Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université Paris XII)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UPEC (homonymie).
Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne (UPEC)
Image illustrative de l'article Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne
Devise « Connaissance - Action »
Informations
Fondation 1971[1]
Type Université publique (EPSCP)
Budget 185 millions d'euros (2016)[2]
Localisation
Coordonnées 48° 47′ 17″ Nord 2° 26′ 39″ Est / 48.788056, 2.444167
Ville Créteil
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Direction
Président Olivier Montagne[3]
Chiffres clés
Personnel 941 (2008-2009)[4]
Enseignants 1 199 (1 018 titulaires & 181 non titulaires) [5] (2009-2010)
Étudiants 32 258 (2013-2014)[4]
Premier cycle 18 123 (L) (2008-2009)[4]
Deuxième cycle 12 561 (M) (2008-2009)[4]
Divers
Affiliation Université Paris-Est
Site web www.u-pec.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne (UPEC)

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne (UPEC)

L'université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne (selon ses statuts), appelée aussi « Paris-XII » (selon le code de l’éducation[6]) ou encore UPEC est une université française pluridisciplinaire. Elle est implantée en Île-de-France sur trois départements : le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis.

L'UPEC regroupe douze facultés et instituts, le principal site de l'université ainsi que son siège se trouvent à Créteil, ils sont accessibles par la ligne 8 du métro par la station Créteil-Université.

Depuis 2007, l'UPEC est membre fondateur du pôle de recherche et d'enseignement supérieur Université Paris-Est qui devient, en 2014, une communauté d'universités et établissements.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de Paris 12[modifier | modifier le code]

L'université Paris 12, a été créée par arrêté du après la division de l’Université de Paris et la Loi Faure.

À ses débuts, l'université était composée d'une part de la faculté de médecine de Créteil construite en 1969 avec le CHU Henri-Mondor et d'autre part d'un centre universitaire situé à La Varenne-Saint-Hilaire qui accueillait depuis 1969 des formations de droit et sciences économiques. C'est à partir de 1970 que l'université s'est agrandie avec la construction du centre multidisciplinaire de Créteil. Le Figaro du 2 octobre 1970 titre : « Créteil : rentrée universitaire dans un mois et demi » avec en illustration une photo des bâtiments en construction[7]. Les premiers élèves en lettres arrivent le 15 novembre 1970[8]. Officiellement, toutefois, les premiers bâtiments universitaires cristoliens du centre multidisciplinaire sont inaugurés le en présence du recteur d'académie, du préfet, du maire et du président de l'Université Paris 12[8].

En 1972, l'Institut d'urbanisme de Paris rejoint l'Université Paris 12[9].

La construction des IUT[modifier | modifier le code]

À partir de 1988, avec les concours du Conseil général de Seine-et-Marne et du Conseil régional, l'Université Paris 12 étend ses activités en Seine-et-Marne avec l'ouverture d'un département d'Institut Universitaire de Technologie (IUT) sur la ville nouvelle de Sénart[10]. Ce département est ensuite complété par trois autres, toujours à Sénart, et par deux départements à Fontainebleau[11]. L'ensemble a constitué, à partir de 1998, l'IUT de Sénart/Fontainebleau[12].

Deux départements d'IUT sont également créés en 1995 à Vitry-sur-Seine sur un site du Conseil général du Val-de-Marne. L'IUT de Créteil-Vitry dispose alors de six départements[13].

L'extension de l'université[modifier | modifier le code]

UFR des Sciences Économiques et de gestion à Créteil

Jusqu'en , le droit était enseigné à l'antenne dénommée "Paris - Saint Maur", composante intégrante de l'Université Paris 12, située à Saint-Maur-des-Fossés, dans le quartier de La Varenne-Saint-Hilaire. Cette composante jouissait d'une très grande réputation. La filière économie gestion quant à elle était dispensée à Saint-Maur-des-Fossés jusque dans les années 1990. De nouveaux locaux sont depuis venus remplacer la vétusté du site de Saint-Maur. L'héritière de la faculté de droit de Saint-Maur est aujourd'hui basée à Créteil dans le quartier de l'Échat. La faculté d'économie est à proximité du centre multidisciplinaire, près du quartier de la Lévrière[réf. nécessaire].

L'UPEC dans les années 2000[modifier | modifier le code]

En juillet 2007, l'UPEC adhère, en tant que membre fondateur le pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) : Université Paris-Est puis en 2010, elle devient une université autonome au sens de la LRU et elle change de nom pour devenir l'Université Paris Est Créteil (UPEC)[1].

En 2011, l'UPEC ouvre une Maison des langues et des relations internationales sur le site du Mail des Mèches à Créteil ainsi qu'une extension du bâtiment des filières professionnalisées à Sénart[14].

En février 2014, le souhait d'une fusion avec l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM) est annoncé par les conseils d'administration des deux établissements[15]. Le projet de création d'une nouvelle université regroupant l'UPEC et l'UPEM, initialement prévu au 1er janvier 2017, est suspendu en mars 2016, à la suite de l'élection d'Olivier Montagne à la présidence de l'UPEC[16].

Les présidents[modifier | modifier le code]

L'université sur le site de Créteil
Liste des Présidents[17]
Mandats Nom Discipline
1969 à 1975[18] Jean-Louis Beaumont Médecine
1975 à 1982 Michel Guillou Médecine
1982 à 1984 Monique Lafon-Augé Mathématiques
1984 à 1986 Gérard Toupance Chimie
1986 à 1991 Daniel Laurent Médecine
1991 à 1996 Bernard Dizambourg Sciences de gestion
1996 à 2001 Hélène Lamicq Géographie
2001 à 2006 Paul Mengal Philosophe des sciences
2006 à 2012 Simone Bonnafous Sciences de l'information et de la communication
2012 à 2016 Luc Hittinger Médecine
Depuis 2016 Olivier Montagne[3] Médecine

Gouvernance et structures[modifier | modifier le code]

Depuis le 8 mars 2016, le président de l'université est Olivier Montagne[3], professeur des universités – praticien hospitalier (PU-PH) en thérapeutique et titulaire d’un DIU de pédagogie médicale et de l’Habilitation à Diriger des Recherches de l’Ecole Doctorale « Sciences de la Vie et de la Santé » de l’Université Paris-Est. Son équipe de direction est composée de Jeanne-Marie Boivin, vice-présidente du conseil d'administration, de Yann Bassaglia, vice-président de la commission de la formation et de la vie universitaire, de Bruno Petey-Girard, vice-président de la commission de la recherche[19], de Christian Tutin, vice-président prospective et développement, d'Eric Athenot, vice-président relations internationales, ainsi que de six assesseurs : Frédéric Gervais, assesseur moyens et ressources humaines et adjoint de la vice-présidente du CA ; Guillaume Poiret, assesseur patrimoine et territoire ; Catherine Deville-Cavellin assesseure campus, culture et vie étudiante ; Marie-Albane De Suremain, assesseure formations et relations avec les partenaires académiques ; Bénédicte Picquet-Varrault, assesseure recherche pour le secteur sciences et technologie ; et Gérard Lasfargues, assesseur recherche pour le secteur santé[20].

Depuis le 1er janvier 2010, l'UPEC est passée aux responsabilités et compétences élargies (autonomie dans les domaines budgétaires et de gestion des ressources humaines) dans le cadre de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU)[21].

Structures[modifier | modifier le code]

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, l’UPEC se compose de plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ».

L'établissement se compose donc de sept unités de formation et de recherche (UFR) et six instituts [22]:

Enfin, depuis le 24 avril 2012, l’école nationale vétérinaire d'Alfort est rattachée à l’université[23].

Campus et implantations[modifier | modifier le code]

Centre multidisciplinaire de l'université à Créteil

Le patrimoine immobilier représente 197 150 m2 répartis sur les 3 départements de l'académie de Créteil[4]. Il est principalement implanté à Créteil (61 % du bâti total)[4].

Répartition des surfaces par département[4] :

  • Val-de-Marne : 137 150 m2
  • Seine-et-Marne : 33 600 m2
  • Seine-Saint-Denis : 26 400 m2

Service commun de la documentation[modifier | modifier le code]

Le service commun de la Documentation est composé de sept bibliothèques universitaires[4],[24] :

  • La bibliothèque du Centre Multidisciplinaire de Créteil
  • La bibliothèque du Mail des Mèches
  • La bibliothèque de Médecine
  • La bibliothèque de Droit
  • La bibliothèque du Centre de Sénart
  • La bibliothèque du Centre de Fontainebleau
  • La bibliothèque du Centre de Vitry

Identités visuelles[modifier | modifier le code]

Partenariats et collaborations[modifier | modifier le code]

L'UPEC a créé des partenariats avec[25] :

  • Les organismes de recherche (CNRS, Inserm, INRA, IRD)
  • Les universités et écoles à l’étranger : signature de conventions avec 200 établissements étrangers pour faciliter la mobilité étudiante et enseignante
  • Les entreprises et associations, en particulier dans le Val-de-Marne : des professionnels participent aux enseignements, aux jurys, accueillent des étudiants stagiaires et apprentis.
  • Les collectivités territoriales : Conseil régional d’Île-de-France, Conseil départemental du Val-de-Marne, Plaine Centrale (agglomération de communes), Ville de Créteil,
  • Les lycées (conventions avec 14 lycées du Val-de-Marne).

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formations et diplômes[modifier | modifier le code]

Les diplômes proposés par les composantes sont accessibles :

Nombre de diplômes ouverts :

Recherche[modifier | modifier le code]

Dans le contrat 2009-2012, les équipes de recherche sont structurés en laboratoires de recherche, eux-mêmes rassemblés dans six pôles[26] :

  • Le pôle chimie, matériaux, environnement avec : le Laboratoire inter-universitaire des systèmes atmosphériques (LISA - UMR 7583), le centre d'enseignement et de recherche "Eau, ville, environnement" - laboratoire génie urbain, environnement, habitat (CEREVE-LGUEH - UMR -MA 102), l'institut de chimie et des matériaux Paris-Est (ICMPE - UMR 7182), le laboratoire de géographie physique (UMR 8591), Biogéochimie et écologie des milieux continentaux (Bioemco - UMR 40).
  • Le pôle droit, administration, éco-gestion avec : l'équipe de recherche sur l'utilisation des données individuelles temporelles (Erudite - EA 437), l'institut de recherche en gestion (IRG - EA 2354), le laboratoire de recherche sur la gouvernance publique (Largotec - EA 4688) ; les obligations, biens, marchés (OBM - EA 4394), les sources du droit, institutions, Europe (SDIE - EA 4389).
  • Le pôle langues, cultures et formation avec : le centre interdisciplinaire de recherche, culture et éducation, formation, travail (Circeft - EA 4384), le centre d'étude des discours, images, textes, écrits et communications (Céditec - EA 3119), l'institut des mondes anglophone, germanique et roman (Imager - EA 3958), le centre de recherche en histoire européenne comparée de l'antiquité à nos jours (CRHEC - EA 4392), les lettres, idées, savoir (Lis - EA 4395).
  • Le pôle mathématiques, sciences technologies de l'information et de la communication, et sciences de l'ingénieur avec : le laboratoire d'analyse et de mathématiques appliquées (Lama - UMR 8050), le centre d'études et de recherche en thermique, énergétiques, et systèmes (Certès - EA 3481), le laboratoire modélisation et simulation multi-échelle (MSME - UMR 8208), le laboratoire images, signaux et systèmes intelligents (Lissi - EA 3956), le laboratoire d'algorithmique complexité et logique (LACL - EA 4213), le laboratoire physique des liquides et milieux complexes (PLMC - EA 3954)
  • Le pôle santé avec : le laboratoire d'investigation clinique : épidémiologie clinique et évaluation médico-économique (EA 4393), l'institut Mondor de recherche biomédicale (IMRB - UMR-S 955), le laboratoire cibles, biotechnologies, techniques interventionnelles et évaluation pour la régénération tissulaire (CBTIERT - EAC 4396), le laboratoire de recherche sur la croissance cellulaire, la réparation et la régénération tissulaires (CRRET - EAC 4397), le laboratoire en bioingénierie cellulaire, tissulaire et sanguine à visée thérapeutique (BCTSVT - EA 3952), le laboratoire excitabilité nerveuse et thérapeutique (ENT - EA 4391), le laboratoire analyse du risque dans les systèmes de soins complexes (ARSSC - EA 4390).
  • Le pôle urbanisme et territoires avec le Lab'Urba (EA 3482).

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L'UPEC dispose de plusieurs clubs étudiants dans les domaines du sport, de l'humanitaire et du culturel.

Revue étudiante Processus: Entre 2009 et 2010, des étudiants et des anciens étudiants de l'Université Paris XII (nom de l'UPEC à ce moment-là) ainsi que des étudiants internationaux (Allemagne, États-Unis et Angleterre) ont mis en place une revue étudiante internationale, la revue Processus, qui fut soutenue officiellement par l'administration de l'Université Paris XII et qui fut en contact avec des rédacteurs de la Harvard Gazette (revue étudiante de l'Université de Harvard). Parmi les articles en anglais et en français, au sein des 11 numéros de cette revue, des interviews de Milos Forman et de Régine Deforges ont été effectués. Cette revue portait notamment sur le dynamisme de la région Val-de-Marne et particulièrement de Créteil et des alentours et sur la beauté de la langue française.

La revue Processus était publiée par l'Association loi 1901"Agir Paris XII" qui fut ensuite, en 2011, avec un étudiant de l'Université de Manchester et avec le soutien de l'Organisation de la Francophonie, à l'origine du projet "1000 livres pour Ismaïla" visant à doter la bibliothèque d'une des principales écoles francophones d'Égypte de 1000 livres français. Ce projet reçu le concours de l'Alliance Française de Port Saïd.

Évolution démographique

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
23 588[27] 24 405[28] 25 117[29] 25 994[30] 26 086[31] 25 008[32] 24 546[33] 24 156[34]
2008 2009 2010 2011 - - - -
27 668[35] 28 631[36] 26 743[37] 26 726[38] - - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'Université », sur www.u-pec.fr
  2. [1]
  3. a, b et c « Olivier Montagne est élu président de l’UPEC », sur www.u-pec.fr,‎
  4. a, b, c, d, e, f, g et h « Activités et chiffres », sur www.u-pec.fr,‎
  5. Répartition par établissement, académie et fonction des personnels enseignants non permanents ou titulaires de l'enseignement supérieur, hors enseignants des disciplines hospitalo-universitaires, en 2009-2010 p. 15, effectif équivalent temps plein
  6. Article D711-1 du code de l’éduction
  7. « Aux origines de l'UPEC » sur le site officiel de l'UPEC u-pec.fr
  8. a et b « Chronologie / université : de 1970 à 2000 » sur le site officiel de la ville de Créteil ville-creteil.fr
  9. Histoire de l'Institut d'urbanisme de Paris - Site officiel
  10. Histoire du site de Sénart de l'IUT
  11. Histoire du site de Fontainebleau de l'IUT
  12. http://iut.u-pec.fr/presentation/historique/
  13. Historique de l'IUT de Créteil-Vitry
  14. Les projets de construction de l'UPEC
  15. Universités de l'Est francilien : Créteil et Marne visent la fusion - Camille Stromboni, L'Étudiant, 19 février 2014
  16. « Message du président de l'UPEC Olivier Montagne », sur www.u-pec.fr,‎
  17. Aux origines de l'UPEC - 40 ans de réussites universitaires en banlieue-est. Page 51. F. Bourillon, C. Blandin, L. Coudroy, N. Bertrand, A. Oubaïdourahaman
  18. « Jean-Louis Beaumont au scanner », le 29 juin 2006, L'Express lexpress.fr : 1969-1970 : doyen de la faculté de médecine de Créteil ; 1971-1975 : président de l'université Paris 12
  19. « Elections VP de l'UPEC », sur www.u-pec.fr,‎
  20. « L'équipe de direction de l'UPEC se complète », sur www.u-pec.fr,‎
  21. Liste des établissements qui passeront aux compétences élargies au 1er janvier 2010
  22. « Statuts de l’université Paris XII », sur www.u-pec.fr
  23. Décret n° 2012-575 du 24 avril 2012 portant rattachement de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort à l'université Paris-XII
  24. Site du SCD de l'UPEC
  25. Liste des partenaires de l'université
  26. « Equipes de recherche par pôles », sur www.u-pec.fr (consulté le 12 avril 2010)
  27. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  28. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  29. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  30. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  31. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  32. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  33. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  34. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  35. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur education.gouv.fr le 10 août 2010
  36. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  37. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  38. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur education.gouv.fr le 30 août 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]