Urbain Huchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Huchet.
Urbain Huchet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Études de droit, autodidacte en peinture
Mouvement

Urbain Huchet est un artiste peintre et lithographe français né à Rennes le 28 avril 1930. Il vécut à Pont-Aven de 1960 à 1963 avant de s'installer à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est après des études de droit et une expérience dans l'industrie textile qu'en 1960 et en autodidacte Urbain Huchet décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Il vit alors pendant trois années à Pont-Aven, y brossant des paysages, des marines, des scènes animées et des portraits de personnages typés où s'énonce son admiration pour Paul Gauguin et Émile Bernard[1], avant de s'installer dans la région parisienne en 1963 et de voyager au Moyen-Orient et surtout en Amérique (Brésil, Pérou, Mexique, Caraïbes, Texas)[2].

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

  • Carlos Luis Fallas (préface de Miguel Angel Asturias et avant-propos L'Amérique latine de Georges Fournial), Mamita Yunai, illustrations d'Urbain Huchet, Éditions Burin-Martinsart, 1971.
  • Alain Decaux (poème liminaire de Louis Amade), La France, vingt quatre lithographies originales d'Urbain Huchet, vingt quatre autres de Rolf Rafflewski, deux cent cinquante exemplaires numérotés, Éditions des maîtres contemporains, Robert Mouret, 1981.
  • Hervé Bazin, Vipère au poing, frontispice d'Urbain Huchet, Éditions François Beauval, date non connue.
  • Impressions d'Égypte, lithographies originales d'Urbain Huchet, cent exemplaires numérotés, 1981.
  • Impressions of Houston, portfolio de 12 lithographies originales d'Urbain Huchet, 1983.
  • Houston, portfolio de huit lithographies originales d'Urbain Huchet, quatre-vingt dix exemplaires numérotés, 1984.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Pont-Aven, Le moulin de Rosmadec où exposa Urbain Huchet
  • Mairie de Pont-Aven, 1961, 1962, 1966.
  • Galerie Félix Vercel, New York, 1961.
  • Moulin de Rosmadec, Pont-Aven, 1962.
  • Galerie de la Proue, Rennes, 1962, 1968.
  • Galerie Achard de Souza, New York, 1965.
  • Hôtel Semiramis, Le Caire, 1966.
  • Galerie Chardin, Paris, 1967.
  • Galerie Kinedia, Paris, 1970.
  • Galerie d'art de l'aéroport d'Orly, 1971.
  • Galerie Mer-Kup, Mexico, 1972.
  • Hôtel Sofitel, Paris, 1974.
  • Galerie de l'Atelier, Brive-la-Gaillarde, 1975, 1980.
  • Hyatt Hôtel, Singapour, 1976.
  • Regent Hôtel, Kuala Lumpur, 1976.
  • Relais de Santa-Pons, Aix-en-Provence, 1976.
  • Palais des congrès, Paris, 1978.
  • Maison de la lithographie, Paris, 1982.
  • La Colombe d'or, Houston, 1983.
  • Galerie Bosquet, Paris, 1984.
  • Horizon Galleries, Houston, 1985.
  • International Galleries, Dallas, 1985.
  • Trevi Gallery, Boca Raton, 1989.
  • Golden Gallery, Washington, 1990.
  • Galerie Mainichi, Tokyo, 1991.
  • Galerie Mouvance, Paris, 1995, 2006.
  • Salle bleue, Cancale, 1999.
  • Galerie Jean-Paul Martin, Bourron-Marlotte, 2000.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Bien qu'il fut un infatigable voyageur, la capitale française resta sa grande passion, lui inspirant plus de trois cents lithographies. Parmi elles, il ne pouvait rater le Moulin-Rouge : il fut même représenté deux fois, deux taches d'un rouge éclatant dans un beau style expressionniste. Un rouge si violent qu'il paraît un spasme d'amour. Ce qui particularise ces deux travaux d'Huchet, qui fut ami de Vlaminck, est la foule de gens esquissée devant le Moulin. "Je ne cherche pas dans mon art à réaliser des effets de mode, explique-t-il, seulement à transmettre une émotion". Et cette foule transmet l'idée de la passion que le Moulin, pour Huchet, exerce encore et toujours. » - Francesco Rapazzini[7]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 443.
  2. Urbain Huchet, À travers le Mexique et l'autre Amérique, notes de voyages, Éditions Berger-Levrault, 1968.
  3. Urbain Huchet, « Interview à propos de son exposition au moulin de Vauboyen », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 27 janvier 1968.
  4. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  5. Musée de Cancale, Phares et feux - Les phares vus par les peintres, présentation de l'exposition, 2013
  6. Jane Traidwell, « Hawkins share masters collection in show »; Troy Messenger, 1er novembre 2014
  7. Francesco Rapazzini, Le Moulin-Rouge en folies, Le cherche midi, 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Urbain Huchet, À travers le Mexique et l'autre Amérique, notes de voyages, Éditions Berger-Levrault, 1968.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, Bibliothèque nationale de France, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Francesco Rapazzini, Le Moulin-Rouge en folies - Quand le cabaret le plus célèbre du monde inspire les artistes, Le cherche midi, 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]