Unterseeboot 650

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Unterseeboot 650
Image illustrative de l’article Unterseeboot 650
U-Boot type VIIC
Autres noms U-650
Type Sous-marin Type VIIC
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1938–1945).svg Kriegsmarine
Commanditaire Kriegsmarine
Chantier naval Blohm & Voss - Hambourg
N° de coque : 626
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Commission sous Ernst von Witzendorff
Statut Coulé le
Équipage
Commandant Ernst von Witzendorff
Otto Tinschert
Ernst-August Gerke
Rudolf Zorn
Équipage 4 officers - 40 à 56 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 67,10 m
(coque pressurisée : 50,50 m)
Maître-bau 6,20 m
(coque pressurisée : 4,70 m)
Tirant d'eau 4,74 m
Tirant d'air 4,86 m
Déplacement 769 t (surface)
871 t (plongée)
Propulsion 2 hélices
2 moteurs diesel
2 moteurs électriques
Puissance 2 800 à 3 200 ch (moteur diesel)
750 ch (moteur électrique)
Vitesse 17,7 nœuds (32,8 km/h) en surface
7,6 nœuds (14,1 km/h) en plongée
Profondeur 230 m (maximale)
250-295 m (écrasement)
Caractéristiques militaires
Armement 5 tubes lance-torpilles de 53,3 cm
14 torpilles
canon de pont de 8,8 cm SK C/35
canon anti-aérien de 20 mm Flak
26 mines TMA ou 39 mines TMB
Rayon d'action 15 700 km (9 755 mi) à 10 nœuds (19 km/h) en surface
150 km (93 mi) à 4 nœuds (7,4 km/h) en plongée
Carrière
Port d'attache Bergen
St. Nazaire
La Pallice
Lorient
Indicatif M - 50 801
Localisation
Coordonnées 49° 51′ nord, 5° 30′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
Unterseeboot 650
Unterseeboot 650

L'Unterseeboot 650 ou U-650 est un sous-marin allemand (U-Boot) de type VIIC utilisé par la Kriegsmarine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le sous-marin fut commandé le à Hambourg (Blohm & Voss), sa quille fut posée le , il fut lancé le et mis en service le , sous le commandement de l'Oberleutnant zur See Ernst von Witzendorff.

L'U-650 n'endommagea ou ne coula aucun navire au cours des 7 patrouilles (231 jours en mer) qu'il effectua.

Il fut coulé dans la Manche en janvier 1945.

Conception[modifier | modifier le code]

Unterseeboot type VII, l'U-650 avait un déplacement de 769 tonnes en surface et 871 tonnes en plongée. Il avait une longueur totale de 67,10 m, un maître-bau de 6,20 m, une hauteur de 9,60 m et un tirant d'eau de 4,74 m. Le sous-marin était propulsé par deux hélices de 1,23 m, deux moteurs diesel Germaniawerft M6V 40/46 de 6 cylindres en ligne de 1400 cv à 470 tr/min, produisant un total de 2 060 à 2 350 kW en surface et de deux moteurs électriques BBC GG UB 720/8 de 375 cv à 295 tr/min, produisant un total 550 kW, en plongée. Le sous-marin avait une vitesse en surface de 17,7 nœuds (32,8 km/h) et une vitesse de 7,6 nœuds (14,1 km/h) en plongée. Immergé, il avait un rayon d'action de 80 milles marins (150 km) à 4 nœuds (7,4 km/h; 4,6 milles par heure) et pouvait atteindre une profondeur de 230 m. En surface son rayon d'action était de 8 500 milles nautiques (soit 15 700 km) à 10 nœuds (19 km/h). L'U-650 était équipé de cinq tubes lance-torpilles de 53,3 cm (quatre montés à l'avant et un à l'arrière) qui contenait quatorze torpilles. Il était équipé d'un canon de 8,8 cm SK C/35 (220 coups) et d'un canon antiaérien de 20 mm Flak. Il pouvait transporter 26 mines TMA ou 39 mines TMB. Son équipage comprenait 4 officiers et 40 à 56 sous-mariniers.

Historique[modifier | modifier le code]

Il reçut sa formation de base au sein de la 5. Unterseebootsflottille jusqu'au , il intégra sa formation de combat dans la 7. Unterseebootsflottille puis dans la 11. Unterseebootsflottille à partir du .

Le , l'U-650 repère le convoi ONS 5 au sud-ouest de l'Islande. Il est ensuite pourchassé par un Catalina du VP-84, mais réussit à s'échapper. L'U-boot rejoint l'U-378 et l'U-386 et ils font mouvement vers le nord-ouest pour intercepter l'ONS 5, mais une mauvaise météo et des erreurs de navigation ont pour résultat de le manquer. Durant la nuit du 28 au 29 avril, l'U-650 est attaqué avec des charges de profondeur après avoir raté la corvette HMS Snowflake (K211) (en) avec une torpille. Lorsque la poursuite prend fin le près du Cap Farewell, les bateaux du groupe Star reçoivent l'ordre de rejoindre le groupe Specht et le groupe Amsel qui opèrent contre le convoi SC 128. Dans la matinée du 6 mai, le convoi est de nouveau aperçu, mais la dégradation des conditions météo font que l'opération contre le convoi est annulée. Dans les deux attaques contre le convoi ONS 5, onze bâtiments sont envoyés par le fond. L'U-650 n'y a pas participé[1].

Aux alentours du , l'U-650 est ravitaillé pour des futures opérations par l'U-459 au sud-est du Groenland.

Il rejoint le groupe Mosel à 400 nautiques au sud du Cap Farewell, pour opérer contre le convoi HX 239. Il passe au sud de la ligne de patrouille. Bien que des bateaux du groupe fassent mouvement vers le sud-est pour l'intercepter, ils ne le trouvent pas. Le 23 mai, les recherches sont arrêtées. À partir du , Dönitz arrête temporairement les opérations contre les convois dans le Nord de l'Atlantique[1].

L'U-650 et d'autres U-Boote du groupe Mosel et du groupe Donau, limités en carburant, sont déployés sur une large zone pour donner l'impression que la présence des U-Boots est toujours maintenue à travers les routes des convois. Sur la route du retour, l'U-650 est rejoint par l'U-119 et l'U-449, au nord-ouest du Cap Finisterre pour le voyage périlleux à travers le golfe de Gascogne. Dans l'après-midi du 23 ou du , les trois bateaux sont repérés par un Liberator K/86 du Sqn 86. L'appareil les attaque et lâche des charges de profondeur. Sur les trois U-Boote, les deux plongent et seul l'U-650 est endommagé. Plus tard le même jour, le Liberator repère de nouveau les trois U-Boote et les attaque une nouvelle fois en larguant des charges de profondeur. L'avion est mitraillé par l'U-119 et l'U-449. L'U-650 qui est endommagé, plonge dès qu'il aperçoit l'appareil. Le 2e S.G. arrive sur zone dans les premières heures du 24 juin, appelé par le Liberator. L'U-119 et l'U-449 sont localisés et envoyés par le fond. Il rentre ensuite à Saint-Nazaire, escorté par des appareils de la Luftwaffe[1].

Les dommages infligés à l'U-650 sont très importants et il est hors-service pendant six mois. Il est prévu qu'il soit convertit en U-Flak, mais cela ne sera jamais fait.

L'U-650 rejoint le groupe Rügen à l'ouest des îles britanniques, avec des bateaux disposés séparément sur une grande zone. Le , un convoi KMS est signalé dans l'ouest de la Manche. Le lendemain, les huit U-boote du groupe Rügen les plus au sud, y compris l'U-650, forment une ligne de patrouille Hinein, à l'ouest de l'Irlande pour intercepter le convoi qui navigue en direction du sud[1].

Le 29 janvier au matin, l'opération est annulée quand une invasion de l'ouest de la France a été signalée par un avion. Après confirmation apparente de ce rapport, tous les bateaux se trouvant dans l'Atlantique Nord, qui comprend entre autres le groupe Hinein, reçoivent l'ordre de se diriger à toute vitesse vers le Golfe de Gascogne. Peu de temps après cette "flotte d'invasion" est correctement identifiée comme un groupe de chalutiers espagnols et les bateaux reçoivent l'ordre de rejoindre leurs secteurs opérationnels. Il participe a une recherche de convoi, mais l'opération est annulée et les U-Boots restent en plongée pour éviter la couverture aérienne[1]. Il rentre ensuite à la base, sans aucun succès.

L'U-650 est un des dix-neuf U-Boote qui ne sont pas équipés de Schnorchel qui reçoivent l'ordre de former une ligne à la ligne de profondeur de 200 mètres entre Brest et Bordeaux pour garder des U-Boote hors des ports en cas de leur invasion par les forces alliées. Les U-Boote vont ensuite à la ligne 100 mètres de profondeur, où ils se posent sur le fond pendant de longues périodes. La nuit les U-Boots sont harcelés continuellement par des attaques aériennes. Le , lorsque l'invasion des ports ne semble plus être d'actualité, les U-Boots retournent à leur base et sont placées en alerte à 6 heures[1].

Sa cinquième patrouille, du 22 août au , le fait quitter Lorient pour opérer au large des côtes norvégiennes. En transit, l'U-650 attaque sans succès une corvette dans la soirée du 15 septembre à l'ouest des Féroé, il entend seulement les détonations de fin de courses des torpilles[1].

L'U-650 a été coulé le dans la Manche au sud de Penzance, par des charges de profondeur d'un navire allié non identifié.

Les 47 membres d'équipage décédèrent dans cette attaque.

En 1976, une épave d'U-boot a été découvert par la société de sauvetage Risdon Beazley à la position 49° 51′ N, 5° 30′ O. En 1997, un plongeur a confirmé qu'il s'agissait bien de l'U-650. Le , la société Odyssey Marine Exploration a sondé l'épave, situé à une profondeur de 97 mètres.

Affectations[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Patrouilles[modifier | modifier le code]

Commandant Départ Arrivée Jours Succès
Oblt. Ernst von Witzendorff 10 avril 1943 Kiel 13 avril 1943 Bergen 4 jours
1 Oblt. Ernst von Witzendorff 18 avril 1943 Bergen 28 juin 1943 St. Nazaire 72 jours
2 Oblt. Ernst von Witzendorff 25 décembre 1943 St. Nazaire 27 décembre 1943 St. Nazaire 3 jours
L Oblt. Ernst von Witzendorff 29 décembre 1943 St. Nazaire 31 décembre 1943 St. Nazaire 3 jours
L Oblt. Ernst von Witzendorff 1er janvier 1944 St. Nazaire 2 mars 1944 St. Nazaire 62 jours
3 Oblt. Ernst von Witzendorff 6 juin 1944 St. Nazaire 16 juin 1944 La Pallice 11 jours
4 Oblt. Rudolf Zorn 12 août 1944 La Pallice 17 août 1944 Lorient 6 jours
5 Oblt. Rudolf Zorn 22 août 1944 Lorient 22 septembre 1944 Bergen 32 jours
6 Oblt. Rudolf Zorn 26 novembre 1944 Bergen 3 décembre 1944 Bergen 8 jours
7 Oblt. Rudolf Zorn 9 décembre 1944 Bergen 7 janvier 1945 Coulé 30 jours
Total 231 jours t

Notes : Oblt. = Oberleutnant zur See

Opérations Wolfpack[modifier | modifier le code]

L'U-650 opéra avec les Wolfpacks (meute de loups) durant sa carrière opérationnelle.

  • Star (27 avril - 4 mai 1943)
  • Fink (4-6 mai 1943)
  • Elbe (7-10 mai 1943)
  • Elbe 1 (10-14 mai 1943)
  • Mosel (19-24 mai 1943)
  • Rügen (14-26 janvier 1944)
  • Hinein (26 janvier - 3 février 1944)
  • Igel 2 (3-17 février 1944)
  • Hai 2 (17-22 février 1944)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]