Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat
Image illustrative de l'article Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat
Logo du syndicat

Nom natif الاتحاد التونسي للصناعة والتجارة والصناعات التقليدية
Fondation 1947[1]
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Tête Wided Bouchamaoui
Site web http://www.utica.org.tn/

L'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (الاتحاد التونسي للصناعة والتجارة والصناعات التقليدية) ou UTICA est une organisation patronale tunisienne fondée en 1947. Elle représente les dirigeants des entreprises des secteurs industriel, commercial et artisanal.

L'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat est l'une des composantes du quartet du dialogue national qui obtient le prix Nobel de la paix 2015 pour son succès dans la mission qui a abouti à la tenue des élections présidentielles et législatives ainsi qu'à la ratification de la nouvelle Constitution en 2014.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'UTICA représente près de 150 000 entreprises privées issues de tous secteurs d’activité, à l’exception du tourisme et des secteurs bancaire et financier[2]. L’essentiel de ces entreprises est constitué de petites et moyennes entreprises[2]. La centrale compte plus de 25 000 responsables syndicaux[2].

Dirigée par des structures décisionnelles[3] et appuyée par des commissions spécialisées[4], elle accompagne, coordonne et mobilise l’ensemble de ses membres dans les différentes structures régionales et professionnelles. Elle constitue ainsi un acteur important d’intégration et de développement économique, tout en appuyant les activités et le développement des entreprises aussi bien au niveau régional que sur les marchés national et international.

L'organisation structurelle de l'UTICA lui procure à la fois une représentativité sectorielle, à travers les fédérations et les chambres syndicales nationales, mais également une proximité géographique, grâce aux unions régionales et locales.

17 fédérations nationales sectorielles[5], 24 unions régionales[6], 216 unions locales, 370 chambres syndicales nationales et 1 700 chambres syndicales régionales permettent à l'organisation de couvrir tous les secteurs économiques du pays.

Présidents[modifier | modifier le code]

Siège de l'UTICA à Tunis

Hédi Djilani est le beau-père de Belhassen Trabelsi, qui n'est autre que le beau-frère du président Zine el-Abidine Ben Ali[10] (1987-2011) et Sofiane Ben Ali, neveu de ce dernier et fils de son frère Habib[11]. Dans la foulée de la révolution, ces liens de parenté sont jugés incompatibles avec sa fonction de président de l'UTICA et l'incitent finalement à démissionner, sous la pression de plusieurs centaines de patrons tunisiens[12].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :