suicide des guerriers face aux soldats : preuve de mépris envers les envahisseurs, et de courage
  2. Heinz Hoffmann : communiste, jeune commissaire politique dans la XI° BI sous le pseudonyme de "Heinz Roth", gravement blessé près de Quijorna pendant la bataille de Brunete, rapatrié sanitaire en France, puis en URSS avant 1939. Par la suite un des officiers supérieurs d’état-major en RDA (selon les articles de WP en et WP de)
  3. Secours Rouge : Международная организация помощи борцам революции (МОПР, = DENR) , organisation d'entraide fondée en 1922 par le Komintern à Moscou sur le modèle de la Croix Rouge. Voir aussi l'article Secours populaire français , chapitre III, 2.
  4. spezial Auftrag : cette "mission spéciale" était en fait l' équivalent d'une "corvée de bois"
  5. le Der Spiegel ne révèle pas le nom de ce "3° homme" . Artifice de journaliste qui veut tenir le lecteur en haleine (à la fin de l'article, sont cités 3 autres articles traîtant du mystère Beimler) - ou prudence (en 56, Staline n'est mort que depuis 3 ans...) ?
  6. balles perdues : Verrirte Kugeln , d'oû le titre de l'article. Les balles perdues peuvent aussi être celles de la salve d'honneur virtuellement tirée en l'air par Rau le 20 juillet 56 en mémoire de son ami Beimler...Il est possible aussi que Rau ait voulu à la fois fêter (en l'absence des autres diadoques) la réhabilitation de Dahlem - et condamner Staimer à arborer l'effigie de Baimler, le militant à qui il avait très probablement tiré dans le dos 20 ans auparavant
  7. "Mich Dürstet" : "J'ai soif" (d'après la 5° des 7 dernières phrases du Christ sur la croix) , film de Karl Paryla (1956) , avec Juliane Korén, Rolf Ludwig et Johannes Knittel (voir les articles de WP de "Karl Paryla", "Juliane Korén" , "Johannes Knittel", et "Rolf Ludwig" )
  8. En 56, Staline étant mort depuis 3 ans, une cérémonie réunissant les vétérans de la guerre d'Espagne survivants (un grand nombre d'entre eux ont été éliminés pendant la Grande Purge) et des titistes était possible, et avait même probablement un certain goût de revanche

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX Milton "Milt" Wolff (October 7, 1915 – January 14, 2008) was an American veteran of the Spanish Civil War, the last commander of the Lincoln Battalion of XV International Brigade, and a prominent social activist.[1] He died in Berkeley, California on January 14, 2008 at age 92[1].

Early life[modifier | modifier le code]

He was born into a working class Jewish immigrant family in Brooklyn, New York. His parents originally came from Lithuania and Hungary. He was also a member of the Civilian Conservation Corps during the Great Depression.[1] He became active in the Young Communist League on returning to Brooklyn after the CCC. It was there that he volunteered to go to Spain to fight fascism[1].

Spanish Civil War[modifier | modifier le code]

In early 1937, Wolff set off to join the International Brigades in Spain, reaching Albacete by March. As a pacifist, a belief common in the 1930s, he originally wished to be a medic.[1] However, after the International Brigades' heavy losses at the Battle of Jarama, he became a soldier instead, joining a machine gun company.[1] "Largely self-educated, ... [he] was an intellectual".[2] He "detested elegant uniforms", customarily wearing "baggy trousers, a stained leather jacket" and, in wet weather, a "woolly poncho"[2].

After a year's fighting in Brunete, Belchite and Teruel, the Brigade lost two senior officers, David Doran and Robert Hale Merriman at the Gandesa battle on the Aragon front. After which, in March 1938, Wolff became the battalion commander.[1] He led the now Lincoln-Washington Battalion during the Battle of the Ebro and left Spain in November 1938 when the International Brigades were demobilized. Ernest Hemingway described him during this period: [he was] "...23 years old, tall as Lincoln, gaunt as Lincoln, and as brave and as good a soldier as any that commanded battalions at Gettysburg. He is alive and unhit by the same hazard that leaves one tall palm tree standing where a hurricane has passed."[3]

World War II[modifier | modifier le code]

In 1940, Wolff volunteered for the British Special Operations Executive, and arranged arms for the European resistance organizations. After the United States' entry into World War II, Wolff volunteered for the infantry in June 1942.

He saw action at the end of 1943 in Burma. There, General "Wild Bill" Donovan met him and assigned him to the O.S.S. to work with anti-fascist partisans in occupied Italy.

Later life[modifier | modifier le code]

Wolff appeared before the House Un-American Activities Committee to defend VALB (Veterans of the Abraham Lincoln Brigade) from being banned as a Communist front organization. His explanation for his actions owed to his ancestry: "I am Jewish, and knowing that as a Jew we are the first to suffer when fascism does come, I went to Spain to fight against it."[4]

According to historian Peter Carroll:

When Congress passed the McCarran Act in 1950, obliging all designated subversive organizations to register with the federal government and creating heavy penalties for leaders who refused to cooperate, the entire executive committee of the VALB resigned in 1950. In its place, two Lincoln veterans stepped forward: Wolff became the National Commander; Moe Fishman became the Executive Secretary/Treasurer and served the organization in an executive capacity for the rest of his life.[5]

Wolff also battled fiercely for civil rights and against the Vietnam War. He even offered the services of the aging veterans of the Lincoln Brigade to the North Vietnamese leader, Ho Chi Minh, who declined them. Later, Wolff campaigned against apartheid in South Africa, and raised money for ambulances in Sandinista-ruled Nicaragua in the 1980s, personally delivering twenty of them.[1] Wolff completed two autobiographical novels, A Member Of The Working Class about his early life in New York, and Another Hill about his communist and Spanish experiences; he began a third book, The Premature Anti-Fascist, describing his experiences after leaving Spain and during World War II, but could not bring himself to finish it.

« This extraordinary novel centers on one battalion, the Americans, known as the Lincolns, barely trained men who went into battle armed with 1903 Remington rifles. I have never read more intimate, convincing, and devastating accounts of combat. ~ Martha Gellhorn on Another Hill »

Personal life[modifier | modifier le code]

Wolff married and had two children. His family resided primarily in Stony Brook, New York. He supported his family as a pharmaceutical salesman, which required that he live in New York City mid-week and with the family on the weekends. Eventually this marriage ended in divorce. While Wolff was in California, he looked up a comrade of his from Spain, a fellow New Yorker. Her sister had died years before, and for reasons of political prejudice and identity, Modèle:Clarify she took her sister's name. She was an artist who owned a dress shop in Carmel. She sold her dress shop, and they left to see the world. Wolff learned that she had been diagnosed with cancer, and part of their travels included a stop in Aguascalientes, Mexico, where they hoped that the local cures might send the disease into remission. Following their travels, they settled in El Cerrito, California. Wolff and his second wife are both buried in Kensington.

Books by Milton Wolff[modifier | modifier le code]

References[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Douglas, 2008.
  2. a et b Eby, p. 319
  3. Notes by Hemingway on "Major Milton Wolff", in Davidson (1939).
  4. Abraham Lincoln Brigade Archives (2008)
  5. (en) « Mosess "Moe" Fishman (1915-2007) », Veterans of the Abraham Lincoln Brigade, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

External links[modifier | modifier le code]


Ma femme s'appelle reviens (Les Simpson)[modifier | modifier le code]

http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_17#Bonfire_of_the_Manatees Diner Cook: Oh yes. Senora left with a rugged yet sensitive man of science. Homer: (worried) Rugged? Is that the same thing as 'handsome'? Diner Cook: Oh no. Handsome means he looks at himself in the mirror. Rugged means you look at him. Homer: (groans)

Sérial piègeurs[modifier | modifier le code]

A Selma (Alabama) , l'église de l'AME appelée Brown Chapel a été le point de départ des Marches de Selma à Montgomery pour les droits civiques revendiqués par les afro-américains en 1965
  • Lisa est fan de la série «The OC» (The Orange County, en français "Newport Beach (série télévisée)" . C’est en voyant à la TV une parodie de cette série que Bart va trouver l’idée de laisser traîner un soutien-gorge sur le lit de Kirk van Houten pour que les parents de Milhouse se séparent. Pendant ce pseudo-épisode de «The OC» , les adolescents vont se distraire à Knott's Berry Farm et descendent le Timber Mountain Log Ride , avant d’être dévalisés par un figurant armé d’un revolver et déguisé en Snoopy (Snoopy est la mascote du parc)
  • Marge craint les conséquences possibles de la varicelle sur les capacités reproductives d'Homer : "Ne touche pas Maggy, lui dit-elle, tu n'as jamais eu la varicelle ! - Oui, rétorque Homer, alors que toi, n'est-ce pas, tu l'as eue, car tu fais tout mieux que tout le monde, bien sûr ! - C'est juste que c'est dangereux si tu l'attrapes à l'âge adulte...Ca peut de rendre stérile de là (elle désigne la bas-ventre d'Homer) - Berk, réplique Homer, faut toujours que tu parles de ce qui est en-dessous de la ceinture, hein Marge ! (il sort de la pièce, vexé, puis revient et assène ) C'est en-dessous de toi, Marge !" [2]
  • Homer, torturé par la jalousie veut faire avouer à Marge qu'elle le trompe (cheats on him). Quand, poussée à bout, elle hurle que "Non, non et non, elle ne l'a pas trompé !!!", Homer, sur un ton d'inquisiteur, lui réplique : The lady doth protest too much, methinks (en) ("La dame proteste un peu trop (pour être honnête), à mon avis", Hamlet , acte III, scène 2).
  • Chassé par Marge, Homer vient chercher son courrier dans la boite à lettre, et il y trouve un PV : sur la photo-témoin, il brûle un feu rouge et conduit tout en mangeant un donut et en lisant la revue Cat Fancy (magazine) (en).

Voyage au bout de la peur[modifier | modifier le code]

  • Jiggling for justice
  • Fred Ives : gravure grise
  • Cath Bloodget verre sans reflets
  • Alex Graham Bell versus Elisha Gray
  • Milton Burckhardt : Hillside Wrangler s’est lancé dans le dessin pour enfants après que Play Boy ait refusé ses desssins (« trop dégoutantsé)
  • Une pierre tombale porte une épitaphe : « Loving aunt , so-so mother »


Bart pose un lapin[modifier | modifier le code]

  • joyeux programme pour les maîtresses de maison : l’emballage du robot ménager Purée Station 3 offert par Homer à Marge porte le slogan (en rouge et en grosses lettres)  : Crush , Kill, Enjoy ("Ecrase, tue, amuse-toi")
  • le lapin blanc offert par Bart à sa mère en cadeau d’anniversaire a rongé les fils du téléphone, anéantissant le plan soigneusement élaboré par Homer. Aussi le père commence-t-il à étrangler le fils, mais il se ravise : il ne peut pas, dit-il, étrangler ce petit le jour de l’anniversaire de sa mère, les jurés détesteraient ça. Il enferme donc Bart dans la cage du lapin. Bart se venge en tagant des caricatures de son père dans tout Springfield. L’une d’elles a pour légende : Dope [3] . Une autre série de caricatures est inspirée de la suite de boites de soupe Campbell détournées par Andy Warhol , et a pour titre : Dumbbell [4]. Une autre, exposée ultérieurement dans la rétrospective des oeuvres de Bart, représente un âne vu de derrière, avec sous sa queue levée la face d’Homer : matérialisation de l’injure asshole [5].

[[File:Andy Warhol Campbell's Soup Cans (MoMA - New York).jpg |thumb| Les "Campbell's Soup Cans" d’ Andy Warhol (exposées au MoMA à New York) ont inspiré Bart dans sa campagne de tags

  • rappel des racines hispanophones de Bart : le prospectus (flier) qui annonce l’exposition de Bart porte une proclamation commençant par I, Carumba, (corruption du fameux Ay, caramba !, l'interjection favorite de Bart, et aussi sa première phrase articulée, apprise autrefois au contact de leurs voisins immigrés) , et est signé El Barto.
  • sale temps pour Apu et sa petite épicerie familiale : non seulement le titre anglais de l’épisode annonce facétieusement que son magasin va devenir une sortie (Exit through the Kwik-E-Mart) , mais une grande épicerie libre-service, le Swapper Jack’s [6] a ouvert, et tous les clients d’Apu s’y précipitent. Apu se cache dans les rayons pour les espionner, attaque Homer (qui était un des plus fidèles clients du Kwik-E-Mart), et est expulsé par les gardes en se lamentant et en criant son slogan : "Magasin toujours ouvert, produits jamais frais !"[7]. Poussé par la rage, Apu revient, encapuchonné et armé d’un revolver dont les balles, dit-il, sont celles qu’on lui a retiré du corps après un hold-up (heist, shop-lift) ; mais, paradoxe, c’est Le Serpent (l'agresseur habituel du magasin d’Apu) qui est caissier du Swapper Jack’s : il y est placé dans le cadre de la réinsertion post-carcérale (rehab job). Et, compatissant, Le Serpent désarme Apu en douceur et lui explique que voler la caisse n’est pas une solution. Apu, désespéré, est en train de clouer des planches en travers de la porte de son épicerie avant de l’abandonner quand Manjula, sa femme, accourt avec une bonne nouvelle : Swapper Jack’s est fermé par décision du bureau d’hygiène, car tous les aliments à base de poulet contenaient en fait du singe, tué dans les rues des villes brésiliennes et importé en fraude.
  • Lisa, membre du Earth Liberation Front obtient de Bart (en menaçant de le dénoncer) qu’il tague aussi quelques slogans Fur is Murder ("Porter de la fourrure est un meurtre") sur les murs de Springfield [8]
  • efficacité de la police. Au matin, le chef Wiggum s’éveille dans le fourgon de l’unité anti-graffiti de la police, et assure en s’étirant que la nuit a été calme : il n’a entendu que des sifflement de bombes de peinture et des rires d’enfants. C’est que Milhouse, en partant en expédition nocturne, a proclamé qu' " Il n’y a pas de folle campagne de vandalisme sans un rire diabolique" [9]. La musique qui accompagne la virée de Bart et Milhouse est Tonight the Streets are Ours, (extrait de Lady's Bridge , 2007). Quant à l’inspiration des graffiti dessinés par Bart, elle se retrouve dans Bansky , et les posters Hope et Obey Giant de Shepard Fairey [10].

[[File:American pigs in blankets.jpg|thumb| Pigs in blankets (= "cochons en couverture")

  • Bart, démasqué et enfermé dans la cage du lapin par le chef Wiggum, prétend avoir besoin d’uriner. Le policier drape alors une couverture sur la cage, puis se rend compte que Bart s’est échappé après avoir dessiné encore un tag sur la couverture : une tête de cochon coiffée d’une casquette de policier (symbole popularisé par Fritz the Cat) , avec le texte « Pigs in blankets (en) ».

Politiquement inepte[modifier | modifier le code]

Politiquement inepte Simpson saison 23

  • Homer , dont le comportement anarchique dans un avion de ligne qui ne pouvait décoller a fait le buzz sur YouTube, est invité sur une chaîne TV pour servir de plastron aux présentateurs Nash Castor et Adriatica Vel Johnson (inspirée par Arianna Huffington) lors de l’émission Head Butt ("Coup de Boule")[11] . Alors que les 2 présentateurs pensent se gausser de Homer (ils l’ignorent pendant l’interruption publicitaire et se mettent même à flirter outrageusement), c’est le brave blimp ("gravos") de Springfield qui cloue le bec à ces blowhard (grandes gueules[12]) avec son bon sens au ras des pâquerettes. On lui propose alors d’animer une émission sur tout ce qui ne va pas en Amérique.
  • Dans son émission Gut Check [13], Homer, entouré d’un décor fleurant bon l’Amérique profonde Dixieland ( assis dans un rocking-chair sous son porche, près d’une carafe de citronnade où nagent des glaçons, il jette des poignées de grain à ses poules) vitupère des tautologies qu’il pourrait avoir trouvées dans les discours de McCarthy . Et lorsqu’il en arrive à la question "Mais comment l’Amérique a-t-elle pu tomber si bas ? " , des sanglots d’indignation le secouent [14] : dans le Nebraska, une école a remplacé le foot-ball américain par le soccer (rugby européen) !. Et Lenny qui voit Homer à la TV conclut que "Quand un gars qui aime l’Amérique pleure comme ça, c’est qu’il est vraiment authentique" [15] .
Une grande saucière d'inox n'est pas sans rappeler un casque de uhlan , et, bien campée sur la tête des citoyens mécontents (avec la poignée en arrière), donne un incontestable côté martial à leurs défilés
  • L’émission de Homer fait un tabac à la TV, et il a l’idée d’une mise en scène percutante, évidemment d’inspiration alimentaire. Une énorme entrecôte qui a la forme du continent nord-américain est disposée devant lui sur une table. De 2 coups de couteau, Homer élimine les bords ("trop nerveux")  : la Californie ("trop d’artistes") et la côte Est ("trop d’affairistes") . Et pour augmenter la succulence du reste du pays, il répand sur lui une épaisse sauce brune : la "sauce Liberté". Puis il se coiffe de la vaste saucière (gravy boat) d'inox qu’il a utilisée , en invitant tous ceux qui veulent que ça change à adopter ce couvre-chef. Et une foule de citoyens de base mécontents se met à parcourir les rues, saucière en tête (allusion au Tea Party). Ted Brockmann peut en faire un reportage à la TV locale , intitulé au-jus tice for all ("au-jus tice pour tous").
  • Homer est devenu un pundit (tête de file d'un mouvement) si représentatif du mécontentement populaire que la cellule locale du parti républicain lui demande de désigner le prochain candidat à l’investiture pour les élections présidentielles. Et Homer choisit le rocker d’extrême-droite Ted Nugent , dont le programme comprend entre autres la libéralisation totale du port d’armes et l’ouverture du zoo de San Diego aux chasseurs de grand gibier…Ned Flanders, quant à lui, est d’accord avec le programme de Nugent, à condition que Nugent proclame "qu’il n’est pas Mormon (coup de patte à Mitt Romney).
Le bernage (vu dans Goya et Cervantes) apparait moins souvent dans Les Simpson que le batonnage d'une victime suspendue dans un arbre comme une piñata
  • Lisa et Marge, qui ont été d’abord flattées du succès d’Homer, sont catastrophées de le voir devenir populiste. Pour se justifier, il répond à Lisa : "Les gens savent bien que je joue un rôle. Comme Stephen Colbert ou Newt Gingrich" …[16]. Mais Lisa et Marge s’arrangent pour induire chez Homer un rêve historique : un homme en perruque, culotte et bas de soie vient secouer Homer pendant son sommeil . "Non, je ne suis pas Mozart, lui dit-il , je suis James Madison" , et il l’entraîne au début de juillet 1776 , en Virginie . Et il lui montre par la fenêtre d’une maison les pères fondateurs réunis, en train d’élaborer la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis d’Amérique. Et ces gentlemen ( par ailleurs "tous des riches propriétaires de race blanche" ) furieux contre Homer, le jettent dans une couverture et le bernent [17]. Ce rêve fait réfléchir Homer. Il se rend compte que son choix est ridicule, et avoue en direct que tout ce qu’il a dit est full of crap (un tas de bêtises)

Lisa fait son festival Any Given Sundance Simpson s. 19[modifier | modifier le code]

  • W Allen dit " à Soon-Yi Previn , une asiatique longiligne, qui refuse de l'écouter"
  • Au début, Homer proclame que ce qu'il aime dans les matches de football américain , c'est l'avant-match et la "tailgate party" : les spectateurs qui attendent sur le parking du stade ouvrent le coffre (tailgate) de leur break,

et piqueniquent, allument des barbecues, boivent, jouent, dansent etc [18]...

  • La route sinueuse dans le paysage de montagne semi-désertique qu'empruntent les Simpson ressemble à celle de Shining (film).
  • célébrité douteuse : une des scène-pivot du film sur les Simpson réalisé par Lisa montre Homer en train d'étrangler son fils Bart. Et à la sortie du film, un badaud met son propre fils dans les bras d'Homer, et lui demande de l'étrangler, car il voudrait faire une photo-souvenir...
  • A l'arrivée dans la station de ski où se déroule le festival de Sundance du Film Indépendant (en janvier, en Utah), un calicot souhaite la bienvenue aux touristes, "des poseurs en parka à la rencontre de Parker Posey"[19]
  • Marge n'a pas de chance : le film de sa fille la présente comme une hilote - et quand elle essaie de s'acculturer, elle entre dans des salles où sont projetés des films d'Art et Essai mais en ressort rapidement, révulsée : "Regularsville" montre un homme s'habillant en "drag-queen", dans "Candyland" (nom qui lui rappelle un jeu pour petits enfants bien connu) elle a vu des drogués s'injecter de l'héroïne,

et quand elle essaie au contraire un film au titre effrayant ("Chernobyl Graveyard" , "le Cimetière de Tchernobyl") , elle "n'a pas aimé" [20].

  • Skinner et Chalmers , qui n'ont au début aucun succès à Sundance (trop ringards, ils sont refusés partout) s'assoient sur un banc dans la nuit froide. Skinner propose alors à Chalmers d'aller au festival concurrent de Slamdance [21]. Chalmers, pensant que Skinner lui propose de danser la slamdance (ou mosh), refuse tout net : "plutôt crever ! " [22].


Papy fait contrebande Midnight Rx Simpson[modifier | modifier le code]

Simpsons S. 16

Evergreen Aviation & Space Museum

Universal health care (en)

A Star is Torn[modifier | modifier le code]

  • Le titre anglais A Star is Torn ("Une étoile est déchirée") [23] , comme le titre français "Krusty chasseur de talents" pose bien le problème de l'exploitation des jeunes artistes et du public juvénile [24].
Fantasia Barrino , championne de l'American Idol 2004 prête sa voix à Clarissa Wellington, un des jeunes talents que Lisa vaincra grâce aux palinodies d'Homer (photo prise en 2009. F. Barrino avait 20 ans en 2004)
  • Star-bizness et cynisme : Krusty annonce à la TV que le recrutement de jeunes talents pour son émission "Li'l Starmaker" ("Fabricant de Pt'ite Star") est ouvert : "Hé-Hé, salut les petits! Vous avez ce qu'il faut pour devenir une vedette de la chanson ? Une voix de dynamite ? Des parents sans foi ni loi ? Et dans votre amour-propre un grand vide qui ne peut être rempli que par les applaudissements ? Ah , bon dieu, comme je connais ce vide ! Alors vous êtes nés pour participer au concours de Krusty : "Fabricant de Pt'ite Star" !". Et un bandeau apparait sur l'écran, lu par une voix-off : "Li'l Star n'a rien à voir avec American Idol. On n'a jamais entendu parler de American Idol !" [25].
  • Homer est un parolier-compositeur inspiré et rapide (et sans scrupules) : quand il comprend que sa Lisa va être battue à l'applaudimètre par l'excellente jeune chanteuse afro-américaine Clarissa Wellington (qui chante elle aussi Hush, Little Baby , mais avec des vocalises extraordinaires), il entre en trombe dans un magasin de musique voisin ("The Toothless Elephant' [26]), et en ressort au bout de quelques instants avec une chanson qui glorifie les Springfieldiens (sauf Flanders, naturellement) . C'est le succès pour Lisa, et Clarissa passera à la trappe.
  • Homer devient aussi un manager efficace mais sans coeur : il a bien compris que "l'une des leçons les plus importantes du music-bizness est : ne faire confiance à personne dans le music-bizness" [27] . Imitant le Colonel Parker , imprésario d'Elvis Presley , il veut se faire appeler "Colonel Homer" (comme aussi dans Imprésario de mon cœur ) , et mène son monde à coups de poing et de pied.
Yale University : la "Sterling Memorial Library" . Au 1° plan , la "Women's Table" , dalle sculptée par Maya Lin, qui porte les noms des femmes lauréates de Yale (les femmes sont admises à Yale depuis 1969)
  • Inégalités sociales. La carrière de chanteur n'est pas forcément un ascenseur : c'est ce qu'Homer, redevenu imprésario de sa fille, va donner à apprendre au jeune Johny Rainbow en lui faisant chanter la chanson "Gamin privilégié". Et le garçon comprend pas pourquoi il se fait huer, quand il susurre devant une salle révulsée : "J'suis un gamin privilégié, c'est grandiose, j'vous l'dis. Gamin privilégié : mon père pourrait vous acheter et vous revendre. C'est pas grave si vous êtes avant moi sur la liste, j'vais avoir votre table, car le mait' d'hôtel sait que je file de super-pourliches. Et je vais entrer à Yale University (il montre un diplôme) parce que je suis un "legacy" [28] . Je suis meilleur que vous !" [29]

L'Oeil[modifier | modifier le code]

List of British words not widely used in the United States (en) : nosy (or nosey) parker  : a busybody (similar to US: butt-in, buttinski, nosy) http://en.wiktionary.org/wiki/buttinsky#English

Oaf = crétin http://en.wiktionary.org/wiki/oaf#Translations


Blondie

"Cheese" pr dire "oui aux caméras", "je hais l'Amérique" pr dire "non"

Ese Orwell security

"Welcome Buttinskis" sur calicot pr futurs scrutateurs

Dans l'"Angle mort", au fond de la cour (back-yard) des Simpsons, chacun peut assouvir ses mauvais penchants en échappant à l'oeil des caméras de surveillance : Brandine, enceinte et près d'accoucher, fume et boit du brandy au goulot du gallon en assurant : "Ca calme les coups de pied"; Moe fait un holocauste de poupées de ventriloque; l'inspecteur Chalmers, affublé d'une robe à crinoline et d'un corset, fait tournoyer des nunchakus; les 3 bullies font ingérer des rats vivants au plus jeune fils de Flanders; Homer, vêtu d'un masque de Halloween de Maggie, marche sur les braises (mais il s'est chaussé de steaks T-bones qu'il va faire manger à ses invités).

Et tous ces comportements libératoires sont enregistrés, compilés sous le titre "American oafs", et vendus à la BBC, qui les diffuse en Grande-Bretagne. La reine d'Angleterre est une fan de la série, et quand Homer et Flanders décident de détruire toutes les caméras de surveillance de Springfield, mettant fin à la retransmission, Elizabeth II soupire : "Je regrette surtout ce Ralph Wiggum, il me rappelle mon fils...". Le prince Charles apparait alors, portant un chat angora sur un coussin, et il déclare à sa mère : "Mummy, l'haleine de mon chat sent la nourriture pour chat !"

Notes[modifier | modifier le code]

  1. il existe apparemment 2 albums de hip-hop portant le titre «Punishment» : « Business of Punishment (en) et Capital Punishment
  2. Marge: Homer, don't touch her!, you've never had chickenpox. Homer: I know, and you did and you're great. Marge: Oh, I'm just saying it's very dangerous if you get it as an adult. It could leave you sterile, down there. Homer: Ugh, you always gotta work blue don't you Marge? (Homer leaves, but pokes his head through)You're better than that.. In Wikiquote http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_17#Milhouse_of_Sand_and_Fog . to work blue : évoquer des sujets osés (cf Wiktionary http://en.wiktionary.org/wiki/work_blue)
  3. Dope : "substance visqueuse" (peinture épaisse ou drogue) , ou "connard" , mais aussi "information douteuse" cf http://en.wiktionary.org/wiki/dope
  4. dumbbell : "crétin", "lourdingue" - et aussi haltères. Cf http://en.wiktionary.org/wiki/dumbbell#English
  5. asshole = "trou d’âne", américanisation de l’anglais arsehole (trou du cul) . cf http://en.wiktionary.org/wiki/asshole
  6. Swapper Jack’s : nom curieux pour une supérette. En principe swap-shop désigne un bric à brac où les clients déposent des objets qu’ils espèrent échanger, ou vendre à bas prix. Mais selon le Webster’s 3rd New International Dictionnary (tome III, p. 2307) , swapper désigne un outil agricole qui sert à ratisser une récolte. Et jack fait allusion à un gros outil brutalement manié (jackhammer, jacknife), ou à un individu actif et sans scrupules
  7. For once, the Indian has been outsourced - Convenience forever, freshness never ! . In Wikiquote , http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_23#Exit_Through_the_Kwik-E-Mart
  8. si l’on se réfère à la liste Timeline of Earth Liberation Front actions (en) , le tag Fur is Murder a été retrouvé sur les lieux d’un incendie criminel allumé par l'ELF, dans le Michigan,en 1999
  9. Every vandalism spree needs an obnoxious laughter. In Wikiquote , idem supra
  10. Obey Giant : voir http://en.wikipedia.org/wiki/File:ObeyGiantAthens.jpg et Andre the Giant Has a Posse
  11. noter que [Butt-Head]] (Tête de C...) est le nom d'un des 2 crétins (celui qui est le dominant sûr de lui) du dessin animé Beavis et Butt-Head
  12. voir http://en.wiktionary.org/wiki/blowhard
  13. "Gut Check" : équivalent de "Controle de tripes" . TNA Gut Check (en) est une compétition mensuelle de lutte ouverte aux jeunes talents par l'association de lutte "Total Nonstop Action"
  14. ces larmes patriotiques en direct sont la spécialité d’un commentateur TV : Glenn Beck
  15. Lenny: When a guy who loves America cries, it makes him super straight. In Wikiquote http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_23#Politically_Inept.2C_with_Homer_Simpson
  16. Homer: They know I'm doing a character. Like Stephen Colbert or Newt Gingrich. In Wikiquote , id supra
  17. berner : voir http://fr.wiktionary.org/wiki/berner
  18. voir l'article de WP en "Tailgate party"
  19. "Where Parker Posey meet Parka-ed Posers" . L'actrice Parker Posey a été appelée "une des reines du cinéma indépendant (indies movies)"
  20. voir Wikiquote ,[1]
  21. "Slamdance Film Festival" : fondé en 1995 , lui aussi à Park City, Utah. Voir l'article de WP en "Slamdance Film Festival"
  22. cf Wikiquote , id. supra
  23. dérivé du titre des 3 films américains successifs A Star is Born . C'est dans celui de 1954 , Une étoile est née (film, 1954) , tourné par George Cukor , que jouait la star la moins agée : Judy Garland (25 ans)
  24. curieusement, l'article de WP en 'American Idol controversies (en) ne cite que des problèmes d'ordre technique , et l'article plus général "Music business" ne comporte aucun chapitre du genre "Ethics" ou "Cultural Impact" ...
  25. Krusty: Hey-hey, kids! Do you have what it takes to be a singing sensation? A dynamite voice? Ruthless, pushy parents? A void in your self-esteem that can only be filled by applause? Oh, God, I know that void. Then you were born to enter Krusty's Li'l Starmaker singing competition! . Disclaimer voice: Not affiliated with American Idol. We've never even heard of American Idol. In Wikiquote [ http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_16#A_Star_is_Torn] . En fait , American Idol est inspirée de l'émission britannique Pop Idol , et a elle-même été imitée : Nouvelle Star
  26. "L'éléphant sans défenses" : allusion au trafic de l'ivoire , suscité par la commercialisation d'objêts en ivoire. La chanson Ebony and Ivory (qui a été interprétée sur la scène de l'école de Springfield par le principal Skinner et sa maman Agnès, tous 2 vêtus d'une combinaison semi-collante semée de notes blanches et noires...) fait partie du patrimoine culturel nord-américain, mais n'a semble-t-il pas (encore) de connotation écologique
  27. "one of the most important lessons in the music business: don't trust people in the music business.". In Wikiquote idem supra
  28. selon l'article de WP en Legacy preferences (en) : préférence accordée à certains candidats par certaines institutions éducatives lors de leur inscription, compte tenu des relations pré-éxistantes entre la famille du candidat et l'institution, ou des relations entre la famille du candidat et certains anciens élèves ...Les étudiants ainsi admis préférentiellement sont appelés "legacies"
  29. Cameron: (singing) "I'm a privileged boy, it's great, I gotta tell ya. Privileged boy, my dad could buy and sell ya. It really doesn't matter that you're on the list in front of me. I'm gonna get your table 'cause I always tip the maitre d'. And then I'll go to Yale, (shows a diploma) because I am a legacy! (down on one knee and pointing at the crowd) I'm better than you!". In Wikiquote , idm supra

saison 16, ep 8[modifier | modifier le code]

  • Ned Flanders et Homer ont l'immense honneur de mettre en scène le grand spectacle de mi-temps du Super Bowl , et c'est un flop complêt : sur la pelouse semée des cadavres des méchants humains puis inondée, une Arche de Noé approche, Homer déguisé en Noé lâche une colombe (son chien "Santa Claus Little Helper" affublé de 2 ailes et accroché à une poulie), et Ned Flanders apparait sur un tremplin, ouvre sa Bible et lit un extrait effrayant du chapitre 6 de la Genèse. La foule est sidérée, puis furieuse [1].
  • Irrévérence : le fils aîné de Ned Flanders, qui va jouer Caïn , demande à son père comment les enfants d'Adam se sont reproduits : en couchant avec leur mère ou bien entre eux ? - à la TV, une publicité montre un couple âgé respectable (très La Maison du lac ) prenant le frais sur sa vérandah, leur petit fils vient demander quand ils vont partir à la pêche, et le grand-père lui répond : "pas maintenant, petit, car tes grands-parents vont faire l'amour... Grâce à "Jammitin" [2] - après le show biblique de Homer et Ned, une mère de famille libérale vient se plaindre : elle essaie de donner une éducation laïque à ses enfants, et voilà qu'ils sont terrorisés et demandent à être baptisés...
  • Homer est triste : sa danse ridicule a été filmée et fait le buzz sur internet, le monde entier se rit de lui. Il soupire : "L'internet n'a pas été créé pour se moquer des gens. Il devait aider les chercheurs à échanger des connaissances. Ouais, il devait servir à ça". Mais quand les sportifs viennent chez lui quémander des leçons de cabotinage, il se rengorge : "Je suis ce qui est arrivé de pire au sport après la Fox [3].

7 Beers Snitch[modifier | modifier le code]

  • l'opéra de Springfield est déserté : les spectateurs ont fui lors de l'inauguration (au programme : V° symphonie de Beethoven, puis un morceau du minimaliste Philip Glass) , ne se sont pas dérangés pour un one-man show de David Brenner, et n'ont pas été intéressés par les films X en salle...
  • Hippophagie  : Mr Burns entrepose dans les cuisines de sa prison des caisses de viande de cheval (taboue pour les anglo-saxons): tendon, paupières de cheval etc... provenant de Churchill Downs. Mais il se défend : il utilise aussi, dit-il, des morceaux de la meilleure viande de jockey
  • Homer est condamné à la prison, car il a shooté 5 fois de suite dans une boite de conserve, ce qui , selon le vieux code pénal "Looney Laws, Silly Statutes ans wacky war-crimes" ("Lois débiles, statuts idiots et crimes de guerre dingues")

exhumé par le chef de la police, est un crime.

  • le gardien-chef réceptionne Homer et commence par lui administrer une bonne douche glacée sous haute pression , comme dans le film Rambo .
  • Mr Burns veut torturer, lui aussi, et, dit-il, à côté de sa prison, "Abu Ghraib ressemblera à Four Seasons Hotel" . Mais il préfère la gégène , et demande qu'on lui amène "des cables électriques, une cagoule, et quelqu'un connaissant vraiment les points sensibles des organes génitaux".

[4]. Smithers se précipite, frétillant, en annonçant que c'est comme si c'était fait.

Défection de Martin et Mitchell[modifier | modifier le code]

La défection de Martin et Mitchell survient en septembre 1960, pendant la Guerre Froide : William Hamilton Martin et Bernon F. Mitchell, deux nord-américains spécialistes en cryptologie qui travaillaient pour la NSA ( National Security Agency) , passent en URSS.

Cette trahison, qui entraina une sévère crise de confiance aux USA, fut officiellement imputée à l'homosexualité et par conséquent au manque de moralité des 2 agents, mais en fait les causes en sont restées imprécises.

Martin et Mitchell font connaissance au Japon au début des années '50 alors qu'ils servent dans l' U.S. Navy . En 1957, tous deux entrent le même jour à la NSA . Après leur passage à l'Est, lors d'une conférence de presse tenue à Moscou, ils révèlent et dénoncent les agissements américains dans le domaine de la Guerre froide  : incursions des avions espions U2 dans le domaine aérien soviétique, actions d' espionnage diverses, et même la surveillance par l'Amérique de ses propres alliés. propres alliés de. Soulignant leur appréhension de voir l'Amérique déclencher une guerre nucléaire , ils affirment : « nous tenterions d'aller sur la Lune en rampant si cela pouvait en diminuer le risque [5]

Sous l'impulsion du député Francis E. Walter (en), président de la House Un-American Activities Committee (HUAC , Commission de la Chambre des Représentants sur les activités anti-américaines) , la rumeur selon laquelle Martin et Mitchell faisaient partie d'un réseau de traitres homosexuels [6] acquiert droit de cité.

Trois ans plus tard, en 1963, un rapport secret élaboré par la NSA souligne que les traitres avaient une très haute idée de leurs compétences et estimaient qu'elles n'étaient pas être assez reconnus – et que s'ils n'ont pas été détectés par le contre-espionnage, c'est parce qu'ils n'avaient pas été contactés par les Russes, leur trahison ayant été « impulsive ; et le rapport conclut : « il est évident qu' aucun évènement n'a eu et n'aura autant d'impact dans le domaine de la sécurité de la NSA [7]

Biographies[modifier | modifier le code]

William Hamilton Martin , né en 1931 en Georgie , était le fils d'un notable, président de la chambre de commerce d'Ellenburg (état de Washington) . Après de bonnes études supérieures, il obtient une maitrise en mathématiques à Seattle en 1947, s'engage dans l'US Navy, et sert au Japon comme cryptologue dans le Naval Security Group (en). Il est décédé en 1987.

Chess [8]

Bernon F. Mitchell , né en 1929 en Californie, ne fait qu'une année d'études avant de s'engager dans la marine. Il est affecté de 1951 à 1954 au service Naval Security Group et acquiert de l'expérience en cryptologie. Après une année de travail au United States Army Security Agency (en) , il reprend ses études à la très réputée Université Stanford[9] .

Martin et Mitchell deviennent amis lors de leur séjour à la base navale de KamiSeya, au Japon et restent en contact lors de leurs études. Pendant son séjour à l'Université de l'Illinois en vue d'obtenir une maitrise, Martin obtient 2 fois une bourse d'étude; il étudie aussi la langue russe [10]. Les 2 amis entrent ensemble, le même jour, à la NSA, en 1957.

Ils se déclarent choqués par les raids d'espionnage menés par la NSA au moyen d' avions U2 , d'autant que les chambres législatives américaines ignorent tout de ces raids. En février 1959, ils enfreignent la règle du secret en vigueur à la NSA et alertent un député démocrate de l'Ohio , le sycophante Wayne Hays [11][12][13]


Mitchell and Martin became disturbed by what they learned of American incursions into foreign airspace and realized that Congress was unaware of those NSA-sponsored flights. In February 1959, in violation of NSA rules, they tried to report what they knew to a Congressman who had expressed frustration with the information he was receiving from the NSA, Ohio Democrat Wayne Hays.[11][14][15][note 1]

En décembre 1959, les 2 amis vont visiter Cuba, sans aviser leur direction comme ils en ont l'obligation [16]

Passage à l'Est[modifier | modifier le code]

En juin 1960, Mitchell et Martin partent pour México. Puis ils passent de México à Cuba, et embarquent sur un cargo à destination de l'URSS. Le 5 août, le Pentagone admet qu'il y a de fortes chances que Martin et Mitchell « soient passés de l'autre côté du rideau de fer [17] . Le 6 septembre 1960, les 2 amis réapparaissent ensemble lors d'une conférence de presse tenue à la Maison des Journalistes à Moscou. Ils annoncent qu'ils ont demandé l'asile et la citoyenneté soviétique. Le New York Times les décrit comme « des célibataires amis de longue date , qui ne se sourient que lorsqu'ils lisent une déclaration préparée d'avance dans laquelle ils vantent la supériorité socio-culturelle de l'URSS, en particulier dans le domaine de l'égalité des sexes : « les talents des femmes sont bien plus encouragés et bien mieux utilisés ici, ce qui rend les contacts sociaux plus riches, et donne à la femme russe beaucoup plus d'attraits comme partenaire dans une vie de couple Erreur de référence : Balise fermante </ref> manquante pour la balise <ref> .

Puis Martin et Michell dévoilent pour la 1° fois les activités d'espionnage de la NSA , en lisant une déclaration qui, disent-ils, a été préparée par eux « sans consulter le gouvernement soviétique ». Quelques extraits de la déclaration :

. »...le gouvernement des USA accusait l'URSS de cynisme. En fait, ce sont les USA qui sont cyniques - nous sommes en particulier révoltés par la façon dont les USA se permettent d'espionner les autres nations...en violant délibéremment leur espace aérien ... et en interceptant et en déchiffrant les communications secrêtes, même lorsque'elles émanent de leurs propres alliés – l'hostilité des USA à l'égard des pays communistes provient du sentiment d'insécurité engendré par les haut niveau atteint par les communistes dans les domaines de la science, de la culture et de l'industrie d'après ce que nous avons pu découvrir en travaillant pour la NSA, les USA espionnent les communications secrètes de plus de 40 pays, y compris celles de leurs alliés... » Martin et Mitchell stigmatisent en particulier le général US Thomas S. Power et le sénateur Barry Goldwater : Power avait déclaré à une commission du Congrès que les USA avaient absolument besoin de garder une puissante force atomique capable d'annihiler l'adversaire à titre préventif, et Goldwater était connu pour militer contre l'arrêt des essais nucléaires et la négociation d'un traité de désarmement. « Eux, disent-ils, essaieraient de ramper jusque sur la lune si cela pouvait diminer le risque de guerre nucléaire.

En ce qui concerne les vols des avions-espions américains, les transfuges dévoilent qu'ils ont lieu depuis 1952-1954, alors que les USA n'ont admis leur éxistence que récemment; ils donnent aussi des détails sur le vol d'un avion US au-dessus de la RSS d'Arménie (cet avion C-130 avait été abattu par la chasse soviétique [18]) , et développent la notion que cet espionnage avait pour finalité l'attaque de l'URSS et non la défense contre elle.

[19]


Martin et Mitchell dénoncent aussi les violations des libertés démocratiques (en particulier celle du secret de la correspondance) , dont sont victimes aux USA les athhées et les personnes aux convictions politiques impopulaires. [20]

Réponse du Pentagone[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps[modifier | modifier le code]

Le département de la Défense des États-Unis qualifia les déclarations des transfuges comme « complètement fausses , émanant de « traitres , d'outils de la propagande soviétique, dont l'un est un psychotique [21], et qui sont tous deux à l'évidence perturbés ». Le problème des préférences sexuelles de Martin et Mitchell, par ailleurs désignés comme « des mathématiciens débutants, est ensuite évoqué pour être (apparemment) écarté, puis remis sur le tapis : le député démocrate de Pennsylvanie Francis E. Walter, président de la House Un-American Activities Committee (HUAC , Commission de la Chambre des Représentants sur les activités anti-américaines) nie avoir déclaré à une agence de presse que l'un des intéressés était décrit comme homosexuel dans un rapport du FBI [22] , et un porte-parole du Pentagone déclare aux reporters que rien dans les dossiers des intéressés ne permet de les qualifier d'homosexuels ou de pervers sexuels [23] . Mais le jour suivant F.E. Walters affirme que selon une source qu'il pense fiable , les 2 transfuges « étaient connus de leur entourage comme des déviants sexuels [24] . Cette accusation , relayées par les médias , devient une rumeur selon laquelle des homosexuels s'affilieraient à d'autres déviants sexuels pour infiltrer des postes sensibles du gouvernement fédéral; le groupe de presse à sensation Hearst , en particulier décrit les 2 transfuges comme « un couple d'amoureux », «  2 spécialistes homosexuels et soumis à un chantage » [25]

Dans les mois et les années suivantes[modifier | modifier le code]

le cas Martin-Mitchell est scruté et analysé plusieurs fois par les spécialistes de la NSA.

En octobre 1960, lors d'un séminaire à la NSA, les modalités d'une riposte sont étudiées : William P. Rogers , Attorney General (Procureur général des États-Unis de 1957 à 1961 et conseiller de Richard Nixon) pense que l'URSS utilise une liste d'homosexuels américains parmi lesquels elle recrute et exerce son chantage, et que Martin et Mitchell font partie d'un « groupe organisé » ; plusieurs cadres pensent que des examens polygraphiques (détecteur de mensonge ) seraient une bonne précaution comme préalable à l'embauche à des postes sensibles; le président Eisenhower demande qu'une commission collationne les listes d'homosexuels employés par le gouvernement [26]

Pour empêcher la survenue de cas identiques, la NSA chercha à comprendre les motivations des transfuges. On découvrit que dans les années '40, les psychologues avaient décrit Martin comme « brillant mais immature sur le plan émotionnel, ayant une tendance à la névrose avec tendances schizoïdes, et probables penchants sadiques » . Mitchell quant à lui, interrogé lors de ses débuts professionnels, avait déclaré avoir eu dans son adolescence des rapports sexuels avec des chiens et des poulets [27] . En conséquence, en juillet 1961, la NSA renvoya 26 employés au motif de sexualité déviante, mais en précisant que « tous n'étaient pas homosexuels » [28]

Cependant une série d'enquêtes lancées ultérieurement par la NSA minimisa le rôle de la sexualité des 2 transfuges. En 1961, un rapport de la NSA les caractérise comme « des amis proches, quelque peu antisociaux » , « des jeunes hommes égoïstes, arrogants et peu sûrs d'eux, trouvant que leur place dans la société n'était pas celle qu'ils méritaient , et ayant une trop haute opinion de leurs capacités intellectuelles et de leur talent ».

En 1963, un autre rapport de la NSA conclut que Martin et Mitchell n'avaient pas été recrutés par des agents étrangers, et que leur défection n'avait « pas de motif clair » , qu'elle était d'origine « impulsive. De plus, des journalistes du Seattle Weekly eurent en 2007 accès aux dossiers des intéressés et y trouvèrent des témoignages de femmes qui attestaient qu'ils avaient des contacts hétérosexuels.

Nonobstant, Walter poursuivait dans sa voie, et en 1962 avait fait publier par la HUAC un rapport à l'issue d'une enquête de 13 mois. La conclusion de ce rapport était biaisée et mettait l'accent sur le fait que les traitres étaient homosexuels [29]. Par ailleurs, le laxisme qui avait permis le recrutement des 2 personnes homosexuelles, athées et pro-communistes était lui aussi mis en cause, et le renforcement de la sélection à l'entrée des organismes gouvernementaux était présenté comme une prévention nécessaire [30] . Les différentes agences gouvernementales suivirent ces conclusions, et les analyses commandées ultérieurement par le gouvernement s'alignèrent elles aussi sur ces certitudes : ainsi en 1991 une étude du DSS ( Defense Security Service (en) , agence fédérale chargée de la sécurité au Pentagone) mentionnait que Martin et Mitchell étaient des homosexuels reconnus, et cette notion perdura jusqu'en 2007 [31]


I


Années en URSS[modifier | modifier le code]

En décembre 1960, Martin et Mitchell déclaraient à l'agence Tass qu'ils pensaient que l'arrivée au pouvoir d'un nouveau président ne changerait pas la politique étrangère des USA, et qu'en particulier l'espionnage de l'URSS (et des pays neutres , voire des alliés des USA ) continuerait [32].

((La vie ultérieure des transfuges en URSS se déroula XX)) .

Martin, qui parlait couramment le russe, suivit des cours à l'université de Leningrad (sous le nom de Vladimir Sokolodsky) , et épousa une Russe, dont il divorça en 1963. Il déclara à un journal russe que sa fuite avait été un acte d'« écervelé » , et qu'on ne lui confiait aucun travail intéressant ou important, quon le surveillait sans cesse. Il chercha à contacter des Américains en visite en URSS pour qu'ils appuient sa demande de retour aux USA; ses démarches restèrent sans effet. Il sombra dans l'alcoolisme, devint obèse. Il avait entrepris des démarches auprès du consulat américain pour demander l'autorisation de revenir aux USA, mais sa nationalité américaine lui fut retirée. Il mourut à Tijuana (ville frontière entre les USA et le Mexique) en janvier 1987, et son corps fut enterré en Amérique.

On sait peu de choses sur Mitchell : il avait rejeté sa nationalité américaine, épousé une Russe, et il mourut à St-Petersburg en novembre 2001.

Les dommages que leur trahison a causé aux services secrets US semblent avoir été minimes.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David K. Johnson, The Lavender Scare (Chicago: University of Chicago Press, 2004)

Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors

  • David M. Barrett, "Secrecy, Security, and Sex: The NSA, Congress, and the Martin-Mitchell Defections," in International Journal of Intelligence and CounterIntelligence, Vol 22 (2009), pp. 699–729
  • Obituary, Eureka Times-Standard, November 2001


Notes[modifier | modifier le code]

  1. comme, on le présume, les centaines de millions de téléspectateurs assemblés devant leur TV pour l'occasion : voir l'article de WP en "List of Super Bowl halftime shows" . Le XXXIX° "Super Bowl halftime show" avait lieu justement (ô ironie) le 6 fev 2005, jour de diffusion de l'épisode 8, saison 16, était animé par Paul McCartney et sponsorisé par Ameriquest Mortgage (en) , une des firmes responsables de la crise des subprimes qui a effondré l'économie américaine en 2007-2010...Le ton faussement moralisateur du show selon les Simpson a peut-être été inspiré par l'incident qui a choqué le puritanisme de masse américain lors du Super Bowl 2004 : Janet Jackson avait montré un sein...
  2. "Jammitin : mot forgé à partir de jam ("réunion d'intimes") et meeting , nom d'un équivalent fictif du Viagra : voir l'article de WP en "List of fictional medicines and drugs"
  3. The Internet wasn't created for mockery. It was supposed to help researchers at different universities share data sets. It was. - I'm the worst thing to happen to sports since Fox. cf Wikiquote [2]
  4. "This prison will make Abu Ghraib look like the Four Seasons! Smithers, we'll need electrical wire, a hood, and someone who can really point at genitalia". In Wikiquote [3]
  5. "we would attempt to crawl to the moon if we thought it would lessen the threat of an atomic war.". Texte des déclarations faites par des ex-employés de la NSA, New York Times du 7 semptembre 1960 , url=http://query.nytimes.com/mem/archive/pdf?res=F40814F73B551A7A93C5A91782D85F448685F9
  6. lavender scare : «péril couleur lavande » voir David K. Johnson, The Lavender Scare (Chicago: University of Chicago Press, 2004), p. 145–6
  7. Rick Anderson , in Seattle Weekly: "The Worst Internal Scandal in NSA History Was Blamed on Cold War Defectors’ Homosexuality" url=http:/www.seattleweekly.com/home/887442-129/story.html|accessdate=June 17, 2013|newspaper=Seattle Weekly
  8. James Bamford, The Puzzle Palace: Inside the National Security Agency, America's Most Secret Security Organization (Penguin Books, 1982), 177-8
  9. James Bamford, The Puzzle Palace: Inside the National Security Agency, America's Most Secret Security Organization (Penguin Books, 1982), p. 177-8
  10. James Bamford, The Puzzle Palace: Inside the National Security Agency, America's Most Secret Security Organization (Penguin Books, 1982), p. 185
  11. a et b New York Times: "House Units Map Defector Studies" September 9, 1960, accessed January 9, 2010
  12. Bamford, The Puzzle Palace, 182-4
  13. Wayne G. Barker and Rodney E. Coffman, The Anatomy of Two Traitors: The Defection of Bernon F. Mitchell and William H. Martin (Laguna Hills, CA: Aegean Park Press, 1981), 31-2.
  14. Bamford, The Puzzle Palace, 182-4
  15. Wayne G. Barker and Rodney E. Coffman, The Anatomy of Two Traitors: The Defection of Bernon F. Mitchell and William H. Martin (Laguna Hills, CA: Aegean Park Press, 1981), 31-2.
  16. Wayne G. Barker and Rodney E. Coffman, The Anatomy of Two Traitors: The Defection of Bernon F. Mitchell and William H. Martin (Laguna Hills, CA: Aegean Park Press, 1981), p. 38-39.
  17. Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors, 86; Bamford, The Puzzle Palace, 186
  18. voir pour plus amples informations l'article 1958 C-130 shootdown incident (en) . Selon Bamford, The Puzzle Palace, 232ff, les déclarations de Martin et Mitchell concernant l'incident du C-130 étaient parfaitement exactes
  19. A noter que c'est le XX XX 1960 que l'avion espion U2 de Gary Powers avait été abattu au-dessus de l'URSS. Eisenhower avait refusé de présenter des excuses, et sous Kennedy la Guerre Froide avait en 1962 atteint un sommet avec la crise des missiles de Cuba
  20. New York Times du 7 septembre 1960, "Text of Statements Read in Moscow by Former U.S. Security Agency Workers", : [http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F40814F73B551A7A93C5A91782D85F448685F9&
  21. le Time du 19 septembre 1960, dans l'article "The Cold War: Traitors' Day in Moscow" fera état d'une consultation de Mitchell chez un psychiatre, tout en reconnaissant qu'elle n'avait sans doute aucun rapport avec l'homosexualité : [http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,826608,00.html ,
  22. Jack Raymond, New York Times du 7 septembre 1960 : |President Calls Pair Traitorous url=http://query.nytimes.com/mem/archive/pdf?res=F00C14F73B551A7A93C5A91782D85F448685F9
  23. Jack Raymond, New York Times du 8 septembre 1960, President Urges Security Review url=http://query.nytimes.com/mem/archive/pdf?res=F60917FD385916738DDDA10894D1405B808AF1D3
  24. Jack Raymond, New York Times du 9 septembre 1960 House units map defextors studies http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F40A15FB345A1A7A93CBA91782D85F448685F9&
  25. cité par David K. Johnson dans The Lavender Scare (Chicago: University of Chicago Press, 2004), p. 145–6
  26. David K. Johnson, The Lavender Scare (Chicago: University of Chicago Press, 2004), p. 145–6
  27. Bamford, The Puzzle Palace, 180, 196
  28. New York Times du 28 juillet 1960 : US security unit ousts 26 deviates http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F70814FD39591B7A93CBAB178CD85F458685F9& Voir aussi Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors, p. 122
  29. Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors, 102; Bamford, The Puzzle Palace, 191
  30. Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors, 88, 96, 102, 114, 118-23
  31. http://www.seattleweekly.com/home/887442-129/story.html
  32. New York Times: "Defectors Expect More U.S. Spying", December 20, 1960, accessed May 8, 2010; Barker and Coffman, Anatomy of Two Traitors, 60


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • WP en
  • Seattle Weekly News, 17 juillet 2007 : « The Worst Internal Scandal in NSA History Was Blamed on Cold War Defectors Homosexuality. But what if they weren't gay ? »

«  par Rick Anderson http://www.seattleweekly.com/home/887442-129/story.html

Notes[modifier | modifier le code]

Chercher :

  • Ossip Piatnitzki, Mughal emperor took the Comintern, a shop steward for Germany
  • House Father William Pieck had found new happiness with Anni Colditz.
  • What Meissner accomplished in Berlin's Wilhelmstrasse to serve Ebert, Hindenburg and Hitler, Pieck managed to Moscow
  • As last Friday of the Old announced on Sofia's grave Georgi Dimitrov : GD + en 49 ????
  • Pieck a eu 2 filles ?
  • Artur Pieck : ???
  • When she and the Katowice Erika ??? beat out the secret expedition of the Berlin Glass Palace to the paramour of a Soviet motor vehicle sergeant, she had to get married.
  • Staimer en Espagne : "einfacher Muschkot" ???
  • wurde Staimer neben Bechler ??? als Brandenburgs Polizeichef nach Potsdam versetzt


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque