Union marocaine du travail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Union marocaine du travail

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
Zone d’influence Drapeau du Maroc Maroc
Fondation
Fondation 20 mars 1955
Identité
Siège Casablanca
Secrétaire général Miloudi Moukharik
(depuis décembre 2010)
Affiliation internationale Confédération syndicale internationale
Membres Entre 200 000 et 400 000[1]
Site web http://www.umt.ma (site officiel de l'UMT)</a>

L'Union marocaine du travail, ou UMT (en arabe الإتحاد المغربي للشغل), est un syndicat indépendant marocain fondé le 20 mars 1955, juste avant l'indépendance du Maroc. Depuis décembre 2010, le secrétaire général est Miloud Moukharik, qui a succédé à Mahjoub Benseddik, décédé le 17 septembre 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

Idéologie[modifier | modifier le code]

L'UMT se veut la base du syndicalisme marocain indépendant, elle a toujours été liée à la politique notamment par son attachement avec le Parti de l'Istiqlal dans les années 1950. C'est en effet grâce à ce parti que Mahjoub Ben Seddik est devenu secrétaire général.

L'UMT s'est constituée sur 3 principes fondateurs, l'union, l'indépendance et la démocratie.

  • Union syndicale : la défense du droit de la classe ouvrière agit pour une union de l'organisation face aux menaces étrangères ayant pour but son affaiblissement et sa déstabilisation.
  • Indépendance syndicale : la défense de la classe ouvrière de toute utilisation de la part de l'État, d'un parti politique ou du patronat.
  • Démocratie syndicale : la garantie d'une libre participation politique pour tous les membres du syndicat.

Revendications[modifier | modifier le code]

Selon le conseil national de l'UMT, le syndicat décline ses actions comme suit :

  • Garantir la libre participation syndicale,
  • Augmenter les revenus de l'ordre de 30 %,
  • Réviser le montant des allocations,
  • Assurer un salaire minimum d'au moins 3 000 dirhams,
  • Restructurer le système de retraite et créer un système de protection sociale et sanitaire,
  • Annuler l'impôt sur le revenu (IR) pour les salaires inférieurs à 3 000 dirhams,
  • Développer l'habitat social,
  • Améliorer le droit de travail et les lois sur l'intégration de la fonction publique,
  • Affronter les répercussions de la privatisation en ce qui concerne les droits des ouvriers.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Union marocaine du travail est organisée comme suit :

  • congrès national,
  • conseil national,
  • commission exécutive,
  • bureau de l'UMT,
  • commission de contrôle,
  • commission des conflits,
  • commission administrative.

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

L'UMT est affiliée à la Confédération syndicale internationale (CSI). Lors de la 33e conférence arabe du travail, qui a eu lieu en février 2006, le Maroc représenté par l'UMT a été dénommé président et porte-parole des syndicalistes arabes.

Scission[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]