Upgrade (film, 2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Upgrade

Réalisation Leigh Whannell
Scénario Leigh Whannell
Acteurs principaux
Sociétés de production Blumhouse Productions
Goalpost Pictures Australia
Automatik Entertainment
Nervous Tick
Film Victoria
Pays de production Drapeau de l'Australie Australie
Genre science-fiction, horreur
Durée 100 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Upgrade est un film de science-fiction australien écrit et réalisé par Leigh Whannell, sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Grey Trace vit avec sa femme Asha. Cette dernière travaille pour Cobolt, une entreprise travaillant sur l'amélioration humaine via des ordinateurs. Un soir, Grey et sa femme sont violemment agressés. Asha meurt sous les yeux de son mari. Paralysé, Grey Trace est approché par Eron Keen, un richissime inventeur. Ce dernier lui propose un remède expérimental qui va améliorer son corps et ses facultés. Grâce à un implant couplé à une intelligence artificielle, Grey voit ses capacités physiques décuplées. Il se lance alors dans une quête de vengeance pour tuer les assassins de sa femme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Version Française
  • Société de doublage : Les Studios de Saint-Ouen
  • Direction Artistique : Aurélien Ringelheim
  • Enregistrement : Stéfano Paganini
  • Adaptation : Marc Girard-Igor
  • Mixage : Hamid Naghibi
Source et légende : Version française (VF) sur carton du doublage français


Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Upgrade
Score cumulé
SiteNote
Metacritic67/100
Rotten Tomatoes86%
Allociné4.1 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
L'Humanité4.0 étoiles sur 5[1]
Le Nouvel Observateur3.0 étoiles sur 5[2]

En France, le film obtient une moyenne de 3,55, pour 14 critiques, sur le site Allociné.

Pour le journal L'Humanité, ce film présente un scénario aux bases simples mais solide « La trame simple de cette série B aussi décalée qu’haletante est magnifiée par ses idées visuelles et sa dynamique sans faille. »[3]. Le magazine Le Nouvel Observateur retient principalement le travail de chorégraphie réalisé pour ce film « Ça pulse, ça décoiffe, c'est habile. Dans le genre geek-baston, une petite réussite. »[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]