Univers de la science-fiction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Univers de la science-fiction
Préface Hubert Juin
Genre Anthologie
Science-fiction
Éditeur Les Librairies associés
Collection Club des Libraires de France
Date de parution
Type de média Livre papier
Nombre de pages 456

Univers de la science-fiction est une anthologie de seize nouvelles de science-fiction composée et présentée par Hubert Juin, publiée par le Club des libraires de France en . Elle a été popularisée par sa réédition par Marabout sous le titre Les Vingt Meilleurs Récits de science-fiction en 1964 qui contenait un choix en partie différent.

Présentation[modifier | modifier le code]

En publiant son anthologie en 1957, Hubert Juin ne s'adressait pas aux lecteurs spécialistes de science-fiction, mais au public de littérature générale[réf. nécessaire]. Son introduction lui donne l'occasion de faire une Défense et illustration de la science-fiction en tant que genre littéraire, souvent poétique, montrant l'homme aux prises avec les dangers inconnus du moment, que ces dangers viennent de l'extérieur de l'être humain ou du cœur de celui-ci.

Le livre est illustré de tableaux de Max Ernst, Vieira da Silva, Matta, Miro et Henri Michaux. Il est découpé en 5 thèmes : Le temps, Les éléments, Les Univers parallèles, Les mutants et Ombres, Monstres et Robots.

On y trouve en particulier le texte de Philip K. Dick, Le Père truqué, qui a le plus touché ses premiers lecteurs français (voir le témoignage d'Élisabeth Vonarburg)[réf. nécessaire], et des nouvelles de références sur le thème des « enfants mutants  » : Tout smouales étaient les borogoves de Lewis Padgett dans la traduction de Boris Vian, ou L'Homme que Vénus va condamner d'Alfred Bester.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Cette anthologie est découpé en 5 thèmes avec à chaque fois une illustration associée.

Le temps[modifier | modifier le code]

Précédée de l'illustration Le jour et la nuit de Max Ernst

La Patrouille du temps[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Patrouille du temps.

Les éléments[modifier | modifier le code]

Précédée de l'illustration Bibliothèque de Vieira da Silva

Bucolique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bucolique.

Un homme contre la ville[modifier | modifier le code]

Un homme fuit à travers la ville. Il fuit… la Ville, qui cherche à le tuer. Et finalement, elle parviendra à le tuer.

La Bibliothèque de Babel[modifier | modifier le code]

  • Titre original : La biblioteca de Babel
  • Nouvelle traduite par Néstor Ibarra
  • Auteur : Jorge Luis Borges
  • Résumé :
Article détaillé : La Bibliothèque de Babel.

Les univers parallèles[modifier | modifier le code]

Précédée de l'illustration Désastre du mysticisme de Matta

À travers les airs juin 2003[modifier | modifier le code]

  • Titre original :
  • Nouvelle traduite par Henri Robillot, initialement parue dans , juillet 1950
  • Auteur : Ray Bradbury
  • Remarque : cette nouvelle fait partie du recueil Chroniques martiennes
  • Résumé :

Sur Terre, dans une ville du sud des États-Unis, des hommes de race blanche apprennent que les Noirs partent en masse pour Mars. L'un d'entre eux, Samuel Teece, raciste notoire, tente alors d'empêcher le Noir qu'il a à son service et qu'il appelle l'Idiot (Simplet dans la traduction révisée), de partir...

Les Conquérants[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Les conquérants
  • Nouvelle initialement parue dans la revue Fiction no 35, octobre 1956
  • Auteur : Jacques Sternberg
  • Résumé :

Les Nocturnes[modifier | modifier le code]

La Sentinelle[modifier | modifier le code]

  • Titre original : La sentinelle
  • Nouvelle initialement parue dans la revue Fiction no 28, mars 1956
  • Auteur : Charles Henneberg
  • Résumé :

Les mutants[modifier | modifier le code]

Précédée de l'illustration Femme et oiseau devant le soleil de Miro

Journal d'un monstre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Journal d'un monstre.

Les Talents[modifier | modifier le code]

L'Homme que Vénus va condamner[modifier | modifier le code]

« Tout smouales étaient les borogoves »[modifier | modifier le code]

Ombres, monstres et robots[modifier | modifier le code]

Précédée de la lithographie Meisodems d'Henri Michaux

Le Ruum[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Ruum.

Les Mouches[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Mouches.

Le Père truqué[modifier | modifier le code]

La Couleur tombée du ciel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Couleur tombée du ciel.

Témoignage[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Vonarburg, à propos de Philip K. Dick : « Quand j'ai découvert Dick, il m'a semblé (il me semble encore !) que, en dehors des motifs proprement fantastiques comme celui du simulacre voleur d'identité, (« Le Père truqué », mon premier texte de Dick, dans l'anthologie-pierre blanche d'Hubert Juin, chez Marabout), c'était ces motifs-là qui le dynamisaient le plus (...) », postface à Aurore sur un jardin de Palmes, Omnibus, p. 1354.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Univers de la science-fiction, Les Librairies associés, coll. Club des Libraires de France no 65, 456 pages, 1957.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]