Unseenlabs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Unseenlabs est une société française spécialisée dans l’interception de signaux radiofréquences depuis l’espace. Basée à Rennes, elle est le premier opérateur privé de CubeSat en France.

Unseenlabs
logo de Unseenlabs

Création 2015
Fondateurs Jonathan Galic, Clément Galic et Benjamin Galic
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Rennes (35), France
Activité ROEM Spatial
Produits Service de surveillance maritime
Effectif Entre 10 et 15 personnes
Site web https://unseenlabs.space

Activité[modifier | modifier le code]

Unseenlabs développe et commercialise des services de renseignement innovants (Renseignement d'Origine Électromagnétique) via la constitution et l'exploitation en orbite d'une constellation de nano-satellites capables d'observer la Terre dans le spectre électromagnétique non-visible.

La première application des données ainsi obtenues est un nouveau système de surveillance maritime à destination de clients civils et militaires (Action de l’État en Mer) français et internationaux (entreprises privées, institutions ou organisations non-gouvernementales, organismes étatiques), visant principalement à localiser les navires non-coopérants (Dark Ships) et ainsi permettre de lutter contre les activités illicites en mer : pêche illégale, pollution (dégazages), piraterie...

Unseenlabs s'assure le contrôle intégral de la chaîne de production et de distribution de ses données (segment spatial et segment sol) en maîtrisant entièrement la conception de ses propres charges utiles satellites (matériels et logiciels), tout en s’appuyant sur des industriels de référence pour l’approvisionnement des plateformes satellites.

Historique[modifier | modifier le code]

Unseenlabs est créée en juin 2015 par les frères Galic.

L'année suivante l’entreprise obtient l’un des 5 grands prix du concours national de création d’entreprises i-Lab organisé par le Ministère de la recherche pour sa participation à l’un des 10 défis sociétaux définis par l’agenda stratégique « France Europe 2020 ».

En juin 2017, Unseenlabs s'associe à la société GomSpace (filiale de GomSpace Group AB) pour la co-ingénierie et la fourniture de ses premières plateformes satellites, au format cube-satellites 6U.

Patch Mission BRO-ONE

En 2018, Unseenlabs annonce sa première levée de capitaux auprès du fonds d’investissement Definvest géré par Bpifrance et la direction générale de l’armement (dga), de la société Nexeya (aujourd’hui Hemeria) et du fonds régional breton Breizh Up géré par Sofimac Innovation. Le financement complet mis en place de 7,5 millions d’euros doit permettre d’accélérer le développement de l’entreprise et la mise en service de ses premiers satellites[1],[2],[3],[4].

En juin 2019, Unseenlabs annonce que la société Rocket Lab (spécialiste Néo-Zélandais de la mise en orbite de petits satellites) assurera le lancement de Bro-1, premier satellite de sa constellation dédiée à la surveillance maritime[5],[6],[7],[8].

Ce premier lancement réussi permet l’ouverture du service commercial dès le troisième trimestre 2019 et ouvre ainsi la voie à la production et la livraison d'un nouveau type de données, à forte valeur ajoutée, pour ses clients[9].

Le patch de la mission BRO-ONE pris en photo par l'équipe d'Unseenlabs sur la péninsule de Mahia en Nouvelle Zélande

Mission Bro-One[modifier | modifier le code]

Le 20 août 2019 à 00h12, heure locale (12h12 UTC), le lanceur Electron décolle du pas de tir LC-1 (pour Launch-Complex 1), situé sur la péninsule néo-zélandaise de Mahia. Le satellite est injecté sur son orbite nominale circulaire d’altitude 550 km et d’inclinaison 45°.

Le satellite est nommé Bro-1 pour Breizh-Recon-Orbiter-1 en hommage à la région Bretagne, mais aussi en référence aux frères Galic fondateurs de la société (Bro signifiant « Frère » en anglais familier). Une rumeur prétend que ce serait aussi en lien avec le jeu vidéo Broforce sorti au moment de la conception préliminaire du premier satellite.

La mission est appelée « Look Ma No Hands » par Rocket Lab (faisant référence à l’aspect de la fusée lorsque sa structure de support est rétractée sur le pas de tir) et simplement Mission Bro-One par Unseenlabs. Rocket Lab diffuse le lancement en direct sur youtube.

Futur[modifier | modifier le code]

Dans les années à venir, l’entreprise prévoit de déployer au total une trentaine de satellites en orbite. Le premier service d’Unseenlabs sera d’abord dédié à la surveillance maritime, en offrant une localisation passive et non-falsifiable des navires en mer. L’entreprise prévoit d’étendre sa gamme de services à d’autres activités qu’elle n’a pas encore communiquées[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nanosatellites : UnseenLabs lève 7,5 millions pour surveiller les navires », sur LesEchos.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  2. « Unseenlabs lève 7,5 M€ pour mettre ses cubesatellites en orbite », sur Usine-digitale.fr) :, (consulté le 14 décembre 2019)
  3. « Investissement. Unseenlabs surveille le trafic maritime depuis l’espace et lève 7,5 millions d’euros », sur Ouest France.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  4. « La start-up Unseenlabs lève 7,5 M€ pour lancer un service de surveillance maritime par nanosatellites », sur Lembarque.com, (consulté le 14 décembre 2019)
  5. « Unseenlabs, la start-up bretonne qui traque les voyous des mers depuis l’espace », sur Ouest-France.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  6. « Des nano-satellites de l’Ouest dans l’espace avec la rennaise Unseenlabs », sur Ouest-France.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  7. « Cette PME rennaise aura bientôt son premier nano-satellite sur orbite pour surveiller les océans », sur Bfmtv.com, (consulté le 14 décembre 2019)
  8. « Une start-up rennaise veut traquer les navires "délinquants" depuis l'espace », sur Capital.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  9. « Unseenlabs démarre sa course aux étoiles », sur LesEchos.fr, (consulté le 14 décembre 2019)
  10. « UnseenLabs plans to launch half dozen ship-tracking cubesats in 2020 », sur Spacenews.com, (consulté le 14 décembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Site web[modifier | modifier le code]

Site officiel