Uta Frith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uta Frith
Portrait de Uta Frith

Uta Frith en 2012.

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
à RockenhausenVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité AllemagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint Chris Frith (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Institute of Psychiatry, Psychology and Neuroscience (en) ( - ), université de la Sarre ( - ), Institute of Psychiatry, Psychology and Neuroscience (en) ( - ), université de Londres et King's College de LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue, professeur d'université (d) et essayiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur University College de Londres (-) et Medical Research Council ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Membre de la Royal Society (en), dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (d), compagnon de l'Académie Médicale des Sciences (en), Samuel Torrey Orton award (d) (), 100 Women (), William James Fellow Award (en) (), Q1684948 (), Prix Jean-Nicod () et Presidents' Award for Distinguished Contributions to Psychological Knowledge (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Royal Society, Leopoldina et British AcademyVoir et modifier les données sur Wikidata

Uta Frith (née Uta Aurnhammer le à Rockenhausen en Allemagne) est une psychologue du développement pionnière dans l'étude de la dyslexie et de l'autisme qui travaille à l'institut des neurosciences cognitives de l'University College de Londres. Elle a écrit de nombreux livres sur ces sujets. Son ouvrage L'Énigme de l'autisme (voir Publications) traite des neurosciences cognitives en relation avec l'autisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie l'histoire de l'art à l'université de la Sarre à Sarrebruck, mais elle change ensuite de cursus pour étudier la psychologie. Elle est diplômée de psychologie clinique à l'institut de neuroscience cognitive de l'institut de psychiatrie du King's College de Londres. Elle soutient sa thèse sur l'autisme en 1968. Elle travaille ensuite à l'University College de Londres où elle enseigne et conduit des recherches en neuroscience. Parmi ses élèves on compte Simon Baron-Cohen et Tony Attwood qui travaillèrent avec elle pendant leur doctorat.

Travaux sur l'autisme[modifier | modifier le code]

Son travail initia les développements de la représentation actuelle de déficit en théorie de l'esprit dans l'autisme. Son article « Est-ce que les enfants autistes ont une théorie de l'esprit ? »[réf. souhaitée] propose que les personnes avec autisme ont des difficultés spécifiques pour comprendre les croyances et les désirs des autres. Cette étude a été réalisée par Alan Leslie et Simon Baron-Cohen qui étaient étudiants doctorants sous la direction d'Uta Frith à cette époque.

Elle a aussi suggéré que les personnes avec autisme ont une faible cohérence centrale et sont meilleurs que les autres individus pour analyser des détails mais moins bons pour intégrer l'information de plusieurs sources différentes.

Elle a aussi commenté favorablement et avec une certaine admiration les travaux de Temple Grandin, une docteur en zoologie. Grandin est une personne autiste bien connue qui a développé une machine à faire des embrassades pour calmer les personnes avec autisme qui souffrent d'anxiété et d'attaques de panique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est membre de la Royal society, de la British academy, de l'académie des sciences médicales, et membre honoraire au Newnham college à Cambridge.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Studies in pattern detection in normal and autistic children. : I. Immediate recall of auditory sequences », Journal of Abnormal Psychology, vol. 76,‎ , p. 413–420 (PMID 5490707, DOI 10.1037/h0020133)
  • « Studies in pattern detection in normal and autistic children. : II. Reproduction and production of color sequences », Journal of Experimental Child Psychology, vol. 10, no 1,‎ , p. 120–135 (DOI 10.1016/0022-0965(70)90049-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Dorothy V. M. Bishop, « Forty years on: Uta Frith's contribution to research on autism and dyslexia, 1966–2006 », The Quarterly Journal Of Experimental Psychology, vol. 61, no 1,‎ , p. 16-26 (DOI 10.1080/17470210701508665)