Ursin de Bourges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ursin de Bourges
Saint ursin.jpg
Saint Ursin à Villers-sur-le-Roule
Fonction
Évêque catholique
Biographie
Décès
Activité
Autres informations
Étape de canonisation
Fête

Ursin de Bourges est le 1er évêque de Bourges. Sa fête tombe le 9 novembre.

Tradition[modifier | modifier le code]

Il est arrivé à Bourges avec son disciple Just qui mourut en chemin. À Bourges, il prêcha l'Évangile et fit de nombreuses conversions. Plus tard, il partit pour la ville de Lyon et fit bâtir une église, et convertit le sénateur Léocade et son fils Ludre qui se firent baptiser et dont les tombeaux sont conservés dans l'église Saint-Etienne de Déols.

Ses reliques furent données à la ville de Lisieux, pour y faire cesser une épidémie de peste[1], selon des circonstances qui tiennent plus de la légende que de la vérité historique.

Grégoire de Tours en fit un disciple de Jésus, Nathanaël, qui aurait été envoyé après la Résurrection par le pape Clément Ier, le troisième successeur de saint Pierre, évangéliser la Gaule avec saint Martial, saint Denis, saint Saturnin, Saint Trophime, saint Paulin, et saint Austremoine. Toutefois, les dates connues semblent contredire cette option.

Pour reprendre l'expression d'Émile Meslé, il s'agit de « la légende dorée de saint Ursin », visant à démontrer l'ancienneté de l'Église de Bourges. Le IIIe siècle ou le IVe siècle est une date plus vraisemblable.

Saint Ursin en Berry[modifier | modifier le code]

  • L'histoire de saint Ursin figure sur un portail de la cathédrale de Bourges. On y voit un pape envoyer Ursin et Just en mission.
  • Une seule commune du Berry porte son nom : La Chapelle-Saint-Ursin.
  • Les reliques de Saint Ursin se trouve dans l'église Saint André de Châteauroux, département de l'Indre.
Eglise de Châteauroux

Saint Ursin guérisseur[modifier | modifier le code]

Une fontaine dédiée à saint Ursin, à Villers-sur-le-Roule, était réputée pour guérir les animaux de la fièvre aphteuse, et les humains des aphtes et des maladies de peau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Le Miracle de la Châsse de Monsieur Sainct Ursin (1922) par Étienne Deville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Acta Sanctorum, octobre, X, 908.
  • Jean Villepelet, Sur les traces des saints en Berry, Bourges, 1968 (en ligne).
  • Hippolyte Gancel, Les saints qui guérissent en Normandie, Éditions Ouest-France, 2006. (ISBN 2-7373-3565-5)
  • L'Encyclopédie de Bourges, par Roland Narboux.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]