Uri Geller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Geller.
Uri Geller
Uri Geller in Russia2.jpg

Uri Geller À Moscou le 16 avril 2009.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
Hôpital d'Ein Gedi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Uri Geller ( à Tel Aviv, Israël) est un animateur de télévision israélien ayant prétendu pendant plusieurs années avoir la faculté de psychokinésie. Il est considéré par ses détracteurs comme un prestidigitateur et un charlatan. Le premier sceptique à avoir démystifié ses prétentions est James Randi, puis en France Gérard Majax et le cercle zététique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tel Aviv, en Palestine mandataire (aujourd'hui Israël), de parents hongrois, il passe son adolescence à Chypre, avant de revenir en Israël. Il affirme avoir participé à la guerre des Six Jours pour ensuite devenir mannequin.

Psychokinésiste[modifier | modifier le code]

Employé dans un club, il s'intéresse au paranormal et réalise des enquêtes sur la psychokinésie, la géobiologie et la télépathie.

Animateur de télévision pendant les années 1970, il prétend avoir la faculté occulte de plier le métal (notamment les petites cuillères), de deviner le dessin contenu dans une enveloppe scellée, d'arrêter à distance les montres (ou relancer celles qui sont arrêtées), de bouger les aiguilles d'un compas par la pensée. Il fait plusieurs apparitions remarquées dans les médias français de l'époque.

Il passe dans l'émission Italiques de Marc Gilbert où il plie devant les téléspectateurs une cuillère par la simple force, affirme-t-il, de sa pensée.

Si son succès semble impressionnant dans le cadre d'un spectacle ou d'une émission télévisée, il refusera toujours de se plier à un protocole scientifique rigoureux visant à établir la réalité de ses prétendus pouvoirs.

En 1979, alors au sommet de sa célébrité, il prétend que le développement de ses pouvoirs mentaux sur la matière lui permettront, en 1986, de « plier la tour Eiffel ».

Ses allégations d'événements surnaturels lui ont valu des reproches de la communauté scientifique et de sévères critiques de la part des associations de sceptiques.

Démystification et aveux[modifier | modifier le code]

Le 14 mars 1987, Uri Geller est invité à l'émission Droit de réponse animée par Michel Polac intitulée L'Effet Geller.

Au début de l'émission, Uri Geller effectue devant les caméras diverses démonstrations, qu'il présente comme des expériences de parapsychologie et comme l'expression de pouvoirs paranormaux ou surnaturels.

Le magicien français Gérard Majax (qui assistait à l'émission en coulisse) apparaît ensuite sur le plateau. Puis, au grand étonnement du public et des invités, il refait des démonstrations identiques à celles qu'Uri Geller vient d'accomplir :

  • il tord à 35 degrés un club de golf en métal, comme s'il s'agissait de caoutchouc, alors que Michel Polac le tient dans sa main ;
  • il fait tournoyer l'aiguille d'une boussole, nettement plus vite qu'Uri Geller vient de le faire quelques minutes plus tôt ;
  • il tord une petite cuillère simplement en la regardant.

Au cours de cette démonstration, Gérard Majax utilise plusieurs fois les mots tricherie, détournements d'attention et illusionnisme, accusant Uri Geller d'être un charlatan.

En 2008, Uri Geller a admis lors d'une interview pour Magische Welt être un simple prestidigitateur[1].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Devenu riche, il est l'auteur de seize livres, d'une ligne de bijoux, de gadgets divers en vente sur son site internet. Avec deux associés, il a acheté lors d'enchères sur Internet, pour 905 100 dollars, une maison dans le Tennessee où vécut Elvis Presley.

Durant l'émission de TV Phenomenon, il a été mis au défi par l'illusionniste Criss Angel de deviner le contenu d'une lettre, ce qu'il a été incapable de faire.

Controverse Pokemon[modifier | modifier le code]

En 1999, Uri Geller faisant ses courses en période de Noël à Tokyo, est accosté par des fans du Jeu de Cartes à Collectionner lui demandant de signer des cartes de Kadabra[2]. En effet, le nom japonais du Pokémon (ユンゲラー Yungerā) ressemble phonétiquement au nom de Geller prononcé en japonais (ユリゲラーYuri Gerā). La spécialité de Geller est de tordre des cuillers avec son esprit, et Kadabra est toujours présenté avec une cuiller qu'il tord avec ses pouvoirs psychiques.

Uri Geller y voit une référence non autorisée de son image et de son nom, et la découverte d'une version maléfique du Pokémon[3] (le nom japonais de la carte est わるいユンゲラー : mauvais Kadabra) lui font penser qu'on renvoie une image négative de lui, et que des enfants de par le monde vont penser qu'il est lui-même maléfique.

Parmi les fans qui lui demandent des autographes et s'ils peuvent prendre des photos, des enfants paraissent effrayés[4].

Geller, qui est de religion juive, voit également dans les symboles présents sur le ventre de Kadabra un rappel au logo de la Schutzstaffel[5], plus communément appelée SS.

Au début de l'année 2000, Uri Geller menace de poursuivre Nintendo en justice[6]. Son avocat, Yoichi Kitamura, est convaincu qu'il s'agit d'une violation du copyright. Geller entre en contact avec des avocats sur les cinq continents. Aux États-Unis, son avocat demande 100 millions de dollars[7].

De leur côté, Nintendo, par l'intermédiaire de Hiroshi Imanishi, un directeur de Nintendo aux États-Unis, dit qu'aucun Pokémon n'est basé sur une personne réelle[8].

La plainte n'a depuis pas eu de suite, mais le Pokémon se fait depuis moins présent dans les différents médias.[réf. nécessaire]

Divers[modifier | modifier le code]

Il a été le président du Exeter City Football Club.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :