Usine PSA de Kalouga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Usine PSA de Kalouga
Installations
Type d'usine
Usine automobile
Fonctionnement
Effectif

SKD = 600 personnes

CKD = 3000 personnes (prévisions initiales)
Date d'ouverture
2008
Production
Marques
Production
Capacité de 125000 veh/an avec 2 lignes d'assemblages.
Localisation
Situation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Point carte.svg

L'usine PSA de Kalouga est un site de production de véhicules de PSA Peugeot Citroën et Mitsubishi, associés dans une société commune. Il est situé à proximité de la ville de Kaluga, (à Rosva exactement), à 180 km au sud-ouest de Moscou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fin décembre 2007, PSA Peugeot Citroën a annoncé son intention d'ouvrir une usine d'une capacité de 100 000 véhicules, pouvant être portée ultérieurement à 300 000[1] à Kaluga. Cette annonce été suivi peu après par Mitsubishi[2].

En effet, PSA a signé un accord avec Mitsubishi Motors Corporation pour la création d’une société commune détenue à 70 % par PSA et 30 % par MMC pour un investissement total de 650 millions d’euros.

La première pierre a été posée le 10 juin 2008.

L'usine disposera de 2 lignes de production séparée. L'une dédiée à la production des véhicules issus de Mitsubishi, l'autre pour les véhicules de conception PSA. L'usine produira des SUV et des berlines du segment C. Initialement le projet visait à construire une capacité de 160 000 véhicules, la production évoluerait vers 300 000 véhicules par an, "soit 7 à 8 % d’un marché russe qui devrait représenter à terme 4 millions de véhicules", selon Christian Streiff[3].

En réalité la capacité construite est de 125000 véhicules (avec deux lignes de montage) et compte tenu des très fortes variations du marché automobile russe, l'usine n'a jamais fonctionné à pleine capacité, de façon nominale.

Le successeur de Christian Streiff. Philippe Varin, le président de Mitsubishi Motors, Takashi Nishioka, et le représentant de la Fédération de Russie Georgui Poltavchenko, ont officiellement inauguré la première phase de l'usine qui assemble en SKD dans un premier temps des 308 avec des pièces fournies par l'usine française de Sochaux. En 2010, 51000 unités, d'une part basée sur le SUV Mitsubishi Outlander (avec le Peugeot 4007 et le Citroen C-Crosser) et d'autre part sur la 308 ont été assemblées. Avec la seconde phase en CKD (Ferrage, peinture et assemblage, mais sans emboutissage) l'objectif était d'atteindre 125 000 dès 2012, l'effectif devant passer à cette fin de 200 à 3 000 salariés et la gamme produite s'enrichissant des Citroën C4 et les Peugeot 408.

Pour de multiples raisons les Citroën C4 et Peugeot 408, n'ont pas rencontré le succès escompté et n'ont pas permis de remplir la ligne de production PSA de l'usine. Les Peugeot 4007 et Citroen C-Crosser n'ont pas été renouvelé et leur commercialisation s'est arrêté sans remplacement.

Avec la crise de l'industrie automobile Russe démarrée fin 2014, l'usine a très largement réduit ses effectifs et sa production. Seule la ligne Mitsubishi a continué à produire à un rythme régulier, notamment grâce à l'introduction d'un autre SUV spécifique à MMC.

En 2015, l'usine a été mise en sommeil entre les mois de mars à septembre, faute de véhicules à produire et à vendre sur le marché russe.

En 2018, PSA doit y lancer l'assemblage des utilitaires Citroën Jumpy et Peugeot Expert[4].

Ateliers de production[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Echos, 28 décembre 2007, p. 15.
  2. Russie: Mitsubishi prévoit à son tour une usine automobile à Kalouga - Economie - Fil infos - Le Vif/L'Express
  3. « PSA s'associe à Mitsubishi pour produire en Russie », Autoactu.com, (consulté le 23 mai 2008)
  4. Agence France-Presse, « PSA publie de bons résultats malgré un revers en Asie », lefigaro.fr, (consulté le 28 janvier 2018)