Ursula Grattapaglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ursula Grattapaglia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Père
Friedrich Sandkühler (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Margarete Järke Sandkühler (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Giuseppe Grattapaglia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Guido Grattapaglia (d)
Dario Grattapaglia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions
Membre honoraire de l’Association mondiale d’espéranto ()
Prix Deguĉi (d) ()
Médaille de la Tolérance (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Ursula Grattapaglia ( - ), née Ursula Sandkühler, est une espérantiste brésilienne d’origine allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ursula Grattapaglia nait le à Berlin, de Friedrich Sandkühler, pharmacien et Margarete Järke Sandkühler[1]. Elle étudie d’abord à Berlin. De à , elle étudie à Strzelno et Poznań, deux villes polonaises annexées par l’Allemagne. Enfin, elle réalise ses études secondaires à Berlin durant lesquelles elle étudie l’allemand, l’anglais, le français et le latin[1]. Elle fait partie du mouvement des scouts catholiques[1].

D’Allemagne jusqu’au Brésil[modifier | modifier le code]

À la fin de ses études, en , Ursula Grattapaglia travaille chez C&A en tant que secrétaire administrative jusqu’en , année durant laquelle elle et l’espérantiste et géomètre italien Giuseppe Grattapaglia (eo) se marient, après six ans de correspondance[1].

Elle déménage à Turin, en Italie et acquiert la nationalité italienne[1]. Entre et , elle travaille comme traductrice et interprète dans des congrès internationaux ainsi que chez FIAT, utilisant principalement l’allemand et l’italien, avec quelques recours à l’anglais, au français et à l’espéranto[1].

En , elle, son mari et leurs enfants, Guido et Dario, déménagent au Brésil, afin que le couple Grattapaglia dirige la communauté Bona Espero[1]. Toute la famille Grattapaglia obtient un visa brésilien permanent[1].

Activisme espérantiste[modifier | modifier le code]

Ursula Grattapaglia apprend l’espéranto en et s’implique dès lors dans le mouvement[1]. Elle contribue à éditer la revue La Juna Voĉo, participe à plusieurs congrès et séminaires et co-organise des rencontres entre espérantistes de Berlin-Ouest et Berlin-Est[1]. Elle participe à plus de 45 congrès mondiaux d’espéranto et s’implique dans l’association universelle d'espéranto, d’abord comme membre du comité d’administration de à , puis comme membre du bureau de à [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Halina Gorecka et Aleksander Korĵenkov, Nia diligenta kolegaro : Biografio de 200 eminentaj esperantistoj, (ISBN 978-609-95087-6-4 et 609-95087-6-7, OCLC 1082448709)

Liens externes[modifier | modifier le code]