Université de technologie de Sharif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une université image illustrant l’Iran
Cet article est une ébauche concernant une université et l’Iran.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Université de technologie de Sharif
Image illustrative de l'article Université de technologie de Sharif
Nom original Dāneshgāh-e San'ati-ye Sharif
دانشگاه صنعتی شریف
Informations
Fondation 1965
Type Université publique
Régime linguistique persan
Localisation
Coordonnées 35° 42′ 06″ Nord 51° 21′ 05″ Est / 35.701797, 51.351439
Ville Téhéran
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Direction
Président Reza Roosta Azad
Chiffres clés
Étudiants 9 000
Divers
Affiliation Association internationale des universités
Site web http://sharif.edu

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Université de technologie de Sharif

L'université de technologie de Sharif (en persan : دانشگاه صنعتی شریف) est une université située à Téhéran, en Iran. Elle a été fondée en 1965. Dans le classement mondial des universités établi par l'université Jiao-tong de Shanghai, dans la catégorie sciences informatiques, technologiques, l'université est à la deuxième place pour le Moyen-Orient et autour de la 250e place dans le classement général.

Il s'agit d'une université très sélective, qui accueille les 800 étudiants ayant obtenu les meilleurs résultats sur les 500 000 élèves iraniens qui passent le diplôme de fin d'études secondaires[1]. Les meilleurs étudiants n'y finissent souvent pas leurs études et sont recrutés par des universités américaines, comme la mathématicienne lauréate de la Médaille Fields qui a obtenu une licence à l'université Sharif puis est partie continuer ses études à Harvard puis Université Stanford[2].

Étudiants notables[modifier | modifier le code]

Maryam Mirzakhani, professeur de mathématiques à l'université Stanford, a été récompensée de la Médaille Fields en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Erdbrink, « Iran Makes the Sciences A Part of Its Revolution », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  2. Christian Duhamel, « Des universités iraniennes miroir des contradictions de la République islamique », Orient XXI,‎ (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :