Usine Tase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Usine TASE
Usine Tase.jpg
Vue de l'usine Tase en 2011 avant réhabilitation.
Présentation
Destination initiale
Usine textile
Destination actuelle
Usine en reconversion
Architecte
Desseux et Alexandre
Construction
Propriétaire
région Auvergne-Rhône-Alpes et métropole de Lyon
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Coordonnées

L'usine TASE est une ancienne usine de textile basée à Vaulx-en-Velin, dans le quartier du Carré de soie. Cette usine construite en 1925[1] et alors propriété de la famille Gillet[1], était spécialisée dans la transformation de cellulose en viscose (soie artificielle)[1].

L'usine TASE a employé jusqu'à 3 000 salariés. Son activité a cessé en 1980[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'usine correspond à l'installation d'une ceinture de nouvelles usines textiles autour de Lyon, entre 1920 et 1930[2] : outre la présente usine à Vaulx-en-Velin, on peut citer à proximité la Lyonnaise de Soie Artificielle[3] créée en 1922 à Décines puis à Saint-Maurice-de-Beynost.

À sa création l'usine se nomme la société de soie artificielle du sud-est (SASE)[4] et c'est en 1935 qu'elle deviendra Textile artificiel du Sud-Est (TASE)[4].

En 1958, l’usine TASE ayant intégrée le groupe Rhône-Poulenc fabrique du nylon[5], puis ferme entre 1978 et 1980.

Protection[modifier | modifier le code]

L'usine TASE fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [6],[7]. Elle avait préalablement reçue le Label « Patrimoine du XXe siècle »[8],[9].

Le lieu d'exposition[modifier | modifier le code]

Lors de la Biennale d'art contemporain de Lyon 2011, l'usine TASE est l'un des quatre lieux d'expositions utilisés[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Dolores Mazzola, « Vaulx-en-Velin : l'usine Tase, monument historique », sur Chaîne de télévision France 3 Rhône-Alpes, (consulté le 15 juin 2011).
  2. André Latreille, Histoire de Lyon et du Lyonnais, , 511 p. (lire en ligne), p. 403.
  3. [PDF]« Usines textiles de viscose », sur societechimiquedefrance.fr (consulté le 15 juin 2011).
  4. a et b « Usine de fibres artificielles et synthétiques Gillet dite la Soie artificielle du sud-est (la Sase) puis usine de Textile artificiel du sud-est (la Tase) puis Comptoir du textile artificiel puis Rhône Poulenc textile », sur culture.gouv.fr (consulté le 15 juin 2011).
  5. Anne Meyer, « Histoires d’usines / La TASE et la Rhodia », sur Bibliothèque numérique de Lyon, (consulté le 20 septembre 2018)
  6. a et b « La lettre électronique de la [[Direction régionale des Affaires culturelles|DRAC]] [[Rhône-Alpes]] », sur culture.gouv.fr, (consulté le 15 juin 2011).
  7. Notice no PA69000044, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Usine Tase », notice no IA69001020, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. [PDF]Grand Lyon, « Diagnostic patrimonial de la petite Cité TASE », sur libelyon.fr (consulté le 15 juin 2011).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :