Uno Atout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Uno Atout
Race Trotteur français
Père Istraeki
Mère Lura d'Atout
Père de mère Ura
Sexe mâle
Robe Alezan
Naissance 1986
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 2003
Éleveur Guy Barbé
Propriétaire Écurie de Neuvy
Entraîneur Paul Billon
Alain Roussel
Jockey Jean-Marie Monclin
Michel Lenoir
Driver Nicolas Roussel
Record 1'12"7[1]
Nombre de courses 89
Nombre de victoires 19 (24 places)
Gains en courses 1 611 739 [1]
Principales victoires Prix de Cornulier
Prix des Centaures
Prix de Normandie

Uno Atout est un cheval trotteur français, né le 4 mars 1986 et mort en 2003[2]. Il remporta notamment le Prix de Cornulier, principale épreuve dans cette discipline.

Carrière de course[modifier | modifier le code]

Sous la férule de Paul Billon, Uno Atout débute au printemps de ses 3 ans par deux victoires provinciales, au trot attelé, mais sans pouvoir confirmer d'emblée en région parisienne, renouant avec le succès près d'un an après ses débuts, au monté cette fois. Ses progrès lui valent de se frotter à l'élite de sa génération dans le Prix Gaston de Wazières, dont il se classe deuxième. Mais à l'hiver 90/91, il est dirigé exclusivement vers les épreuves sous la selle, où il se montre souverain face à ses contemporains, enchaînant les victoires au cours du meeting d'hiver de Vincennes. Il décroche ses premiers succès au niveau semi-classique, et bientôt sa première victoire dans un groupe 1, le Prix des Centaures. Au cours de son année de 5 ans, il ne court qu'au trot monté (à l'exception d'une tentative infructueuse dans le Critérium des 5 ans), ajoutant notamment le Prix de Normandie à son palmarès. Il se place naturellement parmi les grands favoris du Prix de Cornulier 1992, mais il y échoue à la cinquième place, derrière le trio Voici du Niel, Vivier de Montfort, et Queila Gédé. En revanche, son retour à l'attelé s'avère concluant puisqu'il n'est battu que par Vivier de Montfort dans le Prix de Paris. Dès lors, Uno Atout, passé sous la responsabilité d'Alain Roussel au cours du printemps 1992, va alterner avec bonheur les deux disciplines, mais réussir un meeting d'hiver en demi-teinte, marqué par un nouvel échec dans le Cornulier, mais une belle cinquième place dans le Prix d'Amérique remporté par la Suédoise Queen L, s'intercalant entre les cracks Sea Cove et Ténor de Baune. Moins en vue au cours de l'année 1993, il s'impose toutefois dans la Clôture du Grand National du trot, et ne peut que figurer dans le Cornulier, où il termine cinquième, tout comme dans le Prix d'Amérique de Sea Cove, alors qu'il grimpe sur le podium du Prix de France derrière Vourasie et Bahama. Âgé de son année de 8 ans, Uno Atout se consacre à l'attelage, où il s'offre le Prix de La Haye et un doublé dans la Clôture du GNT, mais c'est pour mieux faire son retour au monté puisqu'il réussit enfin, à sa quatrième participation, à décrocher le Cornulier. Ce sera l'ultime victoire de sa carrière, le cheval se montrant nettement moins performant au cours des mois qui ont suivi cette victoire, sa plus belle.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Attelé[modifier | modifier le code]

Monté[modifier | modifier le code]

Au haras[modifier | modifier le code]

Uno Atout connaît une réussite modeste au haras, où il entre à 10 ans, en 1996. Son meilleur produit s'avère être Jackal 1'11, lauréat d'un Prix Jean-Luc Lagardère à Enghien.

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Uno Atout[1], mâle, alezan.
Père
Istraeki
Paléo   Fandango  Loudéac
 Tombelaine
 Rosina  The Great Mc Kinney (US)
 Historiette III
 Vanikie  Niky des Étangs  Quinio
 Houbara
 Navale  Euripide
 Ondine
Mère
 Lura d'Atout
 Ura  Carioca II  Mousko Williams
 Quovaria
 Gelinotte  Kairos
 Rhyticère
 Nouvelle d'Atout  Hermes D  Kairos
 Sa Bourbonnaise
 Dame d'Atout II  Quinio
 Nouvel Atout

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Trot-pedigree.fr - Uno Atout » (consulté le 8 juin 2015)
  2. « Fiche de la base SIRE d'Uno Atout », sur Site des Haras nationaux (consulté le 8 juin 2015)