Université libre de Kinshasa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Université de Kinshasa.
Université libre de Kinshasa
Devise Scientia splendet et conscientia
Nom original Institut universitaire de droit et des sciences économiques
Informations
Fondation 15 octobre 1988
Type Université privée
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 4° 22′ 00″ sud, 15° 20′ 51″ est
Ville Kinshasa
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Campus Limete
Direction
Président Médard Bompoko[1]
Recteur André Bola Ntotele[2]
Chiffres clés
Étudiants 8 799[réf. souhaitée]
Divers
Affiliation Agence Universitaire de la Francophonie(AUF)[3]
Site web http://ulk-rdc.org/

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

(Voir situation sur carte : République démocratique du Congo)
Université libre de Kinshasa

L’université libre de Kinshasa (ULK) est une université privée d’utilité publique située à Limete, dans la ville-province de Kinshasa.

Historique[modifier | modifier le code]

Institution privée d'utilité publique, l'université libre de Kinshasa a été créée le 15 octobre 1988[4] et a été définitivement agréée le 12 juin 2006 (Décret présidentiel no 06/0106). Elle est donc la première université privée créée en République démocratique du Congo (ex. Zaïre) car, à cette époque, le pays ne comptait que trois universités publiques : l'université de Kinshasa, l'université de Lubumbashi et l'université de Kisangani.

Elle tire ses origines de l'« Institut Universitaire de droit et des sciences économiques » qu'elle remplaça en 1988. Sa fondation est l'œuvre de cinq fils du pays dont notamment Bompoko Bokete, Losaladjome J'olumbu, Bongongo Ngali, Ingange Baba, Bondenge Ikolo.[réf. souhaitée]

Le premier recteur de l'ULK fut le professeur Victor Djelo Empenge Osako, spécialiste en droit public et administratif de l'université de Liège, en Belgique[5]. Outre le professeur Victor Djelo Empenge Osako, l'université a connu plusieurs recteurs comme les professeurs Azama Lana, spécialiste en droit fiscal, Maphana-ma-Nguma, économiste et Damien Angbongbo Boluki Mpelenga, spécialiste en droit international privé...[réf. souhaitée]

Facultés[modifier | modifier le code]

  • La faculté de droit, avec trois départements (Droit privé et judiciaire ; Droit public interne et international et Droit économique et social);
  • La faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG), avec deux départements (Sciences économiques et de estion);
  • La faculté des sciences sociales, politiques et administratives (FASSAP), avec quatre départements (Sociologie ; Sciences politiques et administratives ; Relations internationales et Information et communication sociale);
  • La faculté de sciences informatiques (FASI), avec deux départements (Gestion de systèmes d'information et réseaux et Génie Logiciel); et
  • La faculté de médecine.

L'ULK dispose aussi d'une bibliothèque centrale (BC-ULK), d'un centre de recherche en informatique (CI-ULK) et d'un centre de recherche inter-disciplinaire (CRID-ULK). Le CRID-ULK est opérationnel depuis 1996. Il est dirigé actuellement par le Professeur Philippe Biyoya Makutu et, son organe d'expression est la revue scientifique semestrielle dénommée "Revue scientifique de l'ULK"[6].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Association[modifier | modifier le code]

L'ULK dispose d'une association qui regroupe ses anciens étudiants (l'ASSANULK)[9]. L'actuel Président en exercice est Honoré Loango Boelua[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]