Urbanisme tactique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’urbanisme tactique désigne un urbanisme citoyen, participatif et éphémère, porté par des habitants, des communautés et/ou des militants et qui mobilise souvent les ressorts de l’art et de l’évènementiel. Il vise une transformation de la ville, pour la rendre plus conviviale et accueillante et encourage un questionnement sur les usages de cette ville[1]. Trois critères permettent de le caractériser : sa petite échelle, son coût réduit et sa réalisation à court terme. Le terme « acuponcture urbaine »[2]. est également utilisé pour désigner ces aménagements de petite dimension. La ville durable, la concertation des habitants et l'espace public sont au cœur des pratiques de l'urbanisme tactique.

L'urbanisme tactique se construit en réaction à un urbanisme institutionnel, parfois jugé lent et sans concertation. Il s'intéresse au caractère « social » de la ville là où l'urbanisme stratégique vise généralement la création ou requalification d'infrastructures physiques ou communicationnelles[3]. Dans certains cas, il existe ainsi une possibilité d'articulation entre urbanisme stratégique et urbanisme tactique : l'appel à projets de végétalisation à Paris en est un exemple.[4]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier exemple célèbre d’urbanisme tactique vient de San Francisco, à l’automne 2005 : le studio Rebar loue une place de parking et y installe « un parc public temporaire ». Du gazon, un banc et un arbre en pot sont ainsi posés pour deux heures. Les membres de Rebar se retirent et observent. Ce Parklet[5] est devenu ensuite Parking Day[6],[7], un phénomène mondial, qui se tient le troisième week end de septembre.

D’autres exemples d’actions citoyennes[8] sont considérés comme des cas d’urbanisme tactique et, car d’origine américaines, ils ont gardé une appellation anglophone. Les plus connus sont :

  • Chairbombing[9] .En 2001, un collectif de Brooklyn, Do Tank, propose aux habitants de ce quartier pauvre en mobilier urbain de fabriquer eux-mêmes le mobilier dont ils ont besoin, à partir de matériaux de récupération.
  • Guerilla Gardening. Ce terme désigne un mouvement d'activisme politique, utilisant le jardinage comme moyen d'action environnementaliste, pour défendre le droit à la terre, la réforme agraire, la permaculture.
  • Playstreet[10]. Des habitants bloquent la circulation dans leur rue pour proposer des jeux et rencontrer leurs voisins.

Coronavirus / printemps 2020[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

La crise particulière liée au Coronavirus en 2020 a fait ressurgir l’urbanisme tactique[11] et l’a considérablement médiatisé. Le confinement imposé dans une immense partie du monde et les gestes barrières conseillés ont eu des conséquences favorables à cette résurgence : une très forte réduction du trafic automobile, le maintien de la circulation à vélo et le besoin de distance pour les piétons.  

Certaines collectivités, telles Bogota[12] en Colombie et Montpellier[13] en France, ont ainsi très rapidement installé des aménagements provisoires donnant plus de place aux cyclistes (surnommés en France « coronapistes »). Ces aménagements pour les cyclistes sont également envisagés de façon plus pérenne afin de donner des alternatives au recours massif à la voiture et à la promiscuité dans les transports en commun, lors du déconfinement. Avec le même objectif, la distanciation physique, des villes ont également mis en place des aménagements spécifiques pour les piétons.[14]

Réserves et analyses post-mise en place[modifier | modifier le code]

Certains experts en mobilité[15] émettent toutefois quelques réserves très rapidement après ces premières réalisations. Ils estiment que ces mesures ne seront pas suffisantes car elles ne permettront pas d’absorber les flux quotidiens dans les grandes villes et que, les moyennes et petites villes n’auront pas les moyens nécessaires pour définir et mettre en œuvre ces aménagements.

Après quelques semaines ou mois d'utilisation, certaines villes, telles Argenteuil et Marseille, ont déjà renoncé à ces pistes temporaires[16]. Elles semblent toutefois être des exceptions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Douay et Maryvonne Prévot, « Circulation d’un modèle urbain "alternatif" ?. Le cas de l’urbanisme tactique et de sa réception à Paris », EchoGéo, no 36,‎ (ISSN 1963-1197, DOI 10.4000/echogeo.14617, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020)
  2. « Urbanisme tactique : réinventer la ville autrement », sur La Tribune (consulté le 20 février 2019)
  3. « L’urbanisme tactique : une autre manière de faire la ville… », sur Projet urbain, (consulté le 20 février 2019)
  4. Nicolas Douay et Maryvonne Prévot, « Circulation d’un modèle urbain "alternatif" ?. Le cas de l’urbanisme tactique et de sa réception à Paris », EchoGéo, no 36,‎ (ISSN 1963-1197, DOI 10.4000/echogeo.14617, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020)
  5. « [titre manquant] », sur www.bloomberg.com (consulté le 11 juillet 2020)
  6. « Parking Day », sur Parking Day (consulté le 11 juillet 2020)
  7. Nicolas Douay et Maryvonne Prevot, « Park(ing) day : label international d’un activisme édulcoré? », Environnement Urbain / Urban Environment, no Volume 8,‎ (ISSN 1916-4645, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020)
  8. « Hack ta ville », sur WeLab, (consulté le 11 juillet 2020)
  9. (en-US) « Chair-bombing | SpontaneousInterventions » (consulté le 11 juillet 2020)
  10. (en) « Play Streets », sur Play Streets (consulté le 11 juillet 2020)
  11. (en) Eric Vidalenc et Mathieu Chassignet, « S’inspirer de l’urbanisme tactique pour adapter les villes à la distanciation physique », sur The Conversation (consulté le 11 juillet 2020)
  12. « #IdéesPourAprès : oser l’urbanisme tactique pour adapter nos villes au contexte post-COVID19 | Pour une mobilité durable et solidaire | Mathieu Chassignet | Les blogs d'Alternatives Économiques », sur blogs.alternatives-economiques.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  13. « [VIDEO] La Ville de Montpellier aménage 4 km de pistes cyclables dans le quartier Hôpitaux-Faculté », sur midilibre.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  14. « Les aménagements temporaires de voirie dans le 14ème arrondissement », sur www.mairie14.paris.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  15. « Urbanisme et mobilité : l'urgence de prendre le temps ! », sur Le facilitateur de Mobilité, par Julien de Labaca, (consulté le 11 juillet 2020)
  16. « Ces villes qui suppriment déjà des pistes cyclables temporaires », L'interconnexion n'est plus assurée,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]