Union nationale des étudiants de France - unité syndicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Union nationale des étudiants de France - Unité syndicale, est un des produits de l'éclatement de l'UNEF en 1971, d'obédience trotskyste-lambertiste

Histoire[modifier | modifier le code]

En janvier 1971, le bureau de l'UNEF proche du Parti socialiste unifié de Michel Rocard est contraint à la démission car sa tendance est devenue minoritaire (les Etudiants socialistes unifiés gardaient le contrôle par alliance avec les maoïstes).

Il laisse donc face à face deux tendances de l'UNEF :

Les deux tendances, incapables de cohabiter, tiennent deux Congrès distincts en 1971 :

Cet évènement marque l'éclatement de l'ancienne UNEF. À partir de 1971 et jusqu'en 2001, deux UNEF coexistent, descendantes de l'UNEF-US (UNEF-ID à partir de 1980) et de l'UNEF-Renouveau (UNEF-SE à partir de 1982).

L'UNEF-US resta uniquement lambertiste jusqu'en 1978 où une tendance vraisemblablement socialiste apparaît. Alors que l'UNEF-Renouveau regroupait les étudiants communistes, mais aussi les mitterrandistes et des étudiants catholiques, avant de se radicaliser avec la rupture du Programme commun et de ne regrouper plus que des communistes avec une petite minorité socialiste du CERES.

Au Congrès de Nanterre de 1980, l'UNEF-US participe à la création de l'UNEF-ID, avec le MAS, d'obédience trotskyste (LCR) lui aussi.

Représentativité[modifier | modifier le code]

L'Unef-US refuse de participer aux élections étudiantes instaurées par la loi Faure.

Les présidents de l'UNEF-US[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]