Unterseeboot 546

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
U-546
Type U.Boot de type IX.C/40
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany 1938-1945.svg Kriegsmarine
Commanditaire Kriegsmarine
Chantier naval Deutsche Werft AG à Hambourg
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Coulé au large des Açores
Équipage
Équipage 59 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 76,76 mètres
Maître-bau 6,76 mètres
Tirant d'eau 4,67 mètres
Déplacement 1 120 t (surface), 1 232 t (plongée)
Propulsion 2 moteurs Diesel, 2 électriques
Puissance 2x2200 ch (Diesel)
2x500 ch (électrique)
Vitesse 7,3 nœuds (plongée)
18,3 nœuds (surface)
Caractéristiques militaires
Armement Torpilles: 4 à l'avant, 2 à l'arrière
Canons: 1x105 mm et 2x37 mm
Rayon d'action 13.450 milles nautiques à 10 nœuds (surface)
63 milles nautiques à 4 nœuds (plongée)
Carrière
Port d'attache Lorient en France
Flensbourg en Allemagne

L'Unterseeboot 546 (ou U-546) était un sous-marin allemand qui fut utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Présentation[modifier | modifier le code]

Après sa formation à Stettin en Pologne au sein de la 4. Unterseebootsflottille jusqu'au , l'U-546 est affecté dans une formation de combat à la base sous-marine de Lorient en France dans la 10. Unterseebootsflottille. À la suite de l'avancée des forces alliées en France et pour éviter la captivité, il rejoint la 33. Unterseebootsflottille à Flensbourg en Allemagne à partir du .

Le , un hydravion Short S.25/26 Sunderland attaque l'U-boot dans l'Atlantique nord et un homme est mort. Le moteur diesel subit quelques dommages, mais le sous-marin signale qu'il est capable de continuer sa patrouille.
Le lendemain, il subit une attaque aérienne dans le Golfe de Gascogne et parvient à abattre un bombardier britannique Consolidated B-24 Liberator de l'escadrille Sqdn 53/H. Aux environs du , en sortant du Golde de Gascogne, il subit une nouvelle attaque aérienne et utilise toutes ses munitions de sa flak embarqué. L'U-boot fait une courte excursion à sa base du 22 au 25 juin.
Le , l'U-boot finit par trouver un groupe de navires de chasse américain qu'il cherchait depuis le 13 juin. L'U-boot tire une torpille sur le porte-avions d'escorte, mais le manque. Il doit alors souffrir pendant 3 heures les attaques à la charge de profondeur lancée par l'escorte du porte-avions. Il réussit quand même à échapper à ce piège.

L'U-546 est coulé le dans l'Atlantique nord au nord-ouest des Açores à la position géographique de 43° 53′ N 40° 07′ O / 43.883, -40.117par des charges de profondeurs lancées par les destroyers d'escorte américains USS Flaherty, USS Neunzer, USS Chatelain, USS Varian, USS Hubbard, USS Janssen, USS Pillsbury et USS Keith. Il y a 26 morts et 33 survivants parmi les membres de l'équipage dans cette attaque.

Huit des survivants, membres de l'équipage de l'U-546 coulé par les Américains ont été torturés par des militaires américains. L'historien Philip K. Lundeberg a écrit que le passage à tabac et la torture des survivants était une atrocité singulière motivée par le besoin des interrogateurs d'obtenir rapidement des informations sur ce que les États-Unis pensaient être une future attaque allemande. En effet, les Américains croyaient que le sous-marin se rapprochait de la côte américaine armé de bombes volantes V1 (voir: Opération Teardrop). Après la guerre, les Alliés ont reconnu que les sous-marins n'étaient cependant pas porteurs de ces missiles[1],[2].

Affectations successives[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Navires coulés[modifier | modifier le code]

L'U-546 a coulé un navire de guerre de 1 200 tonnes au cours des 3 patrouilles qu'il effectua.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philip K. Lundeberg, « Operation Teardrop Revisited », dans Timothy J. Runyan, Jan M Copes, To Die Gallantly : The Battle of the Atlantic, Boulder, Westview Press,‎ (ISBN 0-8133-8815-5), p. 221–6
  2. Clay Blair, Hitler's U-Boat War. The Hunted, 1942–1945, New York, Random House, coll. « Modern Library »,‎ (ISBN 0-679-64033-9), p. 687

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]