Unité populaire (Grèce)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères grecs Cette page contient des caractères grecs. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Unité populaire.

Unité populaire
(el) Λαϊκή Ενότητα
Image illustrative de l’article Unité populaire (Grèce)
Logotype officiel.
Présentation
Dirigeant Nikólaos Chountís
Fondation
Scission de SYRIZA
Slogan ΟΧΙ στο Ευρώ της καταστροφής!
(« Non à l'Europe destructrice! »)
Positionnement Gauche[1],[2] à gauche radicale[3] ou extrême gauche[4]
Idéologie Socialisme[3],[5]
Altermondialisme[5]
Euroscepticisme[3],[5],[6]
Populisme de gauche
Groupe au Parlement européen GUE/GNL
Couleurs Rouge
Site web laiki-enotita.gr

Unité populaire (en grec : Λαϊκή Ενότητα, Laiki Enótita, LAE) est un parti politique grec fondé le par des dissidents de SYRIZA.

Histoire[modifier | modifier le code]

En août 2015, 25 députés frondeurs membres de SYRIZA opposés à l'accord passé entre le gouvernement Tsípras et l'Union européenne sur une nouvelle aide de 86 milliards d'euros sur trois ans[7], en échange de nouvelles mesures d'austérité quittent leur parti et fondent Unité populaire[8],[9],[10],[11],[12]. Panayiótis Lafazánis, ancien ministre de l'Énergie démissionnaire du gouvernement Tsípras en juillet 2015, prend la tête du parti[13], qui devient la troisième force du Parlement grec, jusqu'aux élections du 20 septembre 2015.

Yánis Varoufákis, l'ancien ministre des Finances, qui avait été très critique sur la signature de ce troisième plan d'aide, indiquant que le Premier ministre avait cédé trop facilement aux exigences des créanciers de la Grèce, et qui est décrit comme proche de ce parti, n'y adhère toutefois pas[14],[15],[16]. Varoufákis décide même de rester au sein de son parti[17], avant de fonder le Front de désobéissance réaliste européen.

Zoé Konstantopoúlou, la présidente du Parlement grec rejoint le parti fin août 2015[18], mais le quitte le 9 avril 2016, pour créer un nouveau parti, Cap sur la liberté.

Le nom du parti est inspiré d'Unité populaire, l'alliance chilienne mené par Salvador Allende en 1970[19].

Le 24 août, un premier sondage crédite le parti de 5,4 % des voix. Lors des élections législatives du 20 septembre suivant, Unité populaire ne totalise que 2,87 % des voix, ce qui est insuffisant pour lui permettre de conserver ses sièges au Parlement[20].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Unité populaire, qui est principalement issu du courant Plate-Forme de Gauche de SYRIZA[21], se classe dans le rang des eurosceptiques[6] est d'idéologie socialiste, marxiste et internationaliste.[réf. nécessaire] Il est favorable à un retrait de la Grèce de l'OTAN et de l'euro, « si les politiques d'austérité continuent »[6], ainsi qu'à un gel des relations diplomatiques avec Israël[14],[22].

Personnalités du parti[modifier | modifier le code]

Anciens députés[modifier | modifier le code]

Le groupe parlementaire se composait jusqu'au des députés suivants :

Objectifs[modifier | modifier le code]

Selon le magazine américain de gauche Jacobin, Unité populaire a pour objectif de rompre avec l'austérité et le mémorandum, ce qui implique la nationalisation des secteurs stratégiques de l'économie, le refus des privatisations et l'annulation d'une partie de la dette grecque. Dans cette perspective Unité populaire compte s'allier avec 13 autres formations ayant signé, le 13 août 2015, un texte appelant à la constitution d'un « Front du non »[14],[23].

Chefs[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections parlementaires[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges Gouvernement
septembre 2015 155 242 2,86
0 / 300
Extra-parlementaire
2019 15 930 0,28
0 / 300
Extra-parlementaire

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges Rang Groupe
2019 31 671 0,56
0 / 21
22e Aucun

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Greece crisis: Syriza rebels form new party », sur BBC NEWS, .
  2. (en) « SYRIZA rebels clash with gov’t as parties prepare to draft candidate lists », sur I Kathimeriní, (consulté le 23 août 2015).
  3. a b et c (en) « Introducing Popular Unity », sur Jacobin Magazine, (consulté le 23 août 2015).
  4. (en) « Greece's new far-left party to seek mandate to form govt », sur I Kathimeriní, (consulté le 23 août 2015).
  5. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 8 septembre 2015).
  6. a b et c « Panagiotis Lafazanis, un eurosceptique grec entré en rébellion contre Syriza », news.yahoo.com, 24 août 2015
  7. « La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras », mediapart.fr, 21 août 2015
  8. La liste sur le site du Parlement
  9. « Aléxis Tsípras face au défi parlementaire », liberation.fr, 14 juillet 2015
  10. « Grèce: « Unité populaire », le nouveau parti des dissidents de Syriza » sur ladepeche.fr, 21 août 2015
  11. « Grèce : les frondeurs de Syriza font scission », lejdd.fr, 21 août 2015
  12. « Grèce: une partir de Syriza fait sécession avant les élections », humanite.fr, 21 août 2015
  13. « Grèce: « Unité populaire », le nouveau parti des dissidents de Syriza », leparisien.fr, 21 août 2015
  14. « Grèce: les frondeurs de Syriza créent leur parti - Yanis Varoufakis, l’ancien ministre des finances et Zoé Konstantopulou, présidente du Parlement, ne figurent pas dans la liste des parlementaires ralliant ce nouveau parti », mediapart.fr, 20 août 2015
  15. « Grèce : « L’Unité populaire » est née ! », penseelibre.fr, 21 août 2015
  16. « Grèce: Varoufakis ne rejoindra pas le nouveau parti des frondeurs de Syriza », lesoir.be, 23 août 2015
  17. « Grèce : Les Grecs vont revoter pour la deuxième fois en huit mois », sur itele.fr (consulté le 31 août 2015).
  18. (en) « Greece rebels form new party ahead of snap polls », jamaicaobserver.com, 21 août 2015
  19. (en) « Résultats officiels des élections législatives grecques de septembre 2015 ».
  20. « Au Comité central de Syriza, la plate forme de gauche », ensemble-fdg.org, 24 mai 2015
  21. « Grèce : la grande responsabilité de la Plateforme de gauche », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le 11 novembre 2015).
  22. « Grèce : vers la constitution politique d'un front du Non », mediapart.fr, 13 août 2015