Université d'Ottawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université d'Ottawa
Image illustrative de l'article Université d'Ottawa
Devise Deus scientiarum dominus est
(Latin : « Dieu est le maître des sciences »)
Informations
Fondation 1848 (169 ans)
Régime linguistique Français, anglais
Localisation
Coordonnées 45° 25′ 20″ nord, 75° 40′ 57″ ouest
Ville Ottawa (Ontario)
Pays Drapeau du Canada Canada
Campus Centre-ville, Canal Rideau
Direction
Recteur Jacques Frémont
Chancelier Calin Rovinescu
Chiffres clés
Étudiants 42 587[1]
Premier cycle 36 042
Deuxième cycle 6 545
Divers
Mascotte GeeGee
Affiliation Association des bibliothèques de recherche du Canada
Site web uottawa.ca

Géolocalisation sur la carte : Ottawa

(Voir situation sur carte : Ottawa)
Université d'Ottawa

L'université d'Ottawa (anglais : University of Ottawa) est une université publique bilingue située à Ottawa (Ontario, Canada). Elle propose des programmes académiques dans de nombreux champs disciplinaires, répartis en dix facultés[2] et fait partie du Regroupement des universités de recherche du Canada U15[3].

L'université d'Ottawa a été créée en 1848 sous le nom de « collège de Bytown » par le premier évêque du diocèse catholique d'Ottawa Joseph-Bruno Guigues[4]. Elle est alors placée sous la direction des Oblats de Marie-Immaculée. En 1861, elle est renommée « collège d'Ottawa » et reçoit le statut d'université en 1866 via une charte royale[5]. Le pape Léon XIII lui accorde une charte pontificale le et en fait ainsi une université pontificale.[6]. L'université est réorganisée le comme organisation indépendante de toute congrégation religieuse. Les chartes civiles et pontificales sont transférées à la nouvelle université Saint-Paul, fédérée à l'université d'Ottawa

Le campus principal, de 42,5 hectares, est situé dans le quartier de Côte-de-Sable, à proximité du Canal Rideau. L’université accueille plus de 42 000 étudiants, dont près de 34% ont le français comme langue maternelle[7].

Le campus[modifier | modifier le code]

Le principal campus de l'Université se situe dans le quartier de Sandy Hill et occupe une superficie de 35,3 ha Mais l'établissement possède d'autres bâtiments répartis à travers la ville, lui attribuant ainsi une superficie totale de 42,5 ha[8]. Lorsque l'Université fut fondée, le campus était proche de la Basilique-cathédrale Notre-Dame d'Ottawa. À cause du manque d'espace, un déménagement eut lieu en 1852 du côté du Musée des beaux-arts du Canada avant de se retrouver depuis 1856 sur son emplacement actuel.

Le pavillon Tabaret

Les bâtiments de l'Université sont d'époques très variées, le plus récent datant de 2017. Au cours de l'année académique 2011-2012, l'UdO gérait 30 bâtiments principaux, 806 laboratoires de recherche, 301 laboratoires d'enseignement ainsi que 257 salles de classe et séminaires[8].

Bibliothèques et Musées[modifier | modifier le code]

Le campus compte 6 bibliothèques qui accueillaient en 2009 plus d'1,4 million de titres ainsi que plus de 350 000 versions électroniques.

La Bibliothèque Morisset compte quelques incunables, une importante collection d'ouvrages du seizième siècle (éditions aldines, Froben, Gryphe, entre autres), plusieurs en première édition, ainsi que des manuscrits remontant à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. On y compte le Manuscrit d'Ottawa, manuscrit d'une traduction du Phédon de Platon par Jean de Luxembourg (vers 1536), plus ancienne traduction d'une œuvre de Platon en langue française. On dénombre aussi quelques livres d'heures en facture italienne et française.

Le Musée des Antiquités classiques de l'Université d'Ottawa a été créé en 1975 et est géré par le Département des études classiques et religieuses. Composée de divers objets de la vie courante remontant à des périodes allant du VIIe siècle av. J.-C. jusqu'au VIIe apr. J.-C., la collection augmente de volume suivant ses expositions itinérantes.

Hébergements et équipements étudiants[modifier | modifier le code]

Bien que la plupart des étudiants logent à l'extérieur du campus, l'Université dispose de huit résidences universitaires : Brooks, LeBlanc, Marchand, Stanton, Thompson, Hyman Soloway, 90 University et Friel.

Développement durable[modifier | modifier le code]

Créé en 2006, le Bureau du Développement durable coordonne, promeut et exécute les activités liées au développement durable.

En 2007, le Bureau du Développement durable a créé le terme «Gratuiterie». La Gratuiterie est un espace où la communauté étudiante peut venir chercher des objets laissés par d'autres étudiants, ce qui contribue à la réduction de déchets. Depuis, le concept de la Gratuiterie a été transplanté, premièrement à Grenoble et ensuite au reste de la France où les Gratuiteries gagnent de plus en plus de popularité[9].

Pour en apprendre davantage sur le bureau du développement durable, veuillez consulter leur site web.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Université d'Ottawa est membre de l'Association des universités et collèges du Canada (AUCC).

Bilinguisme[modifier | modifier le code]

L'UdO était en 2012 la plus grande université bilingue anglais/français du monde. Bien que l'établissement ait été fondé par un Français, il a fallu attendre 1974 pour que celui-ci devienne officiellement bilingue. En 2014, la proportion d'étudiants utilisant le français comme première langue s'élevait à 33,3 % (contre 66,7 % d'anglophones).

L'université permet à l'Institut des langues officielles et du bilinguisme (ILOB ) d'exister. L'ILOB a été officiellement ouvert le 1er juillet 2007, en remplacement de son prédécesseur, l'Institut des langues seconde. Les deux instituts promeuvent le bilinguisme anglais-français, bien que l'ILOB soit titulaire d'un mandat élargi, de renforcer la recherche, l'innovation et les efforts de sensibilisation dans les langues officielles et du bilinguisme.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Les deux principaux syndicats étudiants sont la Fédération étudiante de l'université d'Ottawa (FÉUO) pour les étudiants de 1er cycle et la Graduate Students' Association des étudiant.e.s diplôm.e.s (GSAÉD) pour les étudiants des 2e et 3e cycles. La plupart des facultés disposent en outre de leurs propres associations étudiantes. Quant aux personnes qui résident sur le campus, elles sont représentées par l'Association des résidents de l'uO (ARUO).

Plus de 175 organisations et clubs étudiants sont officiellement accrédités par le syndicat étudiant, couvrant ainsi différents intérêts intellectuels, culturels, religieux, sociologiques et ludiques.

Le logo de l’équipe sportive de l’Université d’Ottawa

Deux journaux indépendants et à but non lucratif sont publiés au sein de l'Université. La Rotonde est rédigé en français, tandis que The Fulcrum, qui est membre de la Presse Universitaire Canadienne, publie en anglais. CHUO-FM (89.1 FM) a commencé à diffuser ses ondes en 1984, ce qui fait d'elle la seconde plus ancienne radio campus du Canada.

La FÉUO reconnaît trois fraternités (Sigma Alpha Mu, Omega Theta Alpha, Sigma Chi) et huit sororités (Delta Delta Delta, Alpha Phi, Nu Sigma Pi, Omega Phi Sigma, Sigma Beta Phi, Theta Sigma Psi, Xi Delta Theta, and Zeta Theta Xi).

Centres de recherche et associations[modifier | modifier le code]

Personnalités francophones[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Faits en bref sur uottawa.ca
  2. « Faculties and departments », University of Ottawa (consulté le 25 mai 2012)
  3. « U15 Submission to the Expert Review Panel on Research and Development », Review of Federal Support to R&D,‎ (consulté le 25 mai 2012)
  4. Jeff Keshen et Nicole St-Onge, Ottawa - Making a Capital, University of Ottawa Press, (ISBN 0-7766-0521-6), p. 79
  5. « About the History of the University of Ottawa », University of Ottawa (consulté le 25 mai 2012)
  6. « Saint Paul University History », Saint Paul University,‎ (consulté le 25 mai 2012)
  7. « Avec plus de 42 000 étudiants aujourd'hui - L’Université d’Ottawa souhaite poursuivre sa croissance », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne)
  8. a et b (en) « Facts - Physical Resource Services », University of Ottawa (consulté le 6 juin 2012)
  9. M.P., « La « gratuiterie » récupère et redistribue », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 16 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]