Université au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Université du Québec.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Université.
Pavillon Roger-Gaudry de l'Université de Montréal

Au Québec, l'université est une institution sociale qui a comme mission spécifique la transmission et l'accroissement du savoir. Les universités québécoises ont comme fonction sociale d'aider et de remettre en question la société. Pour remplir leur mission, elles se dotent de professeurs spécialisés qui transmettent des connaissances à des élèves et effectuent de la recherche fondamentale et/ou appliquée. Les universités québécoises, bien qu'en majeure partie financées par le gouvernement du Québec, sont dotés d'administrations indépendantes.

Le premier établissement d'enseignement supérieur sur le territoire québécois, le Séminaire de Québec, qui deviendra l'Université Laval, est fondé en 1663. Toutefois, il faut attendre la Révolution tranquille, la Commission Parent et la création du réseau de l'Université du Québec dans les années 1960 pour voir les institutions universitaires se démocratiser.

Dernier niveau du système d'éducation québécois, l'université compte 3 cycles d'étude : le baccalauréat, la maîtrise et le doctorat. On compte 18 universités québécoises.

Rôle dans le contexte social québécois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation au Québec.

« On peut affirmer qu'au cours des dernières années, l'université québécoise a acquis plus de poids dans la société. L'interaction entre l'université et la société est devenue plus intense et s'est étendue à de plus larges secteurs. Il est probable que cette interdépendance s'accentuera à l'avenir[1]. »

— Commission d'étude sur les universités, Gouvernement du Québec, 1977

Rôle politique et économique[modifier | modifier le code]

Finissante en médecine de l'Université McGill recevant son diplôme lors de la convocation de 1940

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les universités des pays développés à économie de marché sont devenues d'importants mécanismes du développement économique. Le universités du Québec ont un rôle économique dans la mesure où elles assurent la formation d'une main d’œuvre hautement qualifiée et la recherche appliquée mise à disposition des entreprises et de l'État[2].

Les exigences économiques exercent des pressions sur l'institution universitaire; elle doit fournir la main-d’œuvre aux employeurs et s'assurer, d'autre part, de fournir les compétences requises aux élèves pour l’obtention d'un emploi[3].

Rôle culturel[modifier | modifier le code]

L'université québécoise possède un rôle culturel dans la mesure où elle a comme fonction de transmettre et préserver les connaissances tout en favorisant l’émergence de pensées nouvelles[4].

L'université a également un rôle à jouer dans le développement d'une éthique de la science et d'une éthique de la recherche scientifique[5].


Histoire de l'université au Québec[modifier | modifier le code]

Universités québécoises[modifier | modifier le code]

La province de Québec compte 19 personnalités juridiques ayant un statut d'université. Aucune n'a de statut public même si leur principal bailleur de fonds est le gouvernement du Québec et même si elles sont subventionnées principalement selon les mêmes règles[6]. La Loi sur l'enseignement privé exclue les universités de son champ d'action (elle porte sur le préscolaire, le primaire, le secondaire et le collégial). Elles sont donc toutes privées et ont leur statut d'université en vertu de lois semblables adoptées en 1968. Des 19 personnalités juridiques, 18 ont des étudiants et une, l'Université du Québec, agit comme organe de coordination du réseau de l'Université du Québec qui compte 10 universités membres, soit 9 constituantes (UQAT, UQAC, UQO, UQAR, UQTR, INRS, ÉNAP, ÉTS, TÉLUQ) et 1 université associée (UQAM). Un second réseau existe, celui de l'Université de Montréal qui collabore avec ses 2 universités associées (HEC et Polytechnique).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles plus généraux


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. *Commission d'étude sur les universités, Rapport du Comité de coordination, Gou-vernement du Québec, 1979, p. 19
  2. *(fr) Guy Rocher, Re-définition du rôle de l'université, Montréal, l'Institut québécois de la recherche (IQRC), , p.8
  3. *(fr) Guy Rocher, Re-définition du rôle de l'université, Montréal, l'Institut québécois de la recherche (IQRC), , p.10
  4. *(fr) Guy Rocher, Re-définition du rôle de l'université, Montréal, l'Institut québécois de la recherche (IQRC), , p.11
  5. *(fr) Guy Rocher, Re-définition du rôle de l'université, Montréal, l'Institut québécois de la recherche (IQRC), , p.14
  6. Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, « Calculs des subventions de fonctionnement aux universités », sur www.education.gouv.qc.ca (consulté le 23 juillet 2017)