Université Paris-Sorbonne-Abou Dabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Paris-Sorbonne-Abou Dabi
Image illustrative de l'article Université Paris-Sorbonne-Abou Dabi
Nom original Paris-Sorbonne University Abu Dhabi
Informations
Fondation
Type Université privée
Régime linguistique Français et anglais
Localisation
Coordonnées 24° 29′ 20″ Nord 54° 24′ 44″ Est / 24.48879, 54.41224
Ville Abou Dabi
Pays Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Direction
Président Barthélémy Jobert
Chiffres clés
Étudiants 5002009
Divers
Site web www.sorbonne.ae

Géolocalisation sur la carte : Émirats arabes unis

(Voir situation sur carte : Émirats arabes unis)
Université Paris-Sorbonne-Abou Dabi

L’université Paris-Sorbonne-Abou Dabi est une université émirienne, en partie francophone, créée par un accord de coopération internationale entre l’université Paris-Sorbonne et le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de l'Émirat d'Abou Dabi, (Émirats arabes unis).

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte de création[modifier | modifier le code]

La création de l'université répond au souhait de la fédération des Émirats arabes unis, à partir du milieu des années 2000, de développer son enseignement supérieur et ses activités culturelles pour accroître sa réputation internationale. Profitant du déclin de Beyrouth et du Caire comme foyer de la francophonie dans le monde arabe, l'Émirat d'Abou Dabi, un des sept émirats constituant la fédération, se positionne pour occuper ce rôle. L'ambassadeur émirien à Paris rencontre le président de l'Université Paris IV Jean-Robert Pitte en , et ce dernier est invité à Abou Dabi six mois plus tard pour discuter d'un projet d'implantation de son établissement dans cette ville. L'accord est proposé au conseil d'administration de Paris IV en qui l'accepte. Gilles de Robien, alors ministre de l'Éducation, intervient pour faciliter le montage de l'opération. Le contrat est signé, en sa présence, le 18 février 2006, à Abou Dabi.

L'accord prévoit par ailleurs l'exclusivité de l'utilisation du mot « Sorbonne » au Moyen-Orient, bien que l'établissement parisien ne soit pas propriétaire du nom mais la chancellerie des universités de Paris. Cette restriction empêche alors l'université Paris I de réaliser des projets similaires d'implantations à Bahreïn en 2009, ou au Qatar en 2008. La France intensifiant ses relations avec l'Émirat d'Abou Dabi à l'époque, notamment avec l'ouverture d'une base militaire ou le projet du Louvre Abou Dabi, il est alors décidé au niveau gouvernemental de faire respecter cet accord d'exclusivité au nom « d'intérêts supérieurs » diplomatiques[1],[2].

Essor[modifier | modifier le code]

La première rentrée universitaire a lieu le 7 octobre 2006. L'établissement est officiellement inauguré juste après le [3]. Jusqu'en 2009, l'université fonctionne dans des locaux provisoires, dans le quartier de Maqtaa bridge, dans l'attente de la construction de son bâtiment définitif. La première pierre est posée par le président français, Nicolas Sarkozy, lors de sa visite officielle aux Émirats arabes unis le [4]. Le campus est finalement ouvert le , avec une surface de 93 000 m², pour une capacité d'accueil de 2 000 étudiants, sur l'île de Reem, à Abou Dabi[5]. Il accueille environ 500 étudiants l'année de son ouverture[6]. Une cérémonie d'inauguration a lieu le , en présence de François Fillon, premier ministre français[4].

Le projet initial prévoyait un enseignement en français, mais l'anglais s'est imposé intégralement au niveau du Master.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

L'université est placée sous l'égide de l'organisme public Abu Dhabi Education Council (ADEC) qui définit les orientations, alloue le budget et exerce le plein contrôle de l'activité[réf. souhaitée]. Le conseil d'administration de l'université est composé de trois membres français dont le président de l'université Paris-Sorbonne et de trois membres émiriens. Le conseil est présidé par le président de Paris-Sorbonne avec voix prépondérante [7].

Organisation[modifier | modifier le code]

Neuf départements accueillent les étudiants en 2013-2014[8] :

  • archéologie et histoire de l'art
  • économie et gestion
  • droit
  • géographie et aménagement
  • histoire
  • langues étrangères appliquées
  • lettres modernes (langue et littérature françaises)
  • philosophie et sociologie
  • physique

Les étudiants non francophones s'inscrivent dans un cours intensif d’apprentissage et de perfectionnement de la langue et de la civilisation françaises pendant un à deux ans avant de pouvoir s'inscrire en licence après réussite à un examen.

Respects des droits et libertés fondamentales[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'université constitue une rareté aux EAU car elle est mixte, ouverte aux étudiants des deux sexes. Or, les EAU constituent un système juridique régi par la Charia, proscrivant donc à cet égard tout contact et toute relation entre personnes non mariées de sexe différent. Cela n'est pas sans conséquence sur la vie quotidienne des étudiants et personnels de l'université. Hormis les bureaux des personnels enseignants et administratifs, ainsi que les chambres des étudiants à la cité universitaire, il n'est aucun lieu qui ne soit surveillé par une caméra. Chaque salle de classe en dispose d'une, chaque couloir, chaque pièce de la bibliothèque universitaire. La cafeteria, lieu de vie particulièrement animé, en est saturée, de même que de micros. Le complexe sportif ne fait pas exception: rien que dans la salle de musculation, les usagers réguliers en dénombrent trois (une au centre, deux près des tapis de sol, attenant aux appareils de cardio). Une surveillance humaine constante est assurée, par des officiers en uniforme, à toute heure du jour ou de la nuit.

Les résidences universitaires ne sont pas mixtes et, pour assurer la séparation stricte entre les sexes, chaque bâtiment ("male" et "female") est surveillé par une équipe (philippines pour le bâtiment "female", pakistanais et indiens pour le bâtiment "male") qui se relaie nuit et jour. Toute entrée est surveillée et notée sur un registre. Les fenêtres de toutes les chambres du rez de chaussée sont condamnées pour ne pas permettre d'incursion non contrôlée. Les pièces de vie (cuisine, salon, laverie) sont toutes également pourvues de caméra, qui couvrent tous les angles. Dans les couloirs, devant chaque porte, on trouve une caméra et un micro. Un couvre-feu strict est appliqué: aucune entrée en résidence, y compris par les résidents eux-mêmes, n'est admise entre minuit et 6 heures du matin.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)Patrick Fauconnier, « Etrange mic mac autour de la Sorbonne à Abu Dhabi », dans Le Nouvel Obs, 27 avril 2009, consulté sur leblogdeleducation.blogs.nouvelobs.com le 17 juin 2013
  2. (fr)Hélène Decommer, « Comment la Sorbonne a bradé son nom au Moyen-Orient », dans Rue 89, 29 avril 2009, consulté sur www.rue89.com le 17 juin 2013
  3. (fr)« Les cheikhs du Golfe s'offrent la Sorbonne », dans Le Figaro, 25 octobre 2006, consulté sur www.lefigaro.fr le 17 juin 2013
  4. a et b (fr)Pierre Jaxel-Truer, « A Abou Dhabi, François Fillon contre le "choc des civilisations" », dans Le Monde, 13 février 2011, consulté sur www.lemonde.fr le 17 juin 2013
  5. (en)Haneen Dajani, abu-dhabi-sorbonne-is-paris-in-the-desert « Abu Dhabi Sorbonne is Paris in the desert », dans The National, 6 octobre 2010, consulté sur www.thenational.ae le 17 juin 2013
  6. (fr)Raphaël Moran, « La Sorbonne à Abu Dhabi, mirage français au pays de l'or noir ? », dans Rue 89, 3 juin 2009, consulté sur blogs.rue89.com le 17 juin 2013
  7. (fr) Conseil d'administration
  8. (en) Programmes de licence, Site web de la Sorbonne Abou Dhabi

Lien externe[modifier | modifier le code]