Union d'Arras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité d'Arras.
Les unions d'Atrecht : Artois (en jaune) et d'Utrecht.

L’union d'Arras fut conclue à Arras le entre le comté d'Artois, le Cambrésis, le comté de Hainaut et Douai[1], sous l'impulsion d'Alessandro Farnese.

Les trois pays s'inquiétaient de la politique des calvinistes dans les villes de Flandre et dans le reste des Pays-Bas. La violence contre les prêtres catholiques et contre les églises et les couvents contrevenait aux accords passés lors de la pacification de Gand.

Une réponse à l’union d'Utrecht[modifier | modifier le code]

Aussi les provinces du Sud décidèrent-elles de se rapprocher afin de défendre la foi catholique et la loyauté au roi. Quelques semaines plus tard, l'union d'Utrecht sera proclamée par une série d'autres Pays-Bas espagnols, d'obédience calviniste, s'opposant ainsi à l'union d’Atrecht (Arras en néerlandais).

L'union d'Arras de son côté fut suivie du traité d'Arras, le , par lequel les provinces de cette union se réconciliaient avec le roi Philippe II d'Espagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Père Alexis POSSOZ, Mgr Jean Vendeville, évêque de Tournai, 1587-1592, Lille, L. Lefort Imprimeur-Librairie, 1862, p. 88. [lire en ligne].